Archive pour le 8 janvier, 2019

LE HIBOU ET LA COLOMBE

8 janvier, 2019

http://www.abbaziamontecassino.org/abbey/index.php/briciole-spiritualita-abate-donato-montecassino/133-spiritualita-semi-briciole-montecassino-monaco-abate/466-civetta-colomba-montecassino-abate-ogliari

pellegrini cristiani entrano nel santo sepolcro

Moyen âge, les pèlerins chrétiens entrent au Saint-Sépulcre

LE HIBOU ET LA COLOMBE

(traduction Google da l’italien)

Ab. Donato Ogliari osb

Au cours des dernières décennies, en raison de la grave pollution de l’environnement, l’écosystème a subi des modifications qui ont eu des effets néfastes sur toutes les formes de vie. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles il est aujourd’hui difficile, notamment pour ceux qui ne vivent ni dans les zones rurales ni dans les zones adjacentes, de repérer des animaux qui pouvaient être vus auparavant plus facilement. L’un d’entre eux est le hibou, un oiseau de proie nocturne et solitaire au vol molletonné et à la ligne haute et aiguë. Sa présence rare a certainement contribué à diminuer la sombre réputation qui l’accompagne depuis des siècles. En fait, dans l’Antiquité, il était considéré comme un oiseau de mauvais augure, notamment parce que, dans l’imaginaire collectif, il était considéré comme un messager de la mort. Le poète latin Virgilio, par exemple,(bubo) a posé sur les maisons des mourants pour annoncer la fin imminente.
Cette sombre réputation – à laquelle s’ajoute une association présumée avec le mauvais œil – signifie que le hibou n’a pas trouvé de sympathie, même dans la sphère chrétienne. Avec le temps, et sur la base de réminiscences païennes qui y voyaient le symbole de Pallas Athéna, déesse de la sagesse et de la science, le hibou sera en mesure de gagner une place respectable même dans le symbole chrétien. Ainsi, par exemple, le fait que le hibou soit un animal nocturne a commencé à être interprété comme un symbole de la sagesse solitaire et contemplative du croyant qui tente de percer le mystère de Dieu ou du croyant appelé à traverser les épreuves avec courage et confiance. obscur qui menacent sa vie,
***
La colombe, par contre, se présente immédiatement avec un symbolisme riche et positif. Dans l’Ancien Testament, c’est le symbole de la paix (c’était une colombe après le déluge d’apporter à Noé une branche verte d’olivier: voir Genèse 8,10-12), de beauté (cf. Cantique des Cantiques 1, 15) et de disponibilité (voir Psaume 55.7). Dans les évangiles, c’est le symbole de la simplicité (voir Matthieu 10,16) et surtout de l’Esprit Saint. Comment pouvons-nous ne pas penser au baptême de Jésus dans le Jourdain, lorsque l’Esprit de Dieu s’abattit sur lui sous la forme d’une colombe (voir Matthieu 3:16)?
À partir de cette scène évangélique, l’identification par la colombe et le Saint-Esprit est devenue une partie intégrante du symbolisme chrétien et son utilisation dans les arts visuels a été très large; Pensons simplement à la représentation de la Pentecôte, dans laquelle le Saint-Esprit est dépeint comme une colombe planant au-dessus de la tête des apôtres et de la Vierge Marie réunie dans la chambre haute. Dans l’iconographie chrétienne, on rencontre donc des saints (pensons, par exemple, à saint Grégoire le Grand) représentés avec une colombe près de l’oreille, symbole d’inspiration et d’illumination venant du Saint-Esprit. Pour Origène (écrivain chrétien du troisième siècle), les yeux de « l’homme éclairé » sont comparables à ceux de la colombe, symbole de l’Esprit.
Saint Paul a souligné à plusieurs reprises le rôle fondamental que le Saint-Esprit exerce dans la vie du chrétien et de l’Église (voir Romains 8: 9,14). Être en Christ et être dans l’Esprit sont deux affirmations de contenu sensiblement identique pour l’apôtre. En fait, c’est le Saint-Esprit qui nous conduit dans la communion trinitaire par la suite du Christ, la face du Père. C’est le Saint-Esprit qui, en offrant ses dons, édifie l’Église et l’enrichit d’innombrables dons et charismes. Et c’est toujours le Saint-Esprit qui marque le chrétien avec une vraie liberté, ce qui est conçu comme une ouverture à Dieu et aux frères amoureux (Galates 5:13), cet amour qui est répandu par le même Esprit dans le cœur de la fidèles (Romains 5: 5) et qui devient la norme et la force motrice de Existence chrétienne. Le Saint-Esprit – comme le dit saint Augustin – représente pour le croyant « le pouvoir de l’amour, le mouvement ascendant qui s’oppose à la force de gravité qui tend vers le bas ».
Le hibou et la colombe, donc. Deux symboles différents, mais qui se complètent. Tandis que l’un fait appel à une sagesse perspicace et perspicace, même dans les épreuves, l’autre fait allusion à la sagesse qui vient de l’Esprit et illumine et apaise le cœur humain. La chouette et la colombe sont les symboles d’un voyage de la vie que chaque croyant et chaque homme de bonne volonté devrait faire sienne, mais en cette période de l’année, je pense plus particulièrement aux personnes impliquées dans la délicate mission éducative et à tous ces garçons et filles, les jeunes et les jeunes qui se forment dans les écoles de tous les niveaux. Sans aucun doute, un petit « hibou » et un peu de « colombe » aideraient les enseignants et les élèves à transformer même l’enseignement théorique et l’apprentissage en une « école de la vie ».« Il est pas pour l’ école , mais pour la vie» , mantiene Emplacements sa valeur.