Archive pour le 10 mai, 2015

La Mère de Dieu

10 mai, 2015

La Mère de Dieu dans images sacrée 48c642df5a2761d9aaae5c6eb98288d2

https://www.pinterest.com/pin/463096774160135639/

CHAPITRE 1: LA SAINTE VIERGE NOTRE MÈRE

10 mai, 2015

http://www.copticchurch.ch/a-propos-de-nous/la-sainte-vierge-marie

(est un long article, je ne mets pas tout dans le post, mais si vous allez sur le site vous verrez qui est très agréable, aussi le chapitre II)

CHAPITRE 1: LA SAINTE VIERGE NOTRE MÈRE

Aucune femme au monde n’a été l’objet de tant de prophéties dans l’Ancien Testament et n’a joui d’un si grand intérêt dans la Bible comme la Sainte Vierge Marie. L’Ancien Testament nous offre bien des symboles la concernant, et le Nouveau Testament présente sa biographie, le Magnificat et le miracle opéré par son intercession.
Nombreux sont les hymnes de glorification et les méditations sur la Sainte Vierge enregistrés dans les ouvrages des Pères, et glorieux sont les titres que l’Eglise lui donne et qu’elle puise dans l’Ecriture Sainte.
Elle est notre mère à tous, Notre Dame, la fierté de notre race, la Reine qui se tient à la droite du Roi, la Vierge toujours vierge, la chaste, la pleine de grâces, la Sainte Marie, la Mère puissante qui vient à notre secours, la miséricordieuse, la Mère de la Lumière, de la miséricorde et du salut, la vraie vigne.
L’Eglise l’élève au dessus du rang des archanges, en lui disant dans ses louanges et ses hymnes :
« Vous vous êtes élevée, Marie, au dessus des Chérubins, et vous avez transcendé les Séraphins. »
C’est Marie qui a été élevée au temple, qui a men, dès son enfance, une vie de prière et de méditation, devenant ainsi le vase sacré choisi par Dieu pour y venir habiter.
De nombreuses générations ont attendu la naissance de cette Vierge afin que, par elle, soit réalisée « la plénitude du temps ».
C’est elle qui a éliminé la honte causée par le péché d’Eve et qui a sauvé la réputation de la femme après la chute. Elle est la Mère de Dieu, la Vierge toujours vierge.
Elle est la Vierge qui, durant l’enfance du Christ, est venue dans notre pays et y a vécu pendant des années au cours desquelles elle a sanctifié et béni notre territoire.
C’est elle qui fait des miracles innombrables que nous commémorons par des fêtes organisées dans les lieux où ils ont été opérés.
La Sainte Vierge ne nous est pas étrangère ; son amour a été profondément enraciné dans le cœur des coptes, émanant de la doctrine et affermi par l’expérience personnelle.
Qu’il est grand l’honneur accordé à notre pays par sa visite dans le passé et par son apparition sur les coupoles de son église à Zeitoun depuis de nombreuses années.
Aucune femme dans le christianisme n’a été l’objet de tant d’amour de la part des fidèles comme la Sainte Vierge Marie.
En Egypte, la plupart des églises célèbrent sa fête, et dans le rite, nombreux sont les louanges, les cantiques, les hymnes de glorification, les chants et les doxologies qui lui sont consacrés, surtout au cours du mois de Kiahk (durant le jeune de l’Avant). Nos frères catholiques lui consacrent un entier dénommé le mois de Marie.
Plusieurs monastères en Egypte portent le nom de la Sainte Vierge, tel le Monastère dit de la Sainte Vierge pour les paramos, le Monastère dit des syriens, le monastère de la Sainte Vierge nommé « Al Moharrak », autrement dit, le quart des monastères actuels, comme il y a aussi un couvent de religieuses en son nom de Haret Zoueila au Caire ; et nombreux sont les monastères et les écoles érigés en son nom en Occident.

I. Les Eglises les plus anciennes portant le nom de la Sainte Vierge
L’église la plus ancienne édifiée en son nom durant l’ère apostolique est celle de Philippes, la plus ancienne en Egypte date de l’époque du pape copte Thaoné, le seizième patriarche (en l’an 274 ap. J.C.)
Une des églises les plus célèbres édifiés au nom de la Sainte Vierge est celle du monastère appelé « Al Moharrak », consacrée à l’époque du patriarche Théophile (23eme patriarche), au début du cinquième siècle (le 6 du mois copte Hator), de même que les églises qui ont été construites dans les lieux qu’elle a visités en Egypte.
Il y a aussi en Occident deux églises coptes orthodoxe au nom de « la Vierge de Zeitoun », l’une en France et l’autre à Vienne.
II. Grandeur de la Sainte Vierge
La grandeur de la Sainte Vierge a été décrétée par le Saint Concile Œcuménique d’Ephèse, réuni en l’an 431 ap. J.C. et auquel ont assisté deux cents évêques venus de diverses parties du monde. Ce concile a établi l’introduction du credo dans lequel nous disons : « Nous vous vénérons, ô Mère de la Vraie Lumière, et nous vous glorifions, ô Vierge Sainte et Mère de Dieu, parce que Vous avez donné naissance pour nous au Sauveur du monde, Qui est venu et a sauvé nos âmes. »
Sur quels fondements le Concile Œcuménique a-t-il établi cette introduction ? En voici les causes :
La Vierge : c’est la sainte qui a été et sera toujours béatifiée par les générations, tel que le signale le Magnificat :
« Oui désormais toutes les générations me diront bienheureuse »
L’Eglise la dénomme la Reine, comme le signale le psaume :
« La Reine est à votre droite »
C’est pourquoi d’ailleurs plusieurs artistes, en dessinant l’icône de la Sainte Vierge, mettent une couronne sur sa tête et la placent à la droite de Notre Seigneur Jésus Christ.
Sa vénération est soulignée par le salut que lui a fait l’ange Gabriel en lui disant : « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi … car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » ; cela signifie qu’elle a trouvé une grâce spéciale auprès de Dieu, comme le témoigne aussi Sainte Elizabeth qui « poussa un grand cri et dit : ‘Bénie es tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein ! ».
Devant la grandeur de la Sainte Vierge, sainte Elizabeth ressentit sa propre médiocrité. Quoiqu’elle savait que sont propre fils « sera grand devant le Seigneur, (qu’) il sera rempli de l’Esprit Saint dès le sein de sa mère et (qu’) il marchera devant Lui avec l’esprit et la puissance d’Elie », elle fut envahit par le sentiment de son indignité et s’écria :
« Comment m’est il donné que vienne à moi la Mère de mon Seigneur ? »
L’un des arguments les plus évidents de la grandeur de la Sainte Vierge et de sa dignité auprès de Dieu est qu’Elizabeth « fut remplie d’Esprit Saint », et l’enfant tressaillit d’allégresse » dans son sein des qu’ « elle eut entendu la salutation de Marie ». La révélation divine dit à ce propos :
« Et il advint, dès qu’Elizabeth eut entendu la salutation de Marie, que l’enfant tressaillit dans son sein et Elizabeth fut remplie d’Esprit Saint ».
C’est vraiment là une grandeur inouïe que la seule salutation de la Sainte Vierge remplisse Elizabeth de l’Esprit Saint. De quel saint peut on en dire autant ? Mais voici le témoignage d’Elizabeth : « Car, vois tu, dès l’instant où ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli d’allégresse en mon sein. »
Quand Elizabeth a été remplie de l’Esprit Saint, elle a acquis le don de la prophétie et de la révélation.
Ainsi a-t-elle su que la Sainte Vierge était la Mère de son Seigneur ; que celle-ci avait « cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur » ; elle a compris que le tressaillement de l’enfant en son sein était dû à l’allégresse qu’il ressentit en présence de l’Enfant Divin qui se trouvait dans le sein de la Sainte Vierge, aussi s’est elle écriée : « Béni (est) le Fruit de ton sein ».
La grandeur de la Sainte Vierge se révèle par le fait que le Bon Dieu l’ait choisie parmi toutes les femmes du monde…
Elle est la seule femme que l’Economie Divine a attendue des milliers d’années et qu’elle trouva méritant ce grand honneur que l’ange Gabriel a révélé en disant : « l’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très Haut te prendra sous son ombre c’est pourquoi l’Etre Saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu ».
Par sa grandeur, la Saint Vierge s’élève au dessus de toutes les femmes.
Voilà pourquoi la Révélation divine a dit d’elle :
« Nombres de femmes ont accompli des exploits, mais toi, tu les surpasses toutes ! ».
C’est peut être dans ce texte de la Bible que l’Eglise a puisé cette louange à la Sainte Vierge : « Toutes sortes de dignité ont été accordées à bon nombre de femmes, mais aucune d’elle n’a joui de la dignité qui vous a été accordée. »
Cette Vierge sainte était dans la pensée et l’économie de Dieu dès le commencement.
Quand Dieu a promis le salut à nos Premiers Parents, il leur a dit que le « lignage » de la femme « écrasera la tête du serpent ». Cette femme, c’est la Sainte Vierge, et son lignage, c’est le Christ Qui a écrasé la tête du serpent sur la croix.

III. Une vie entourée de miracles
Les miracles dans la vie de la Sainte Vierge commencent bien avant sa naissance et se poursuivirent même après sa mort.
1. Sa conception a eu lieu par miracle d’un père et d’une mère stériles, et elle a été annoncée à ses parents par un ange.
2. Ses fiançailles ont eu lieu par un miracle divin qui a choisi le fiancé qui prendra soin d’elle.
3. La conception du Christ dans son sein a eu lieu par un miracle, car elle était vierge et elle l’est demeurée même après l’enfantement.
4. Lors de sa visite à Sainte Elizabeth, lorsque celle-ci a entendu son salut, l’enfant « a tressailli d’allégresse » en son sein, et elle fut remplie « d’Esprit Saint ».
5. D’innombrables miracles se sont produits lors de sa visite en Egypte, entre autres la chute des idoles.
6. Le premier miracle accompli par Notre Seigneur Jésus Christ en Cana de Galilée a eu lieu grâce à son intercession.
7. Le miracle de la fonte du fer qui a sauvé la vie de l’Apôtre Matthias a eu lieu grâce à sa prière.
8. A sa mort, Le Christ Lui-même est venu recevoir son esprit.
9. Dieu a puni les Juifs qui ont essayé d’outrager son corps après sa mort.
10. L’ascension de son corps au ciel a eu lieu par un miracle.
11. Les innombrables miracles qui se sont produits par son intercession dans diverses parties du monde ont été enregistrés dans bien des ouvrages.
12. Son apparition dans divers endroits, et surtout celle qui a eu lieu sur les coupoles de son église à Zeitoun et celle de Papadoublo à Choubrah, banlieue du Caire, son autant de miracles.
Ceux si se poursuivent partout dans le monde, et se poursuivront toujours, en témoignage de la dignité de cette sainte.

IV. Le jeune dit de la Sainte Vierge