Archive pour le 22 juillet, 2015

Statue of the Madonna and Child, Abbey of Fontenay, Burgundy.

22 juillet, 2015

Statue of the Madonna and Child, Abbey of Fontenay, Burgundy. dans images sacrée 800px-Abbaye_Fontenay_Vierge

https://simple.wikipedia.org/wiki/Madonna_and_Child

NEUVAINE DE RÉPARATION DU PÉCHÉ D’AVORTEMENT, PRIÈRE DE BENOÎT XVI POUR LA VIE NAISSANTE

22 juillet, 2015

http://www.compagnie-enfants-non-nes.com/fr/neuvaine-pour-les-enfants-a-naitre.html

NEUVAINE DE RÉPARATION DU PÉCHÉ D’AVORTEMENT, PRIÈRE DE BENOÎT XVI POUR LA VIE NAISSANTE

(A répéter pendant 9 jours consécutifs)
Poussés par la foi et la charité, nous vous offrons, Père, le Très Précieux Sang de votre divin Fils, et le sang des enfants tués par l’avortement comme un nouveau dramatique massacre d’innocents, en union avec nos souffrances, nos prières et nos bonnes œuvres de la journée :

Pour la réparation des innombrables cas d’enfants tués dans le ventre de leur mère, partout dans le monde, et pour leur joie éternelle.
Afin que les mères qui commettent l’avortement se repentissent, pour vivre une vie chrétienne exemplaire et pour devenir zélées en réparation des péchés des familles qui rejettent le don de la vie.
Afin que les chrétiens, qui sont la lumière du monde, propagent partout la culture de la vie et poursuivent autour d’eux une bonne éducation de la conscience à la valeur de la vie humaine.
Pour la conversion de ceux qui sont responsables ou ceux qui font usage de la loi inique de l’avortement, violant ouvertement votre commandement de ne pas tuer.
Pour les responsables les plus proches de la violation du droit à la vie, les médecins, les infirmières et les opérateurs qui pratiquent les avortements, pour qu’ils se rendent compte de ce qu’ils font et pour qu’ils se repentissent et se convertissent .
En réparation des scandales propagés par les moyens de communication sociale au détriment d’une information saine et correcte sur les devoirs envers la vie, pour le seul bénéfice de la propagation de la mentalité pro-avortement.
Afin que le Seigneur donne aux personnes la capacité d’évaluer la valeur de la vie humaine au sujet des avantages que la personne devenue adulte, peut apporter à la société grâce aux talents ordinaires et extraordinaires donnés par Dieu.
Pater, Ave, Gloria.

Neuvaine pour la Vie
Premier jour (en union avec Jean-Paul II): « Ô Marie,
aurore du monde nouveau,
Mère des vivants,
nous te confions la cause de la vie :
regarde, ô Mère, le nombre immense
des enfants que l’on empêche de naître,
des pauvres pour qui la vie est rendue difficile,
des hommes et des femmes victimes d’une violence inhumaine,
des vieillards et des malades tués par l’indifférence ou par une pitié fallacieuse.
Fais que ceux qui croient en ton Fils
sachent annoncer aux hommes de notre temps
avec fermeté et amour
l’Évangile de la vie.
Obtiens-leur la grâce de l’accueillir
comme un don toujours nouveau,
la joie de le célébrer avec reconnaissance
dans toute leur existence
et le courage d’en témoigner
avec une ténacité active, afin de construire,
avec tous les hommes de bonne volonté,
la Civilisation de la Vérité et de l’Amour,
à la louange et à la gloire de Dieu Créateur qui aime la vie »
Deuxième jour (en union avec les enfants avortés): « Notre Père du Ciel,
Tu nous as fait le don de la liberté d’aimer et de suivre Tes voies et Tes commandements.
Certains parents abusent de cette liberté
en détruisant le don de la vie
que Tu as confié à leur enfant.
Nous Te prions de pardonner à ceux qui détruisent la vie humaine
en avortant les bébés à naître.
Permets à ces enfants qui n’ont pu naître
d’être avec Toi pour l’Eternité.
Aide-moi à me rendre solidaire de Tes petits
en prenant à coeur les paroles de Ton Fils :
« chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits,
qui sont mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).
Ainsi, permets-moi aujourd’hui, Père,
d’adopter spirituellement un enfant qui n’a pu venir au monde
et d’offrir mes prières, mes oeuvres,
mes joies et mes souffrances
pour ce petit être, afin que cet enfant puisse naître
et vivre pour Ton honneur et Ta très grande Gloire.
Nous T’en prions au nom de Jésus,
en union avec le Saint Esprit,
Un avec Dieu pour les siècles des siècles.
Ainsi soit-il »
Troisième jour (en union avec les femmes enceintes): « Père qui es dans les Cieux,

voici que je porte en mon sein
un tout petit enfant, faible et vulnérable,
qui déjà transforme tout mon corps
et tout mon coeur.
Merci de me l’avoir confié.

Merci de me donner de l’accueillir
comme Marie a accueilli Jésus au jour de l’Annonciation. Merci de me donner de l’accueillir
comme ma mère m’a accueillie
quand elle a reconnu ma présence
au plus intime d’elle-même.

Père qui nous aimes,
je suis émerveillée face à cette vie
si secrète et si palpitante,
si fragile et si pleine de promesses.
Merci de m’avoir donné les yeux du coeur,
qui me permettent de déjà voir cet enfant,
alors qu’il est encore si invisible.

Père plein de tendresse,
aide-moi à faire chaque jour ce que je peux faire
pour que ce petit enfant soit heureux.
Je te demande, Père de toute grâce,
de pouvoir transmettre à cet enfant,
toute la foi, toute l’espérance, tout l’amour
que je porte dans mon coeur.

Enfin, avec mon enfant, qui est d’abord le tien,
je Te prie, Père, de nous garder sous Ta protection,
maintenant et pour toujours.

Ainsi soit-il »
Quatrième jour (en union avec les femmes enceintes): « Je vous glorifie, Père très Saint, Dieu Créateur,
parce que vous avez fait en moi de grandes choses
et qu’un enfant va naître de cet amour humain
que vous avez béni.

Jésus, Fils de Dieu,
qui me permettez de vous adorer
sous les traits charmants du bébé de la crèche,
je vous consacre mon tout-petit, votre frère.
Enrichissez-le des plus beaux dons de la nature et de la grâce.
Qu’il soit sur la terre votre joie,
dans l’éternité votre gloire !

Esprit-Saint, couvrez-moi de votre ombre
pendant ces mois bénis de l’attente,
afin que rien ne puisse nuire à mon enfant.
Aidez-moi à faire face à ma nouvelle responsabilité,
à savoir m’organiser pour rester en forme physiquement
et disponible à mon mari, à nos enfants et aux autres.

Et vous, Vierge Marie, Reine des mères,
donnez-moi le dynamisme de l’Espérance,
afin que dès à présent notre enfant en soit imprégné.
Faites que notre foyer, par l’éclosion de cette vie,
s’enrichisse d’un amour plus grand.
Mère du Bel Amour, apprenez-moi à offrir toutes mes fatigues
pour que notre foyer s’ouvre à la vie en Dieu
par l’accueil, le partage et le don aux autres.
Ainsi soit-il »
Cinquième jour (en union avec les femmes en détresse): « Seigneur, Source de la vie,
nous te louons et nous te bénissons.
Face au fléau de l’avortement qui menace
des milliers d’enfants à naître,
nous te demandons, Père très bon,
de nous donner un grand respect pour
toute mère qui porte un enfant;
inspire-nous les paroles et les actes
qui donnent courage et confiance.
Eclaire les mères en attente qui délibèrent
du sort de leur enfant;
dans ta Miséricorde,
montre-leur la beauté de la maternité
et la dignité de toute vie humaine.

Suscite chez les pères le vrai
sens de la responsabilité
et de l’accompagnement.

Fais que les médecins secourent avec
sagesse les mères en détresse;
qu’ils leur procurent l’aide nécessaire
dans leurs doutes, leurs difficultés
et leurs tentations
pour qu’elles acceptent de mener à terme
la vie qu’elles portent en elles.

Donne à ces mères, à ces pères,
à ces médecins et à nous tous,
la force d’accomplir ta volonté,
par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Ainsi soit-il »
(Paru dans « Eglise du Puy » – 30 juin 1995)
Sixième jour (en union avec la Sainte Famille): « O Sainte Famille de Nazareth », Jésus, Marie et Joseph, accueillez notre prière pour ces enfants non nés, arrachés à la vie par l’avortement. Pour eux, nous demandons au Père Céleste qu’ils les appellent par leur nom et leur donne le baptême de Désir, pour qu’ils soient purifiés du péché originel, et qu’ils soient introduits dans la sainte maison du Ciel pour pouvoir contempler avec leurs Anges son divin Visage. À ces enfants, nous donnons le Baptême de Sang, avec le Sacrifice Eucharistique de la Messe, pour qu’ils soient lavés et rachetés, et toujours unis au Christ, l’Agneau innocent, sacrifié pour notre salut, pour qu’ainsi ils le suivent comme ses compagnons dans la Gloire du Paradis. Nous demandons la grâce du pardon et de la conversion pour ceux qui, dans leurs enfants avortés, ont violé le commandement de ne pas tuer et nous prions la Divine Miséricorde pour que ce sang innocent ne retombe pas sur eux et leurs enfants. Nous demandons, au nom des enfants perdus, de pouvoir les déposer dans les bras de Marie et Joseph, pour que, plus près de leur Cœur Immaculé et Chaste, ils nous obtiennent les grâces que nous avons besoin pour la santé du corps et le salut de l’âme, par leurs prières et les mérites de leurs souffrances et la perte de leur vie. Ô céleste Enfant Jésus, petit Roi, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, purifie et glorifie tous tes compagnons du Ciel »
Septième jour (en union avec Sainte Jeanne Beretta Molla): « Sainte Jeanne », intercédez pour nous : nous vous confions les chercheurs, les gouvernants, le personnel de santé et tous ceux qui servent et protègent la vie. Préparez le coeur des jeunes à un amour vrai, pur et enthousiaste, accompagnez ceux qui se préparent au mariage, protégez les enfants à naître, protégez toutes les femmes, spécialement celles qui attendent un enfant, mais aussi celles qui n’arrivent pas à avoir d’enfant.
Sainte Jeanne, protégez les femmes qui doivent subir une intervention chirurgicale mettant leur vie en danger ou celle de leur enfant. Consolez aussi les mères qui pleurent un enfant, soutenez les mères dans leur don quotidien, secourez les personnes avec un handicap, assistez les personnes âgées, les malades, les agonisants.
Sainte Jeanne, attirez-nous dans la contemplation du Verbe fait chair.
Sainte Jeanne, apprenez-nous à rayonner l’Évangile de la Vie dans l’Église et dans le monde »
Huitième jour (en union avec les toutes les victimes): « Nous prions aujourd’hui pour toutes les victimes de l’avortement. Que ceux qui sont impliqués dans l’avortement se réconcilient avec Dieu et que les enfants qui ont été tués soient sauvés. Sainte Mère de Dieu et de l’Eglise, Notre Dame de Guadalupe, Tu fus choisis par le Père pour le Fils par le Saint Esprit. Tu es la Femme vêtue de soleil qui peine pour donner naissance au Christ, alors que Satan, le Dragon Rouge, attend afin de dévorer ton enfant. De même, qu’Hérode chercha à détruire ton Fils, Notre Seigneur et Sauveur, Jésus Christ, et dans le processus massacra beaucoup d’enfants innocents, ainsi de nos jours l’avortement assassine beaucoup d’enfants à naître et exploitent beaucoup de mères dans son attaque contre la vie humaine, l’Eglise, le Corps du Christ. Ô Vierge Marie, secours des chrétiens, nous te supplions de protéger toutes les mères des enfants à naître et les enfants en leur sein. Nous implorons ton aide pour que cesse cet holocauste de l’avortement. Fais fondre les coeurs afin que la vie soit respectée ».
Neuvième jour (pour que les avorteurs se convertissent): « Sainte Mère, nous prions ton Cœur Douloureux et Immaculé pour tous les avorteurs et ceux qui les soutiennent afin qu’ils se convertissent et acceptent ton Fils, Jésus-Christ, comme leur Seigneur et Sauveur. Défends tous les enfants dans cette bataille contre Satan et les esprits mauvais dans l’obscurité présente. Nous désirons que les enfants innocents non encore nés et qui meurent sans baptême soient baptisés et sauvés. Nous te demandons de nous obtenir cette grâce pour eux et le repentir, la réconciliation et le pardon de Dieu pour leurs parents et leurs assassins. Que soit révélée, une fois de plus, dans l’histoire du monde, l’infinie puissance de l’Amour miséricordieux. Qu’il mette fin au mal. Qu’il transforme les consciences. Que ton coeur Douloureux et Immaculé révèle à tous la lumière de l’espoir. Que le Christ Roi règne sur nous, nos familles, nos cités, nos états, nos nations et sur toute l’humanité. O clémente, o aimante, o douce Vierge Marie, entends nos supplications et accepte ce cri de nos coeurs. Notre Dame de Guadalupe, Protectrice des enfants à naître, priez pour nous ! »

Prière de Benoît XVI pour la vie naissante
Seigneur Jésus, qui, fidèlement, visite et comble de ta Présence l’Eglise et l’histoire des hommes,
Toi qui, dans l’admirable Sacrement de ton Corps et de ton Sang nous fais participer de la Vie divine
et nous donnes un avant-goût de la joie de la Vie éternelle, nous t’adorons et nous te bénissons.
Prosternés devant toi, la source de la vie, et qui l’aime, réellement présent et vivant au milieu de nous, nous te supplions:
Réveille en nous le respect pour toute vie humaine naissante, rends-nous capables de discerner dans le fruit du sein maternel l’œuvre admirable du Créateur, dispose nos cœurs à l’accueil généreux de tout enfant qui vient à la vie.
Bénis les familles, sanctifie l’union des époux, rends fécond leur amour.
Accompagne de la lumière de ton Esprit les choix des assemblées législatives, pour que les peuples et les nations reconnaissent et respectent le caractère sacré de la vie, de toute vie humaine.
Guide le travail des scientifiques et des médecins, afin que le progrès contribue au bien intégral de la personne et qu’aucun être ne soit supprimé ou ne souffre l’injustice.
Donne une charité créative aux administrateurs et aux financiers, pour qu’ils sachent pressentir et promouvoir des moyens suffisants afin que les jeunes familles puissent s’ouvrir sereinement à la naissance de nouveaux enfants.
Console les époux qui souffrent de l’impossibilité d’avoir des enfants et, dans ta bonté, pourvois!
Eduque-nous tous à prendre soin des enfants orphelins ou abandonnés, afin qu’ils puissent faire l’expérience de la chaleur de ta charité de la consolation de ton divin Cœur.
Avec Marie, ta Mère, la grande croyante, dans le sein de laquelle tu as assumé notre nature humaine, nous attendons de toi, notre unique et vrai Bien et Sauveur, la force d’aimer et de servir la vie, dans l’attente de vivre toujours en toi, dans la Communion de la Trinité Bienheureuse.

LA RECONNAISSANCE

22 juillet, 2015

http://www.rosee.org/rosedautomne/page21.html

LA RECONNAISSANCE

La notion de reconnaissance est fondamentale pour la piété biblique. Elle conduit à une connaissance plus profonde du salut.
Le croyant remercie Dieu pour ses dons, pour sa bonté, pour l’écoute des cris de détresse et l’exaucement des prières. De Dieu viennent tout don excellent et tout cadeau parfait ! La reconnaissance conduit à la louange et au témoignage
Apprenons à être reconnaissant ! A remercier le Seigneur pour toute chose, ainsi que nos frères et sœurs pour le travail qu’ils effectuent bien souvent dans l’ombre.
Ayons de la considération pour les autres. Quand avons-nous dit pour la dernière fois aux personnes de notre entourage que nous étions reconnaissants pour elles ?

Réalisons qu’apprécier quelqu’un, c’est lui donner un feedback positif. Cela souligne une performance et encourage l’autre à continuer).

· Rendons-grâce au Seigneur pour toute chose
· Prions pour devenir plus encourageant
N’oublions pas de remercier notre prochain

L’action de grâces – Colossiens 3.17
Une facette de la prière – La prière revêt plusieurs aspects.

L’adoration loue et célèbre le Seigneur. Intercession et supplication sont nécessaires au combat. Demander c’est présenter une requête. Et pour remercier le Père de l’exaucement ou de la bénédiction, nous lui apportons des actions de grâces.

Merci : un mot difficile à apprendre
Petits, il nous fallait dire merci : « Merci à papa, merci à maman. Merci à mamie, à la dame, au monsieur… » L’insistance par laquelle les parents l’inculquaient montre bien l’ingratitude naturelle qui nous caractérisait.
L’enfant de Dieu apprend à remercier son Père céleste. Oublier de compter les bienfaits de Dieu, c’est se comporter en enfant gâté, adopter une attitude ingrate. Or si elle n’est pas occupée à exprimer le remerciement, notre bouche nous entraînera à nous plaindre, à murmurer et à vivre dans l’amertume (Éphésiens 4.29, 5.4, etc.).
Si un vrai merci, du fond du cœur, se dit avec le sourire, c’est que l’action de grâces doit exprimer la joie !
Mille et un sujets d’action de grâce
Nous sommes redevables envers le Créateur pour la vie, le mouvement et l’être. Pour le pain, le vêtement, les choses matérielles qu’il nous procure chaque jour…
Nous bénissons le Sauveur pour l’œuvre du salut, le baptême du Saint-Esprit ! Pour la grande famille à laquelle nous appartenons : nos chers pasteurs, les sœurs et frères en Christ…
Décidons de dire merci à notre Dieu, en tout temps (Philippiens 4.6). Abondons en actions de grâces (Colossiens 2.7). Obéissons au commandement : « Soyez reconnaissants » (Colossiens 3.15).

Psaume 50.23
Celui qui offre pour sacrifice des actions de grâces me glorifie. Par Paul Ettori
Soyez reconnaissants !
« Tu me donnes le bouclier de ton salut, ta droite me soutient, et je deviens grand par ta bonté. « Psaume 18 : 36
Quand nous sommes véritablement reconnaissants, cela affecte radicalement notre existence : nos relations, nos attitudes, nos humeurs, nos actions et nos réactions.
Dans notre verset clé du jour, David reconnaît qu’il est devenu grand par la bonté de l’Eternel. Le mot original hébreu traduit ici par « bonté » prend dans d’autres versions le sens de sollicitude (Tob) ou mansuétude (Colombe). Ce terme signifie en réalité : « complaisance », ce qui donne lieu à une pensée profonde. Dieu s’est complu à nous créer, à nous offrir une communion avec Lui et à prendre soin de nous avec miséricorde. David avait découvert une vérité libératrice : tout ce qu’il était, tout ce qu’il avait et tout ce qu’il faisait provenait du fait que Dieu se complaisait à le bénir. Il n’est donc pas étonnant que ce psaume s’achève sur un crescendo d’actions de grâces !
La grâce de Dieu plus notre gratitude égalent la grandeur. Quand nous donnons gloire à Dieu, la grandeur apparaît dans notre personne. Nous commençons à avoir de la considération pour les autres. Quand avez-vous dit pour la dernière fois aux personnes de votre entourage que vous étiez reconnaissant pour elles ?
Pensée du jour : J’exprimerais ma reconnaissance pour ce que j’ai reçu, et je serai prêt pour tout ce que le Seigneur me donnera en ce jour ? L.J. Ogilvie
L’appréciation: Reconnaître avec gratitude la valeur de l’autre
 » …Rendez continuellement grâces à Dieu le Père pour toutes choses, au nom de notre Seigneur Jésus Christ ». Ephésiens 5.20
L’appréciation, c’est la reconnaissance – pleine de gratitude – de la valeur, de la qualité ou de l’importance d’un don, d’une action ou d’une personne. Le mot « appréciation » vient du latin appretaire, qui signifie « apprécier ».

D’autres mots synonymes d’appréciation
· La Gratitude
· Les Remerciements
· La Prise en compte
· La Reconnaissance

Les gens ont besoin de savoir que ce qu’ils sont et ce qu’ils font ont de la valeur pour les autres. Notre besoin d’appréciation est lié à notre besoin d’attention et de sens ; et nous grandissons lorsque nous recevons cela. Apprécier quelqu’un, c’est lui donner un feedback positif. Cela souligne une performance remarquable et encourage l’autre à continuer ainsi.
Pour illustrer le manque d’appréciation, on utilise des termes comme « manque d’estime » ou « ingratitude » ; le manque d’appréciation signifie que les gens ne reçoivent pas de feedback positif lorsqu’ils ont fait quelque chose de bien. Ils ressentent que leurs efforts sont ignorés, que leur contribution ne sert à rien. Pire même, ils peuvent parfois croire que c’est leur personnalité, leur identité, qui n’a aucune valeur. Il peut alors en résulter de la frustration et on entend parfois les gens dire des choses comme « ls n’apprécient pas ce que je fais ». « Elle est si ingrate ». « Il n’est jamais reconnaissant de quoi que ce soit envers qui que ce soit ».
Tout le monde cherche à être valorisé par les autres. Nous désirons que notre présence et nos efforts soient reconnus. Nous avons besoin de feedback positif et de reconnaissance. Lorsque nous en faisons l’objet, nous avons le sentiment d’avoir de la valeur et de l’importance.

Actions
· Rendez-grâce au Seigneur pour toute chose
· Priez pour devenir plus encourageant
· Envoyez un mot de remerciement
· Reconnaissez les bonnes actions

« Chez l’homme, le principe le plus profond, c’est la soif de reconnaissance » William James
« Rien n’est plus urgent que d’exprimer ses remerciements » Ambroise de Milan – Par Norm Anderson
Vous avez beaucoup de sujets de reconnaissance !
« J’ai appris à être content de l’état où je me trouve. » Philipiens 4.11
Appréciez-vous la vie ? Si ce n’est pas le cas, c’est peut-être parce que vous prenez pour acquis ce que vous avez déjà. Peut-être pensez-vous : « En fait, je ne peux pas apprécier ma vie car j’ai tant de problèmes ! »
Puis-je vous encourager à ne pas centrer vos pensées sur ce qui vous manque, mais plutôt sur les bonnes choses présentes dans votre vie ?
Prenez juste un instant aujourd’hui et remerciez Dieu pour votre santé et la force qu’il vous donne. Si vous perdiez soudainement votre santé, vous sentant de ce fait misérable, alors vous seriez plus que joyeux si vous pouviez revenir dans l’état où vous êtes aujourd’hui. Remerciez Dieu pour votre travail : il est peut être éprouvant parfois, mais il est une des sources de la providence de Dieu pour combler vos besoins. Remerciez Dieu pour les bénédictions que vous avez maintenant. Ce qui peut vraiment vous empêcher d’aller plus loin dans votre relation avec Dieu et dans votre marche en avant, c’est une attitude ingrate sans aucune reconnaissance.
Prenez la décision de commencer à être heureux à l’endroit où vous êtes maintenant. L’apôtre Paul était toujours dans le contentement. Ce grand homme de Dieu avait découvert le secret du vrai bonheur: apprécier la vie, quelles que soient les circonstances !
Si vous n’êtes pas heureux là où vous êtes, vous n’arriverez jamais là où vous désirez aller. Apprenez à apprécier chaque étape du voyage de la vie. Ayez une attitude de reconnaissance et soyez content, peu importe où vous vous trouvez.
Si vous agissez ainsi, Dieu vous amènera vers la victoire et vous allez vivre la vie abondante et remplie de joie qu’il a en réserve pour vous.

Une prière pour aujourd’hui
Père, je suis incroyablement béni ! Merci pour les choses merveilleuses que tu m’as données. Merci parce que tu as un plan excellent pour ma vie. Je te louerai toujours. Au nom de Jésus. Amen. Par Joël Osteen

Hébreux 12:28 Le royaume que nous recevons est inébranlable : soyons donc reconnaissants et servons Dieu d’une manière qui lui soit agréable, avec soumission et respect,