Archive pour la catégorie 'saints apôtres'

24 août – Saint Barthélemy (Biographie)

24 août, 2010

du site:

http://missel.free.fr/Sanctoral/08/24.php

24 août – Saint Barthélemy

Biographie

Si les évangélistes, et la tradition après eux, désignent habituellement le sixième apôtre sous le nom de Barthélemy, c’est-à-dire fils de Tolmaï, il est généralement convenu de l’identifier avec ce Nathanaël que l’on voit amené par Philippe à Jésus, au début de l’évangile selon saint Jean (I 45-51).

Jésus, rencontrant Philippe qui, comme Pierre et André, était de Bethsaïde, lui dit : « Suis-moi. » Philippe qui était lié à Nathanaël n’a rien de plus pressé que d’aller trouver son ami : « Celui dont ont parlé Moïse et les prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus de Nazareth, fils de Joseph » ; mais Nathanaël était un homme réfléchi, versé dans les saintes Ecritures, qui n’était pas disposé à se laisser emporter par un enthousiasme passager, et c’est dans ces dispositions, en homme de bonne volonté, cherchant la lumière qu’il avait écouté Jean-Baptiste. Sans doute, assis sous un figuier, près de Cana, revoyait-il en esprit la figure inspirée du Baptiste, et repassait-il les mots brûlants tombés de ses lèvres, entrenant l’espérance de voir lui-même le Messie. Encore qu’il doutait qu’il pût sortir quelque chose de bon de Nazareth, il accepta de suivre Philippe. Lorsque Jésus lui révéla l’avoir vu sous le figuier, avant que Philippe l’appelât, Nathanaël qui comprit que Jésus avait eu la connaissance de son état d’âme, ne résista plus : « Tu es le fils de Dieu, le roi d’Israël ! »

Quant à nous, nous admettons l’existence du regard de Jésus, mais d’une manière trop souvent théorique qui reste extérieure à notre vie morale et religieuse ; il n’entre pas, dans nos décisions, comme l’élément primordial, toujours présent, et, pourtant, ce regard est inéluctable, infaillible, il atteint jusqu’aux mouvements les plus secrets de notre cour. Ce n’est pas un regard de curiosité qui se donne libre cours, mais le regard d’un ami qui n’utilise ce qu’il voit que pour mieux répandre ses bienfaits, fût-ce sur ceux qui en sont les plus indignes : ainsi, dans le but d’écarter Judas de l’abîme, Jésus le regarde.

Daigne le Seigneur, par l’intercession de saint Barthélemy, nous faire la grâce d’être attentifs à son regard posé sur nous et nous donner la force de détruire les obstacles qui nous empêchent de le voir.

Pape Benoît: Jacques le Majeur (fête le 25 juillet)

26 juillet, 2010

du site:

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2006/documents/hf_ben-xvi_aud_20060621_fr.html

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 21 juin 2006

Jacques le Majeur

Chers frères et soeurs,

En poursuivant la série de portraits des Apôtres choisis directement par Jésus au cours de sa vie terrestre, nous avons parlé de saint Pierre, de son frère André. Aujourd’hui, nous rencontrons la figure de Jacques. Les listes bibliques des Douze mentionnent deux personnes portant ce nom:  Jacques fils de Zébédée et Jacques fils d’Alphée (cf. Mc 3, 17.18; Mt 10, 2-3), que l’on distingue communément par les appellations de Jacques le Majeur et Jacques le Mineur. Ces désignations n’entendent bien sûr pas mesurer leur sainteté, mais seulement prendre acte de l’importance différente qu’ils reçoivent dans les écrits du Nouveau Testament et, en particulier, dans le cadre de la vie terrestre de Jésus. Aujourd’hui, nous consacrons notre attention au premier de ces deux personnages homonymes.

Le nom de Jacques est la traduction de Iákobos, forme grécisée du nom du célèbre Patriarche Jacob. L’apôtre ainsi appelé est le frère de Jean et, dans les listes  susmentionnées,  il occupe la deuxième place immédiatement après Pierre, comme dans Marc (3, 17), ou la troisième place après Pierre et André dans les Evangiles de Matthieu (10, 2) et de Luc (6, 14), alors que dans les Actes, il vient après Pierre et Jean (1, 13). Ce Jacques appartient, avec Pierre et Jean, au groupe des trois disciples préférés qui ont été admis par Jésus à des moments importants de sa vie.

Comme il fait très chaud, je voudrais abréger et ne mentionner ici que deux de ces occasions. Il a pu participer, avec Pierre et Jean, au moment de l’agonie  de  Jésus  dans  le jardin du Gethsémani,  et  à l’événement de la Transfiguration de Jésus. Il s’agit donc de situations très différentes l’une de l’autre:  dans un cas, Jacques avec les deux Apôtres fait l’expérience de la gloire du Seigneur. Il le voit en conversation avec Moïse et Elie, il voit transparaître la splendeur divine en Jésus; dans l’autre, il se trouve face à la souffrance et à l’humiliation, il voit de ses propres yeux comment le Fils de Dieu s’humilie, en obéissant jusqu’à la mort. La deuxième expérience constitua certainement pour lui l’occasion d’une maturation dans la foi, pour corriger l’interprétation unilatérale, triomphaliste de la première:  il dut entrevoir que le Messie, attendu par le peuple juif comme un triomphateur, n’était en réalité pas seulement entouré d’honneur et de gloire, mais également de souffrances et de faiblesse. La gloire du Christ se réalise précisément dans la Croix, dans la participation à nos souffrances.

Cette maturation de la foi fut menée à bien par l’Esprit Saint lors de la Pentecôte, si bien que Jacques, lorsque vint le moment du témoignage suprême, ne recula pas. Au début des années 40 du I siècle, le roi Hérode Agrippa, neveu d’Hérode le Grand, comme nous l’apprend Luc, « se mit à maltraiter certains membres de l’Eglise. Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter » (Ac 12, 1-2). La concision de la nouvelle, privée de tout détail narratif, révèle, d’une part, combien il était normal pour les chrétiens de témoigner du Seigneur par leur propre vie et, de l’autre, à quel point Jacques possédait une position importante dans l’Eglise de Jérusalem, également en raison du rôle joué au cours de l’existence terrestre de Jésus. Une tradition successive, remontant au moins à Isidore de Séville, raconte un séjour qu’il aurait fait en Espagne, pour évangéliser cette importante région de l’empire romain. Selon une autre tradition, ce serait en revanche son corps qui aurait été transporté en Espagne, dans la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle. Comme nous le savons tous, ce lieu devint l’objet d’une grande vénération et il est encore actuellement le but de nombreux pèlerinages, non seulement en Europe, mais du monde entier. C’est ainsi que s’explique la représentation iconographique de saint Jacques tenant à la main le bâton de pèlerin et le rouleau de l’Evangile, caractéristiques de l’apôtre itinérant et consacré à l’annonce de la « bonne nouvelle », caractéristiques du pèlerinage de la vie chrétienne.

Nous pouvons donc apprendre beaucoup de choses de saint Jacques:  la promptitude à accueillir l’appel du Seigneur, même lorsqu’il nous demande de laisser la « barque » de nos certitudes humaines, l’enthousiasme à le suivre sur  les routes qu’Il nous indique au-delà de toute présomption illusoire qui est la nôtre, la disponibilité à témoigner de lui avec courage, si nécessaire jusqu’au sacrifice suprême de la vie. Ainsi, Jacques le Majeur se présente à nous comme un exemple éloquent de généreuse adhésion au Christ. Lui, qui avait demandé au début, par l’intermédiaire de sa mère, à s’asseoir avec son frère à côté du Maître dans son Royaume, fut précisément le premier à boire le calice de la passion, à partager le martyre avec les Apôtres.

Et à la fin, en résumant tout, nous pouvons dire que le chemin non seulement extérieur, mais surtout intérieur, du mont de la Transfiguration au mont de l’agonie, symbolise tout le pèlerinage de la vie chrétienne, entre les persécutions du monde et les consolations de Dieu, comme le dit le Concile Vatican II. En suivant Jésus comme saint Jacques, nous savons que, même dans les difficultés, nous marchons sur la bonne voie.

*    *    *    *

Je salue cordialement les pèlerins francophones présents ce matin, en particulier les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, les pèlerins du diocèse de Saint-Brieuc et ceux de l’Île de la Réunion.  Comme saint Jacques, puissiez-vous être prêts à accueillir l’appel du Seigneur, disponibles pour suivre généreusement le Maître et prêts à donner votre vie pour lui !

25 juillet: Saint Jacques le Majeur, apôtre

26 juillet, 2010

du site:

http://missel.free.fr/Sanctoral/07/25.php

25 juillet

Saint Jacques le Majeur, apôtre

Sommaire :
 Biographie et histoire
 Précis d’un panégyrique de saint Jacques par Bossuet
 Saint Jacques le Majeur et saint Christophe à Paris

——————————————————————————–

Biographie et histoire

Jacques est un nom théophore, assez commun au temps du Christ, qui signifie « que (Dieu) protège », comme Jacob, dont il est la forme grécisée. Deux apôtres de Jésus portent le nom de Jacques : Jacques, dit le majeur, fils de Zébédée, dont on célèbre aujourd’hui la fête ; l’apôtre Jacques, dit le mineur, fils d’Alphée, premier évêque de Jérusalem et auteur de l’épître.

Frère aîné de Jean l’évangéliste, Jacques était fils de Zébédée et de Salomé ; il habitait Bethsaïde ou Capharnaüm et pratiquait la pêche sur le lac de Génésareth, en compagnie de son père et de mercenaires embauchés. Sans doute était-il par sa mère cousin de Jésus et appartenait-il au groupe des disciples de Jean-Baptiste, qui sur les bords du Jourdain furent conquis par Jésus. Sa famille jouissait d’une certaine aisance, puisque son père avait des mercenaires et que sa mère aura la possibilité d’accompagner le Seigneur dans ses randonnées apostoliques, de lui venir en aide et d’acheter des aromates d’embaumement.

Choisi comme Apôtre, Jacques ne tarda pas à figurer presque en tête des Douze, si l’on en juge par la place qu’il occupe dans les quatre listes apostoliques et par le comportement de Jésus à son égard. Avec Pierre et Jean, il formait le groupe des intimes de Jésus, seuls admis au spectacle de certains grands événements comme la résurrection de la fille de Jaïre, la Transfiguration et la sainte Agonie de Notre Seigneur au Mont des Oliviers. C’est sans doute cette situation privilégiée qui l’enhardit à faire plusieurs demandes intempestives, révélatrices de ses tendances naturelles. De passage en Samarie il réclama l’extermination par la foudre d’un village inhospitalier ; en route vers Jérusalem et dans la persuasion où il était d’une prochaine instauration sur terre du royaume messianique, il sollicita, ou poussa sa mère à solliciter, pour lui et son frère, les premières places dans ce royaume ; à l’annonce de la ruine du Temple, il s’enquit immédiatement de la date exacte de cet événement. Son impétuosité était telle qu’il reçut de Jésus, avec son frère Jean, le surnom de « Fils du tonnerre. » Il n’en imitera pas moins la défection des autres apôtres, après l’arrestation de son Maître au jardin de l’Agonie.

Figure importante de l’Eglise primi­ti­ve, c’est sur lui et sur Pierre que porte, vers 41-44, le choix meurtrier du roi Hérode Agrippa I° qui voulait abattre les têtes de l’Eglise pour plaire aux Juifs. Jacques le majeur périt alors par le glaive, donnant sa vie en témoignage de sa foi, comme Jésus le lui avait prédit.

Les traditions grecques et latines ne disent presque rien sur Jacques le Majeur ; il y est simplement fait mention ici ou là de son nom et de son martyre. Eusèbe de Césarée est le seul auteur des premiers siècles à rapporter une anecdote qu’il dit venir de Clé­ment d’Alexandrie qui la tenait des ancêtres. Jacques, dit Eusèbe de Césarée, à la suite d’une trahison, est mené devant le tribunal juif où il confesse sa foi ; à l’audition de son témoignage, l’homme qui l’avait livré se convertit. Tous deux sont condamnés à être décapités. Sur le chemin du supplice, le nouveau converti demande pardon à sa victime.

Les traditions postérieures parlent de la richesse de ses parents, de leur installation à Jérusalem, sur le mont Sion, de leurs re­la­tions avec le grand prêtre qui louait une partie de leur mai­son, de son apostolat en Judée, en Samarie et en Espagne, d’une épître, de sa mort et des prodiges qui la précédèrent, de son tombeau à Jérusalem, à Césarée ou en Espagne. Les dates de la fête de saint Jacques le Majeur, tant par l’Eglise latine (25 juillet) que par l’Eglise grecque (30 avril) ou l’Eglise syriaque (27 décembre), ne correspondent guère pas les Actes des Apôtres (XII 3) qui situent la mort de l’Apôtre juste avant la Pâque, fin mars ou début avril.

Saint Jacques serait venu en Espagne débarquant à l’extrémité ouest de la côte cantabrique à Iria Flavia (l’actuelle Padron). Il aurait prêché en Galice et sur les bords de l’Ebre. Un soir d’octobre 39, il priait près de l’Ebre, quand il fut ébloui par une lu­mière éclatante où lui ap­pa­rut la Vierge, assise sur un pilier de jaspe, escortée par des milliers d’anges. Marie lui dit : « C’est ici que je veux étre hono­rée. Tu vas me construire un temple où ce pilier restera jusqu’à la fin du monde. Là j’accomplirai des miracles ». Saint Jacques édifia une chapelle, qui aurait été à l’origine de la basilique Notre-Dame del Pilar, à Saragosse.

Revenu en Judée, après un séjour de sept ans en Espagne, saint Jacques y fut exécuté. La légende espagnole dit que sept de ses disciples s’embarquèrent à Jaffa avec son corps dans un sarco­pha­ge ; l’embarcation « poussée par les anges », franchit les Co­lon­nes d’Hercule (Gibraltar) et remonta le long de la péninsule pour venir s’echouer à l’extrémité ouest de la côte cantabérique à l’embouchure du rio Ulla. Le sarcophage fut enfoui, en sorte que le lieu de l’inhumation resta longtemps ignoré.

Au début du IX° siècle, la Reconquête ayant chassé les Maures de Galice, un ermite vit en songe le corps de saint Jacques et annonça la découverte prochaine de ses restes ; quelques jours plus tard, des bergers, guidés par la lumière d’une nouvelle étoile, découvrirent dans un champ le sarcophage ; d’où le nom de Campus stellæ (le champ de l’étoile), Compostelle. Dès qu’il l’ap­prit, Alphon­se II le Chaste, roi des Asturies, y fit bâtir un sanc­tu­ai­re ; il envoya l’os frontal du squelette à Charlemagne qui, ayant vu saint Jacques en songe, organisa l’expédition d’Espagne. Autour du premier sanctuaire naquit Saint-Jacques-de-Compos­telle, Santiago (par contraction des deux mots Sant et Jago).

Saint national des Espagnols, saint Jacques devint le guerrier qui force la victoire. La veille de la bataille de Clavijo qui opposa Abdérame III à Ramiro I° (844), saint Jacques apparut au roi des Asturies et lui promit la victoire. Au cours de la bataille, on vit descendre du ciel un cavalier revêtu d’une armure étincelante, brandissant une épée flamboyante, avec laquelle il fit un carnage parmi les Maures. D’où le nouveau surnom de Matamore, par déformation de matamoros (tueurs de Maures) donné à saint Jacques, et sa statue équestre, maintes fois recopiée, promenée dans les processions, le représentant coiffé d’un vaste feutre dont le bord est relevé sur le front et brandissant une courte épée qui ressemble à un cimeterre ; un Maure pourfendu par cette arme est foulé par les pieds de sa monture. D’où encore et désormais, le cri de guerre Santiago, poussé par les Espagnols, lorsqu’ils foncent contre leurs ennemis.

——————————————————————————–

Précis d’un panégyrique de saint Jacques par Bossuet

F. Lachat, en 1883, datait ce texte de 1688 ; l’abbé J. Lebarq, en 1890, datait ce texte de 1660, suivi en cela, en 1960, par le Professeur J. Truchet

Dites que mes deux fils soient assis dans votre royaume,
l’un à votre droite, et l’autre à votre gauche (Saint Matthieu XX 21).

Nous voyons trois choses dans l’Evangile : premièrement leur ambition réprimée : Vous ne savez pas ce que vous demandez ; secondement, leur ignorance instruite : Pouvez-vous boire le calice que je dois boire ? troisièmement, leur fidélité prophétisée : Vous boirez, il est vrai, mon calice.

PREMIER POINT

Il est assez ordinaire aux hommes de ne savoir ce qu’ils demandent, parce qu’ils ont des désirs qui sont des désirs de malades, inspirés par la fièvre, c’est-à-dire, par les passions ; et d’autres ont des désirs d’enfants, inspirés par l’imprudence. Il semble que celui de ces deux apôtres n’est pas de cette nature : ils veulent être auprès de Jésus-Christ, compagnons de sa gloire et de son triomphe : cela est fort désirable. L’ambition n’est pas excessive : il veut que nous régnons avec lui ; et lui qui nous promet de nous placer jusque dans son trône, ne doit pas trouver mauvais que l’on souhaite d’être à ses côtés. Néanmoins il leur répond : Vous ne savez pas ce que vous demandez.

Pour découvrir leur erreur, il faut savoir que les hommes peuvent se tromper doublement : ou en désirant comme bien ce qui ne l’est pas ; ou en désirant un bien véritable, sans considérer assez en quoi il consiste, ni les moyens pour y arriver. L’erreur des apôtres ne gît pas dans la première de ces fausses idées ; ce qu’ils désirent est un fort grand bien, puisqu’ils souhaitent d’être assis auprès de la personne du Sauveur des âmes. Mais ils le désirent avec un empressement trop humain ; et c’est là la nature de leur erreur, causée par l’ambition qui les anime. Ils s’étaient imaginé Jésus-Christ dans un trône, et ils souhaitaient d’être à ses côtés, non pas pour avoir le bonheur d’être avec lui, mais pour se montrer aux autres dans cet état de magnificence mondaine : tant il est vrai qu’on peut chercher Jésus-Christ même avec une intention mauvaise, pour paraître devant les hommes, afin qu’il fasse notre fortune. Il veut qu’on l’aime nu et dépouillé, pauvre et infirme, et non seulement glorieux et magnifique. Les apôtres avaient tout quitté pour lui, et néanmoins ils ne le cherchaient pas comme il faut, parce qu’ils ne le cherchaient pas seul. Voilà leur erreur découverte, et leur ambition réprimée : voyons maintenant, dans le deuxième point, leur ignorance instruite.

SECOND POINT

Il semble quelquefois que le Fils de Dieu ne réponde pas à propos aux questions qu’on lui fait. Ses apôtres disputent entre eux pour savoir quel est le plus grand ; et Jésus-Christ leur présente un enfant, et leur dit : Si vous ne devenez pas comme de petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. Si donc le divin Sauveur en quelques occasions ne satisfait pas directement aux demandes qui lui sont faites, il nous avertit alors de chercher la raison dans le fond de la réponse. Ainsi en ce lieu on lui parle de gloire, et il répond en présentant l’ignominie qu’il doit souffrir : c’est qu’il va à la source de l’erreur. Les deux disciples s’étaient figuré qu’à cause qu’ils touchaient de plus près au Fils de Dieu par l’alliance du sang, ils devaient aussi avoir les premières places dans son royaume ; c’est pourquoi, pour les désabuser, il les rappelle à sa croix : Pouvez-vous boire le calice ? Et pour bien entendre cette réponse, il faut savoir qu’au lieu que les rois de la terre tirent le titre de leur royauté de leur origine et de leur naissance, Jésus-Christ tire le sien de sa mort. Sa naissance est royale, il est le fils et l’héritier de David ; et néanmoins il ne veut être roi que par sa mort. Le titre de sa royauté est sur sa croix : il ne confesse qu’il est roi qu’étant près de mourir. C’est donc comme s’il disait à ses disciples : Ne prétendez pas aux premiers honneurs parce que vous me touchez par la naissance : voyez si vous avez le courage de m’approcher par la mort. Celui qui touche le plus à ma croix, c’est celui à qui je donne la première place ; non pour le sang qu’il a reçu dans sa naissance, mais pour celui qu’il répandra pour moi dans sa mort : voilà le bonheur des chrétiens. S’ils ne peuvent toucher Jésus-Christ par la naissance, ils le peuvent par la mort, et c’est là la gloire qu’ils doivent envier.

TROISIEME POINT

Les disciples acceptent ce parti : Nous pouvons, disent-ils, boire votre calice ; et Jésus-Christ leur prédit qu’ils le boiront. Leur promesse n’est pas téméraire. Mais admirons la dispensation de la grâce dans le martyre de ces deux frères. Ils demandaient deux places singulières dans la gloire, il leur donne deux places singulières dans sa croix. Quant à la gloire, ce n’est pas à moi de vous la donner : je ne suis distributeur que des croix, je ne puis vous donner que le calice de ma Passion ; mais dans l’ordre des souffrances, comme vous êtes mes favoris, vous aurez deux places singulières. L’un mourra le premier, et l’autre le dernier de tous mes apôtres ; l’un souffrira plus de violences, mais la persécution plus lente de l’autre éprouvera plus longtemps sa persévérance. Jacques a l’avantage, en ce qu’il boit le calice jusqu’à la dernière goutte. Jean le porte sur le bord des lèvres : prêt à boire, on le lui ravit, pour le faire souffrir plus longtemps.

Apprenons par cet exemple à boire le calice de notre Sauveur, selon qu’il lui plaît de le préparer. Il nous arrive une affliction, c’est le calice que Dieu nous présente : il est amer, mais il est salutaire. On nous fait une injure : ne regardons pas celui qui nous déchire ; que la foi nous fasse apercevoir la main de Jésus-Christ, invisiblement étendue pour nous présenter ce breuvage. Figurons-nous qu’il nous dit : Avez-vous le courage de le boire ? Mais avez-vous la hardiesse, ou serez-vous assez lâches de le refuser de ma main, d’une main si chère ? Une médecine amère devient douce, en quelque façon, quand un ami, un époux, la présente : vous la buvez volontiers, malgré la répugnance de la nature. Quoi ! Jésus-Christ vous la présente, et votre main tremble, votre coeur se soulève ! Vous voudriez répandre par la vengeance la moitié de son amertume sur votre ennemi, sur celui qui vous a fait tort ! Ce n’est pas là ce que Jésus-Christ demande. Pouvez-vous boire, dit-il, ce calice des mauvais traitements, qu’on vous fera boire ? Et non pas : Pouvez-vous renverser sur la tête de l’injuste qui vous vexe ce calice de la colère qui vous anime ? La véritable force, c’est de boire tout jusqu’à la dernière goutte. Disons donc avec les apôtres : nous pouvons : mais voyons Jésus-Christ qui a tout bu comme il l’avait promis : le calice que je vais boire ; et quoiqu’il fût tout-puissant pour l’éloigner de lui, il n’a usé de son autorité pour réprimer celui qui, par l’affection tout humaine qu’il lui portait, voulait l’empêcher de le boire : Le calice que me donne mon Père, je ne le boirais pas ?

——————————————————————————–

Saint Jacques le Majeur et saint Christophe à Paris

Nous fêtons à la fois saint Jacques le Majeur et saint Christophe qui sont l’un et l’autre patrons des pèlerins et des voyageurs : l’église de la Villette fut dédiée, le 20 juillet 1578, aux deux saints réunis dans un même vocable.

La rue Saint-Jacques, ancienne voie romaine de Paris à Orléans, ne reçoit son nom qu’au XIII° siècle ; il y existait, à l’entrée de la ville, une chapelle de Saint-Jacques le Majeur, dépendance d’un hôpital destiné aux pèlerins, celle-là même qui fut, en 1218, concédée par Jean de Barastre, doyen de Saint-Quentin, aux Dominicains que l’on appela dès lors les Jacobins. l’église et la paroisse de Saint-Jacques de la Boucherie qui dépendait du prieuré Saint-Martin-des-Champs, est pour la première fois mentionnée dans une bulle de Callixte II, datée de 1119 ; détruite par les révolutionnaires, il n’en subsiste aujourd’hui que le clocher achevé sous François I°. L’hôpital et l’église Saint-Jacques de l’Hôpital, rue Saint-Denis, dont une fausse chronique attribue la fondation à Charlemagne, ont été établis par une confrérie d’anciens pèlerins de Compostelle qui, après avoir tenu ses assemblées à Saint-Eustache, puis aux Quinze-Vingts, fit construire ses propres bâtiments, en 1317.

Dès le VII° siècle, il existait une église Saint-Christophe de la Cité, et, au IX° siècle, on signale un hôpital des pauvres sous le titre de Saint-Christophe. La paroisse Saint-Christophe, fondée au XII° siècle, qui était celle de l’Hôtel-Dieu, subsista jusqu’en 1747. Saint Christophe était le patron d’Aubervilliers. Il y avait, dans la forêt de Halatte, au hameau de Fleurines, un prieuré Saint-Christophe où les parisiens venaient en pèlerinage ; c’est là que Jean II le Bon signa les lettres établissant l’ordre de chevalerie de l’Etoile.

samedi 3 Juillet : St Thomas, apôtre (1er s.) – Fête

3 juillet, 2010

samedi 3 Juillet : St Thomas, apôtre (1er s.) - Fête  dans saints - biographie St_Thomas_WGA

du site (aussi l’image):

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20100703&id=5059&fd=0

samedi 3 Juillet : St Thomas, apôtre (1er s.) – Fête 

(Ier siècle)

        Saint Thomas était probablement originaire d’une pauvre famille de Galilée. Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d’un esprit réfléchi et d’une volonté ferme jusqu’à l’obstination ; d’autre part, il avait du cœur et du dévouement. Ces deux caractères de sa personnalité paraissent en deux paroles que l’Évangile cite de lui.

        Peu avant sa Passion, Jésus veut retourner en Judée ; les Apôtres lui rappellent les menaces de ses ennemis. Thomas seul s’écrie : « Eh bien ! Allons et mourons avec lui ! » Voilà le dévouement du cœur de l’Apôtre.

        Après sa résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de ses disciples, en l’absence de Thomas. Quand, à son retour, on lui raconta cette apparition, il fut si étonné d’une telle merveille, qu’il en douta et dit vivement : « Je ne le croirai pas avant d’avoir mis mes doigts dans ses plaies. » Voilà le second caractère de Thomas, esprit trop raisonneur. Mais son premier mouvement d’hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi. Que fit alors Thomas ? Nous le savons ; un cri du cœur s’échappa de ses lèvres : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Dieu permit l’hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la résurrection de Jésus-Christ.

        Saint Augustin attribue à saint Thomas, parmi les douze articles du Symbole, celui qui concerna la Résurrection.  Quand les Apôtres se partagèrent le monde, les pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat. La tradition prétend qu’il rencontra les mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu’il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son ministère. Partout, sur son passage, l’Apôtre établissait des chrétientés, ordonnait des prêtres, consacrait des évêques.

        Quand au XIVe siècle, les Européens s’emparèrent des Indes orientales, ils trouvèrent dans les traditions des peuples de ce vaste pays des souvenirs chrétiens, et en particulier celui de saint Thomas. Un miracle de l’Apôtre, traînant avec un faible lien une poutre énorme que les éléphants n’avaient pu remuer, fut l’occasion d’innombrables conversions. Cependant les prêtres des faux dieux, jaloux de tant de succès, jurèrent la mort de l’Apôtre ; il aurait été percé d’une lance devant une Croix où il priait.

11 juin – Saint Barnabé

10 juin, 2010

du site:

http://missel.free.fr/Sanctoral/06/11.php

11 juin – Saint Barnabé

Biographie

Barnabé était un juif de la tribu de Lévi, né dans l’île de Chypre où une importante colonie juive s’était installée à l’époque d’Alexandre le Grand. Il reçut dans sa jeunesse une culture hellénique. Il vint à Jérusalem et fit partie de la première communauté chrétienne : « Joseph, surnommé par les apôtres Barnabé – ce qui veut dire fils de consolation – lévite originaire de Chypre, possédait un champ ; il le vendit, apporta l’argent et le déposa au pied des apôtres » (Actes des Apôtres IV 36-37). Dès lors, tout au long de ses courses apostoliques, il vécut du travail de ses mains, comme le dit saint Paul dans sa première lettre aux Corinthiens (IX 6).

Certaines traditions affirment que Barnabé étudia la torah à l’école de Gamaliel, à Tarse où il rencontra Saul qui devint saint Paul. Toujours est-il que c’est Barnabé qui présenta Paul à Jérusalem : « Barnabé l’ayant pris avec lui, le mena aux apôtres et leur raconta comment, sur le chemin, Saul avait vu le Seigneur qui lui avait parlé et avec quel courage il avait à Damas prêché le nom de Jésus » (Actes des Apôtres IX 27).

Les apôtres envoyèrent Barnabé à Antioche où il fit venir Paul. Ensuite, ils furent envoyés ensemble à Chypre puis en Galatie méridionale (Pergé, Antioche de Pisidie, Iconium, Lystres, Derbé) d’où ils revinrent à Antioche. Ils furent encore ensemble au concile de Jérusalem dont, avec Jude-Barsabbas et Silas, ils portèrent les décisions à Antioche. Alors que Paul partait avec Silas pour son second voyage, Barnabé, accompagné de Jean-Marc, retournait à Chypre où, d’après les traditions il mourut martyr.

Pape Benoît, Audience Générale, Mercredi 18 octobre 2006: Judas Iscariote et Matthias

14 mai, 2010

du site:

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2006/documents/hf_ben-xvi_aud_20061018_fr.html

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 18 octobre 2006 

Judas Iscariote et Matthias

Chers frères et soeurs,

En terminant aujourd’hui de parcourir la galerie de portraits des Apôtres appelés directement par Jésus au cours de sa vie terrestre, nous ne pouvons pas omettre de mentionner celui qui est toujours cité le dernier dans les listes des Douze:  Judas Iscariote. Nous voulons ici lui associer la personne qui fut ensuite élue pour le remplacer, c’est-à-dire Matthias.

Le simple nom de Judas suscite déjà chez les chrétiens une réaction instinctive de réprobation et de condamnation. La signification de l’appellation « Iscariote » est controversée:  l’explication la plus répandue l’entend comme « homme de Keriot », en référence à son village d’origine, situé dans les environs d’Hébron et mentionné deux fois dans les Ecritures Saintes (cf. Jos 15, 25; Am 2, 2). D’autres l’interprètent comme une variation du terme « sicaire », comme si l’on faisait allusion à un guerrier armé d’un poignard, appelé sica en latin. Enfin, certains voient dans ce surnom la simple transcription d’une racine hébreu-araméenne signifiant:  « celui qui allait le livrer ». Cette désignation se retrouve deux fois dans le IV Evangile, c’est-à-dire après une confession de foi de Pierre (cf. Jn 6, 71), puis au cours de l’onction de Béthanie (cf. Jn 12, 4). D’autres passages montrent que la trahison était en cours, en disant:  « celui qui le livrait »; c’est le cas au cours de la Dernière Cène, après l’annonce de la trahison (cf. Mt 26, 25), puis au moment de l’arrestation de Jésus (cf. Mt 26, 46.48; Jn 18, 2.5). En revanche, les listes des Douze rappellent le fait de la trahison comme étant désormais accomplie:  « Judas Iscariote, celui-là même qui le livra », dit Marc (3, 19); Matthieu (10, 4) et Luc (6, 16) ont des formules équivalentes. La trahison en tant que telle a eu lieu en deux temps:  tout d’abord dans la phase du projet, quand Judas se met d’accord avec les ennemis de Jésus pour trente deniers d’argent (cf. Mt 26, 14-16), puis lors de son exécution avec le baiser donné au Maître, au Gethsémani (cf. Mt 26, 46-50). Quoi qu’il en soit, les évangélistes insistent sur la qualité d’apôtre, qui revenait à Judas à tous les effets:  il est appelé de manière répétée l’ »un des Douze » (Mt 26, 14.47; Mc 14, 10.20; Jn 6, 71) ou « qui était au nombre des Douze » (Lc 22, 3). Plus encore, à deux reprises, Jésus, s’adressant aux Apôtres et parlant précisément de lui, l’indique même comme « l’un de vous » (Mt 26, 21; Mc 14, 18; Jn 6, 70; 13, 21). Et Pierre dira de Judas qu’il « était pourtant l’un de nous et avait reçu sa part de notre ministère » (Ac 1, 17).

Il s’agit donc d’une figure appartenant au groupe de ceux que Jésus avait choisis comme ses proches compagnons et collaborateurs. Cela suscite deux questions, dans la tentative de donner une explication aux faits qui se sont produits. La première consiste à se demander pourquoi Jésus a choisi cet homme et lui a fait confiance. D’autant plus que, en effet, bien que Judas soit, dans les faits, l’économe du groupe (cf. Jn 12, 6b; 13, 29a), en réalité il est aussi qualifié de « voleur » (Jn 12, 6a). Le mystère du choix demeure, d’autant plus que Jésus prononce un jugement très sévère sur son compte:  « Malheureux l’homme par qui le Fils de l’homme est livré » (Mt 26, 24). Le mystère s’épaissit encore davantage à propos de son destin éternel,  sachant  que  Judas « pris de remords en le voyant condamné… rapporta les trente pièces d’argent aux chefs des prêtres et aux anciens. Il leur dit:  « J’ai péché en livrant à la mort un innocent »" (Mt 27, 3-4). Bien qu’il se soit ensuite éloigné pour aller se pendre (cf. Mt 27, 5), ce n’est pas à nous qu’il revient de juger son geste, en nous substituant à Dieu infiniment miséricordieux et juste.

Une deuxième question concerne la raison du comportement de Judas:  pourquoi trahit-il Jésus? Cette question est l’objet de diverses hypothèses. Certains pensent à sa soif d’argent; d’autres défendent une explication d’ordre messianique:  Judas aurait été déçu de voir que Jésus n’insérait pas dans son programme la libération politique et militaire de son pays. En réalité, les textes évangéliques insistent sur un autre aspect:  Jean dit expressément que « le démon a déjà inspiré à Judas Iscariote, fils de Simon, l’intention de le livrer » (Jn 13, 2); de manière analogue, Luc écrit:  « Satan entra en Judas, appelé Iscariote, qui était au nombre des Douze » (Lc 22, 3). De cette manière, on va au-delà des motivations historiques et on explique le fait à partir de la responsabilité personnelle de Judas, qui céda misérablement à une tentation du Malin. La trahison de Judas demeure quoi qu’il en soit un mystère. Jésus l’a traité en ami (cf. Mt 26, 50), mais dans ses invitations à le suivre sur la voie des béatitudes, il ne forçait pas les volontés et ne les protégeait pas non plus contre les tentations de Satan, respectant la liberté humaine.

En effet, les possibilités de perversion du coeur humain sont vraiment nombreuses. La seule façon d’y remédier consiste à ne pas cultiver une vision des choses uniquement individualiste, autonome, mais au contraire à se remettre toujours à nouveau du côté de Jésus, en assumant son point de vue. Nous devons chercher, jour après jour, à être en pleine communion avec Lui. Rappelons-nous que Pierre aussi voulait s’opposer à lui et à ce qui l’attendait à Jérusalem, mais il fut sévèrement réprimandé:  « Tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes » (Mc 8, 32-33)! Pierre, après sa chute, s’est repenti et a trouvé le pardon et la grâce. Judas aussi s’est repenti, mais son repentir a dégénéré en désespoir, se transformant ainsi en autodestruction. C’est pour nous une invitation à toujours nous rappeler ce que dit saint Benoît à la fin du chapitre V de sa « Règle », qui est fondamental:  « Ne désespère jamais de la miséricorde divine ». En réalité, Dieu « est plus grand que notre coeur », comme le dit saint Jean (1 Jn 3, 20). Gardons donc deux choses à l’esprit. La première:  Jésus respecte notre liberté. La deuxième:  Jésus attend notre disponibilité au repentir et à la conversion; il est riche de miséricorde et de pardon. Du reste, quand nous pensons au rôle négatif joué par Judas, nous devons l’insérer dans la direction supérieure des événements de la part de Dieu. Sa trahison a conduit à la mort de Jésus, qui transforma ce terrible supplice en espace d’amour salvifique et en don de soi au Père (cf. Gal 2, 20; Ep 5, 2.25). Le verbe « trahir » est la version d’un mot grec qui signifie « livrer ». Parfois son sujet est même Dieu en personne:  c’est lui qui par amour « livra » Jésus pour nous tous (cf. Rm 8, 32). Dans son mystérieux projet salvifique, Dieu assume le geste inexcusable de Judas comme une occasion de don total du Fils pour la rédemption du monde.

Pour conclure, nous voulons également rappeler celui qui après la Pâque fut élu à la place du traître. Dans l’Eglise de Jérusalem deux personnes furent proposées par la communauté et ensuite tirées au sort:  « Joseph Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias » (Ac 1, 23). Ce dernier fut précisément élu et ainsi « associé aux onze Apôtres » (Ac 1, 26). Nous ne savons rien de lui, si ce n’est qu’il avait été lui aussi témoin de toute la vie terrestre de Jésus (cf. Ac 1, 21-22), lui demeurant fidèle jusqu’au bout. A la grandeur de sa fidélité s’ajouta ensuite l’appel divin à prendre la place de Judas, comme pour compenser sa trahison. Nous pouvons en tirer une dernière leçon:  même si dans l’Eglise ne manquent pas les chrétiens indignes et traîtres, il revient à chacun de nous de contrebalancer le mal qu’ils ont accompli par notre témoignage limpide à Jésus Christ, notre Seigneur et Sauveur.

* * *

J’accueille avec joie les pèlerins de langue française, en particulier les pèlerins du diocèse de Limoges, accompagnés par leur Évêque, Mgr Christophe Dufour, ainsi que les membres du chapitre des Frères du Sacré-Cœur et leur nouveau supérieur général. Que votre pèlerinage à Rome vous renforce tous dans la joie d’être disciples et témoins du Christ ressuscité!

14 mai – Saint Matthias apôtre

14 mai, 2010

du site:

http://missel.free.fr/Sanctoral/05/14.php

14 mai – Saint Matthias apôtre

Fondée sur des textes apocryphes, la Tradition rapporte que Matthias, de trois plus jeune que Jésus, serait né à Bethléem d’une illustre et noble famille de la tribu de Juda ; il aurait reçu une savante éducation de Syméon qui fut grand prêtre[1]. Matthias est l’abréviation de Mattathias qui signifie don de Dieu. Invité aux noces de Cana, Matthias aurait été choisi par le Seigneur comme un des 72 disciples.
Quoi qu’il en fût, il apparaît dans les « Actes des Apôtres », entre l’Ascension et la Pentecôte, lorsqu’il s’agit de remplacer Judas (I 15-26).
Et en ces jours-là, Pierre[2], se levant au milieu des frères, dit (le nombre des personnes réunies était d’environ cent vingt[3]) : Frères[4], il fallait que s’accomplît l’Ecriture qu’a prédite l’Esprit Saint, par la bouche de David, au sujet de Judas, lequel s’est fait le guide de ceux qui ont saisi Jésus. Il était, en effet, compté parmi nous et un lot de ce service lui était échu. Cet homme donc a acquis un domaine avec le salaire de son injustice et, tombant la tête en avant, a crevé par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues. Et la chose a été connue de tous les habitants de Jérusalem, en sorte que ce domaine a été appelé dans leur langue Hakeldamach, c’est-à-dire Domaine du Sang. Il est écrit en effet au livre des Psaumes :  » Que son campement devienne désert et que personne n’y habite[5]  » ; et :  » Que sa charge, un autre la prenne[6] « . Il faut donc[7] que, parmi les hommes qui nous ont accompagnés pendant tout le temps que le Seigneur Jésus est allé et venu parmi nous, depuis le baptême de Jean jusqu’au jour où il a été enlevé d’auprès de nous, il y en ait un qui devienne avec nous témoin de sa résurrection[8]. Et ils en présentèrent deux, Joseph appelé Barsabbas, qui avait été surnommé Justus[9], et Matthias. Et ils firent cette prière : Toi, Seigneur, qui connais tous les cœurs, désigne lequel de ces deux-là tu as choisi pour prendre dans ce service apostolique la place dont Judas s’est retiré pour s’en aller à sa place à lui. Et on les fit tirer au sort, et le sort tomba sur Matthias, qui fut compté parmi les onze Apôtres.

Les Saintes Ecritures ne disent rien de plus à propos de saint Matthias, mais Clément d’Alexandrie (150-215) qui l’identifie à Zachée[10], le présente comme un prédicateur de la pénitence qui combattait ferme contre la chair. Il lui attribue un « Livre des Traditions », et Origène (185-253) parle d’un « Evangile » écrit par Matthias. On a perdu ces textes que le pape Innocent I° (401-417) a tous condamnés comme apocryphes.

Lorsque les apôtres se dispersèrent pour aller prêcher l’Évangile, Matthias, selon les saints Sophrone, Nicéphore et Dorothée, passa en Egypte et alla jusqu’en Ethiopie où il resta près de trente-trois ans. De retour à Jérusalem, les juifs ameutèrent contre lui les populations qui l’assommèrent par lapidation avant de le décapiter devant le Temple, vers l’an 63. D’autres dirent qu’il resta en Palestine où, en 61, à Giscala, il fut dénoncé au Grand-Prêtre Ananias qui, après l’avoir interrogé, le fit lapider et achever à la hache. Enfin, on le situa en Macédoine et dans quelques autres pays au-delà du Pont-Euxin.

Sainte Hélène, mère de l’empereur Constantin, rapporta son corps à Rome, déposa une partie de ses reliques dans la basilique Sainte-Marie Majeure, et donna une bonne part du reste au saint évêque Agrice de Trêves qui les mit dans l’’glise Saint-Eucher, hors les murs de la ville, depuis nommée Saint-Matthias.  Padoue, Prague et Cologne disent posséder de ses reliques. Un morceau de sa tête, vénéré à Barbezieux (Saintonge) fut brûlé par les protestants. Jean Eck, le docte adversaire de Luther, affirmait qu’une part des reliques aurait été déposée à Augsbourg.

Patron de Trêves et de Goslar (Hanovre), il est aussi, à cause de la hache de son martyre, celui des charpentiers, des taillandiers et des bouchers ; on ne sait trop pourquoi, il est encore le patron des buveurs et des viveurs repentants en même temps que des personnes atteintes de la petite vérole et de la coqueluche.

Il est assez rarement représenté car, pour compléter le collège des apôtres après la trahison de Judas, les artistes ont souvent préféré introduire saint Paul. Son attribut est la hache à laquelle on substitue parfois une hallebarde, une lance ou une épée.

——————————————————————————–

[1] Le « Livre des Condamnés », traduit de l’hébreux par un moine de Trèves au XII° siècle
[2] Le rôle de saint Pierre est d’exprimer la situation, pour que tous en prennent conscience, et de faire place au rôle de la communauté qui aura à choisir celui qu’elle jugera digne de remplir les fonctions définies par Pierre d’après la volonté de Dieu ; on retrouvera le même procédé pour l’élection des premiers diacres (Actes des Apôtres VI, 3). La communauté était d’ailleurs « unanime, assidue à la prière » (Actes des Apôtres, I 14), donc prête à réussir ce choix selon Dieu. Pierre agit en chef, c’est lui qui prend l’initiative : « Le troupeau lui ayant été confié par le Christ et étant le premier du chœur, il est toujours le premier à parler » (saint Jean Chrysostome).
[3] Il ne faut pas chercher un symbole dans le mombre cent vingts, puisque le mot environ (à peu près) lui enlève tout absolu.
[4] L’appellation de « Frères », si belle en sa simplicité est, à l’époque, nouvelle de la part d’un supérieur parlant à ses inférieurs.
[5] Psaume LXVIII 26.
[6] Psaume CVIII 8.
[7] Le rôle des Ecritures est ici d’indiquer (ou de confirmer) que Dieu souhaite le remplacernent de Judas. Très clairement, on dit que c’est l’Esprit-Saint qui parle par les auteurs bibliques (pour les Psaumes on ne nommait que David). Un tel emploi théologique de l’Ecriture est légitime certes à propos de Jésus-Christ (but de l’ensemble de l’Ancien Testament) et des actions essentielles qu’il a accomplies pour L’Eglise, comme la création de la fonction d’Apôtre avec les dons spirituels préparés pour chacun d’eux. La mort de Judas a réalisé la première prophétie : « Que son campement devienne désert et que personne n’y habite »  (Psaume LXVIII 26) ; il faut que la seconde s’accomplisse pareillement : « Que sa charge passe à un autre » (Psaume CVIII 8).
[8] Le rôle d’un apôtre est d’être témoin, ce qui suppose une très bonne connaissance de tout ce que Jésus a fait et a dit (I 1) durant sa vie publique, donc de son Baptéme à son Ascension. Et surtout qu’on ait alors fait partie du groupe accompagnant sans cesse Jésus, à la façon des disciples suivant leur maître. Les évangiles disent souvent les conditions requises pour « suivre » Jésus (évangile selon saint Luc, IX 23 et 57-62) et aussi les privilèges des disciples (évangile selon saint Luc, X 23 s ; XII 22-32 ; XVIII 23-30). Mais ne peuvent être apôtres que ceux qui ont été du petit nombre de ceux auxquels le Ressuscité s’est manifesté.
[9] Saint Jean Chrysostome loue l’humble douceur avec laquelle Joseph Barsabbas accepta le choix du Saint-Esprit. D’après Eusèbe de Césarée, Joseph Barsabbas aurait été un des soixante-douze disciples. Encore d’après Eusèbe de Césarée, Papias, renseigné par les filles de l’apôtre Philippe, affirmait que « Juste surnommé Barsabbas but un poison mortel et par la grâce du Seigneur n’en éprouva aucun mal » (Histoire Ecclésiastique, III 39). Adon (860) l’introduit dans les martyrologes latins au 20 juillet.
[10] Clément d’Alexandrie : « Stromates », IV 6, 35.

30 novembre: Saint André, apôtre

30 novembre, 2009

du site:

http://missel.free.fr/Sanctoral/11/30.php

30 novembre

Saint André, apôtre

Encore que cité par Hérodote, André est un prénom grec assez rare qui, selon le Breviarum Apostolorum, signifie viril, beau ou courageux.

Frère de Simon-Pierre1, saint André né à Bethsaïde2, au nord du lac de Tibériade, habitait avec saint Pierre à Capharnaüm3, et fut d’abord, comme saint Jean, un disciple de saint Jean-Baptiste : Jean se tenait là avec deux de ses disciples ; et regardant Jésus qui passait, il dit :  » Voici l’Agneau de Dieu.  » ; et les deux disciples l’entendirent parler, et ils suivirent Jésus. Mais, se retournant et voyant qu’ils le suivaient, Jésus leur dit :  » Que cherchez-vous ?  » Ils lui dirent :  » Maître, où demeures-tu ?  » Il leur dit :  » Venez et vous verrez.  » Ils vinrent donc et virent où il demeurait, et ils demeurèrent chez lui ce jour-là ; c’était environ la dixième heure. André, le frère de Simon-Pierre était l’un des deux qui avaient entendu Jean et suivi Jésus. Il trouve d’abord son frère Simon et lui dit :  » Nous avons trouvé le Messie.  » Il l’amena à Jésus4.

L’évangile selon saint Matthieu raconte5 que, plus tard, Simon et André étaient en train de pêcher dans la mer de Galilée lorsque Jésus leur dit : Venez à ma suite et je vous ferai pêcheurs d’hommes.

La tradition grecque appelle André le Protoclet, c’est-à-dire le premier appelé des douze apôtres. Dans la hiérarchie des apôtres, il est classé le quatrième par les Actes des Apôtres (I 13) comme par l’évangile selon saint Marc (III 18), tandis que l’évangile selon saint Matthieu (X 2) et que l’évangile selon saint Luc (VI 14), le mettent à la deuxième place.

Lors de la multiplication des pains et des poissons, c’est André qui repère le jeune garçon avec ses cinq pains et ses deux poissons6. C’est aussi André qui, avec l’apôtre Philippe, introduit auprès de Jésus les païens de langue grecque7. André est encore avec Pierre, Jacques et Jean, lorsqu’ils interrogent Jésus sur la destruction du Temple8.

Les traditions nous disent que, lors du partage du monde, André reçut la Scythie, immense contrée entre le bas du Danube et le bassin inférieur du Don. Ces mêmes traditions, dans la composition du Symbole des apôtres, lui attribuent la rédaction de l’article Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur.

Ayant rejoint les territoires qui lui furent échus, affirment les traditions, saint André, apôtre de la pénitence, fit de nombreuses conversions et fonda de nouvelles églises qu’il pourvut d’évêques : l’Achaïe, l’Epire, la Thrace et la Grèce considèrent André comme leur évangélisateur, au même titre que Byzance qui en fait l’installateur de son premier patriarche ;  d’autres ajoutent à son crédit la Cappadoce, la Galatie, la Bithynie, les pays des Sogdiens et des Secces.

De retour dans la ville de Patras, capitale d’Achaïe, fit tant et si bien qu’on envoya contre lui le proconsul Egée qui le fit emprisonner. Or, l’emprisonnement de l’apôtre André provoqua une émeute populaire qu’il dut lui-même calmer en disant : Le chrétien ne devient pas victorieux en se défendant mais en mourant. Les supplices qui sont à craindre ne sont pas ceux que l’on endure en cette vie, mais ceux qui sont préparés aux impies dans les enfers. Vous devez avoir plutôt de la compassion du malheur d’Egée qui se rend digne de ces tourments éternels, que de l’indignation pour sa fureur contre nous. Il viendra bientôt un temps où nous serons récompensés de nos peines, et où Egée sera rigoureusement puni pour sa cruauté.

Le lendemain, Egée convoquait saint André à son tribunal et après l’avoir condamné à être fouetté sur un chevalet, le fit attacher sur une croix en forme de X. Comme Egée s’approchait de la croix d’André, celui-ci lui dit : Que viens-tu faire ici, Egée ? Si c’est pour croire en Jésus-Christ, à la bonne heure, je t’assure qu’il te fera miséricorde ; mais si c’est pour me faire descendre de la croix, sache que tu n’en viendra pas à bout et que j’aurai la consolation d’y mourir pour mon cher maître. Je le vois déjà, je l’adore et sa présence me comble de joie. Je n’ai point d’autre regret que celui de ta damnation qui est inévitable si tu ne te converstis pas maintenant que tu le peux, car peut-être ne le pourras-tu pas lorsque tu le voudras. Egée ordonna de détacher André, mais les bourreaux étaient mystérieusement affaiblis lorsqu’ils en approchaient, tandis que l’Apôtre priait d’une voix forte : Ne permettez pas, mon Seigneur, que votre serviteur qui est attaché à cette croix pour la confession de votre Nom, en soit délié ; ne souffrez pas que je reçoive cette humiliation de la part d’Egée qui est un homme corruptible ; mais recevez-moi, s’il vous plaît , entre vos mains, tout plein de connaissance de vos grandeurs que ce supplice m’a données. Vous êtes mon cher maître que j’ai connu, que j’ai aimé et que je désire uniquement contempler. C’est en vous que je suis ce que je suis et il est temps que je me réunisse à vous, comme au centre de tous mes désirs et à l’objet de toutes mes affections.

C’était, croit-on, le 30 novembre 62. A la grande fureur d’Egée, Maximille, femme d’un sénateur, recueillit le corps de saint André, l’embauma et l’enterra. Lorsqu’Egée voulut envoyer une députation dénoncer Maximille à l’Empereur, un démon se jeta sur lui, le traîna sur la place publique et l’étrangla.

Après saint Pierre et saint Paul, saint André est l’apôtre qui a le plus d’églises en France où il est le patron d’Agde, d’Avranches, de Bordeaux, d’Orange et de la Bourgogne dont le duc Philippe III le Bon mit sous sa protection l’ordre de la Toison d’Or. A l’étranger, saint André est le patron d’Amalfi, de Baeza (Andalousie) qui fut arrachée aux Maures le 30 novembre 1227, du Brabant, de Brescia (Italie), du Brunswick, de l’Ecosse, du Holstein, de Lunebourg (Hanovre), de la Hongrie, de Mantoue, de Minden (Westphalie), de Pesaro (Italie), de Ravenne, de Rochester (comté de Kent), de la Russie, de Santander (Espagne), du Sleswig, de Verceil (Italie) et de Wells (comté de Somerset). Saint André qui est le patron des pêcheurs de poissons d’eau douce, des poissonniers et des cordiers, est aussi invoqué par les femmes qui cherchent un mari et celles veulent devenir mères.

Pape Benoît: Simon le Cananéen et Jude Thaddée (11 octobre 2006)

28 octobre, 2009

du site:

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2006/documents/hf_ben-xvi_aud_20061011_it.html

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 11 octobre 2006 

Simon le Cananéen et Jude Thaddée

Chers frères et soeurs,

Nous prenons aujourd’hui en considération deux des douze Apôtres:  Simon le Cananéen et Jude Thaddée (qu’il ne faut pas confondre avec Judas Iscariote). Nous les considérons ensemble, non seulement parce que dans les listes des Douze, ils sont toujours rappelés l’un à côté de l’autre (cf. Mt 10, 4; Mc 3, 18; Lc 6, 15; Ac 1, 13), mais également parce que les informations qui les concernent ne sont pas nombreuses, en dehors du fait que le Canon néo-testamentaire conserve une lettre attribuée à Jude Thaddée.

Simon reçoit un épithète qui varie dans les quatre listes:  alors que Matthieu et Marc le qualifient de « cananéen », Luc le définit en revanche comme un « zélote ». En réalité, les deux dénominations s’équivalent, car elles signifient la même chose:  dans la langue juive, en effet, le verbe qana’ signifie:  « être jaloux, passionné » et peut être utilisé aussi bien à propos de Dieu, en tant que jaloux du peuple qu’il a choisi (cf. Ex 20, 5), qu’à propos des hommes qui brûlent de zèle en servant le Dieu unique avec un dévouement total, comme Elie (cf. 1 R 19, 10). Il est donc possible que ce Simon, s’il n’appartenait pas précisément au mouvement nationaliste des Zélotes, fût au moins caractérisé par un zèle ardent pour l’identité juive, donc pour Dieu, pour son peuple et pour la Loi divine. S’il en est ainsi, Simon se situe aux antipodes de Matthieu qui, au contraire, en tant que publicain, provenait d’une activité considérée comme totalement impure. C’est le signe évident que Jésus appelle ses disciples et ses collaborateurs des horizons sociaux et religieux les plus divers, sans aucun préjugé. Ce sont les personnes qui l’intéressent, pas les catégories sociales ou les étiquettes! Et il est beau de voir que dans le groupe de ses fidèles, tous, bien que différents, coexistaient ensemble, surmontant les difficultés imaginables:  en effet, Jésus lui-même était le motif de cohésion, dans lequel tous se retrouvaient unis. Cela constitue clairement une leçon pour nous, souvent enclins à souligner les différences, voire les oppositions, oubliant qu’en Jésus Christ, nous a été donnée la force pour concilier nos différences. Rappelons-nous également que le groupe des Douze est la préfiguration de l’Eglise, dans laquelle doivent trouver place tous les charismes, les peuples, les races, toutes les qualités humaines, qui trouvent leur composition et leur unité dans la communion avec Jésus.

En  ce  qui  concerne ensuite Jude Thaddée, il est ainsi appelé par la tradition qui réunit deux noms différents:  en effet, alors que Matthieu et Marc l’appellent simplement « Thaddée » (Mt 10, 3; Mc 3, 18), Luc l’appelle « Jude fils de Jacques » (Lc 6, 16; Ac 1, 13). Le surnom de Thaddée est d’une origine incertaine et il est expliqué soit comme provenant de l’araméen taddà, qui veut dire « poitrine » et qui signifierait donc « magnanime », soit comme l’abréviation d’un nom grec comme « Théodore, Théodote ». On ne connaît que peu de choses de lui. Seul Jean signale une question qu’il posa à Jésus au cours de la Dernière Cène. Thaddée dit au Seigneur:  « Seigneur, pour quelle raison vas-tu te manifester à nous, et non pas au monde? ». C’est une question de grande actualité, que nous posons nous aussi au Seigneur:  pourquoi le Ressuscité ne s’est-il pas manifesté dans toute sa gloire à ses adversaires pour montrer que le vainqueur est Dieu? Pourquoi s’est-il manifesté seulement à ses Disciples? La réponse de Jésus est mystérieuse et profonde. Le Seigneur dit:  « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole; mon Père l’aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui » (Jn 14, 22-23). Cela signifie que le Ressuscité doit être vu et perçu également avec le coeur, de manière à ce que Dieu puisse demeurer en nous. Le Seigneur n’apparaît pas comme une chose. Il veut entrer dans notre vie et sa manifestation est donc une manifestation qui implique et présuppose un coeur ouvert. Ce n’est qu’ainsi que nous voyons le Ressuscité.

A Jude Thaddée a été attribuée la paternité de l’une des Lettres du Nouveau Testament, qui sont appelées « catholiques » car adressées non pas à une Eglise locale déterminée, mais à un cercle très vaste de destinataires. Celle-ci est en  effet  adressée  « aux appelés, bien-aimés de Dieu le Père et réservés pour Jésus Christ » (v. 1). La préoccupation centrale de cet écrit est de mettre en garde les chrétiens contre tous ceux qui prennent le prétexte de la grâce de Dieu pour excuser leur débauche et pour égarer leurs autres frères avec des enseignements inacceptables, en introduisant des divisions au sein de l’Eglise « dans leurs chimères » (v. 8), c’est ainsi que Jude définit leurs doctrines et leurs idées particulières. Il les compare même aux anges déchus et, utilisant des termes forts, dit qu’ »ils sont partis sur le chemin de Caïn » (v. 11). En outre, il les taxe sans hésitation de « nuages sans eau emportés par le vent; arbres de fin d’automne sans fruits, deux fois morts, déracinés; flots sauvages de la mer, crachant l’écume de leur propre honte; astres errants, pour lesquels est réservée à jamais l’obscurité des ténèbres » (vv. 12-13).

Aujourd’hui, nous ne sommes peut-être plus habitués à utiliser un langage aussi polémique qui, toutefois, nous dit quelque chose d’important. Au milieu de toutes les tentations qui existent, avec tous les courants de la vie moderne, nous devons conserver l’identité de notre foi. Certes, la voie de l’indulgence et du dialogue, que le Concile Vatican II a entreprise avec succès, doit assurément être poursuivie avec une ferme constance. Mais cette voie du dialogue, si nécessaire, ne doit pas faire oublier le devoir de repenser et de souligner toujours avec tout autant de force les lignes maîtresses et incontournables de notre identité chrétienne. D’autre part, il faut bien garder à l’esprit que notre identité demande la force, la clarté et le courage face aux contradictions du monde dans lequel nous vivons. C’est pourquoi le texte de la lettre se poursuit ainsi:  « Mais vous, mes bien-aimés, – il s’adresse à nous tous – que votre foi très sainte soit le fondement de la construction que vous êtes vous-mêmes. Priez dans l’Esprit Saint, maintenez-vous dans l’amour de Dieu, attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ en vue de la vie éternelle. Ceux qui sont hésitants, prenez-les en pitié… » (vv. 20-22). La Lettre se conclut sur ces très belles paroles:  « Gloire à Dieu, qui a le pouvoir de vous préserver de la chute et de vous rendre irréprochables et pleins d’allégresse, pour comparaître devant sa gloire:  au Dieu unique, notre Sauveur, par notre Seigneur Jésus Christ, gloire, majesté, force et puissance, avant tous les siècles, maintenant et pour tous les siècles. Amen » (vv. 24-25).

On voit bien que l’auteur de ces lignes vit en plénitude sa propre foi, à laquelle appartiennent de grandes réalités telles que l’intégrité morale et la joie, la confiance et, enfin, la louange; le tout n’étant motivé que par la bonté de notre unique Dieu et par la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ. C’est pourquoi Simon le Cananéen, ainsi que Jude Thaddée, doivent nous aider à redécouvrir toujours à nouveau et à vivre inlassablement la beauté de la foi chrétienne, en sachant en donner un témoignage à la fois fort et serein.

* * *

Je suis heureux de vous accueillir, chers pèlerins francophones. Je salue particulièrement les Sœurs de Jésus-Marie et les servants de messe de la Haute-Ajoie, en Suisse. En vous mettant à la suite des Apôtres, soyez attentifs à redécouvrir et à vivre toujours plus intensément la beauté de la foi chrétienne et à en donner un témoignage fort et serein. Que Dieu vous bénisse ! 

SAINT BARTHÉLEMY – Apôtre

24 août, 2009

du site:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20090824&id=6143&fd=0

SAINT BARTHÉLEMY – Apôtre

(+ vers l’an 71)

Barthélemy, appelé par le Sauveur, vécut avec Lui, assista à Ses prédications, entendit Ses paraboles, fut le témoin de Ses vertus divines.

Après la Pentecôte, il fut envoyé prêcher l’Évangile dans l’Inde, au-delà du Gange. Dans tous les pays qu’il dut traverser, il annonça Jésus-Christ, Rédempteur du monde. Son zèle et ses prodiges eurent bientôt changé la face de ces contrées; non seulement il convertit les foules, mais il ordonna des prêtres pour le seconder et consacra des évêques. Quand, plus tard, saint Pantène évangélisa ce pays, il y trouva l’Évangile de saint Matthieu, apporté là par Barthélemy.

En quittant les Indes, l’Apôtre vint dans la grande Arménie. Dans la capitale de ce pays, il y avait un temple où l’on rendait les honneurs divins à l’idole Astaroth, et où l’on allait lui demander la délivrance des sortilèges et lui faire prononcer des oracles; le prédicateur de la foi s’y rendit, et aussitôt l’idole devint muette et ne fit plus de guérisons. Les démons avouèrent aux prêtres de ce faux dieu que la faute en était à Barthélemy, et leur donnèrent son signalement; mais l’Apôtre se fit assez connaître par ses miracles; il délivra du démon la fille du roi, et fit faire à l’idole, en présence d’une foule immense, l’aveu public de ses fourberies; après quoi le démon s’éloigna en grinçant des dents. Une merveille si éclatante convertit le roi et une multitude de personnes; la famille royale et douze villes du royaume reçurent bientôt le baptême.

Le démon résolut de se venger; l’Apôtre fut saisi par le frère du roi et condamné à être écorché vif. Les bourreaux inhumains s’armèrent de couteaux et de pierres tranchantes et écorchèrent la victime de la tête aux pieds; de telle sorte que, n’ayant plus de peau, son corps montrait une chair sanglante percée de ses os. Il eut ensuite la tête tranchée. Le corps écorché et la peau sanglante de l’Apôtre furent enterrés à Albane, en la haute Arménie; il s’y opéra tant de miracles, que les païens furieux, enfermèrent le corps du bienheureux dans un cercueil de plomb et le jetèrent à la mer. Mais le cercueil, flottant sur l’onde, vint heureusement à l’île de Lipari, près de la Sicile.

Plus tard, les Sarrasins s’emparèrent de cette île et dispersèrent les saintes reliques; mais un moine reçut, dans une vision, l’ordre de recueillir les ossements de l’Apôtre. Le corps de saint Barthélemy est aujourd’hui à Rome, son chef à Toulouse.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l’année, Tours, Mame, 1950.

1...45678