Archive pour le 6 février, 2013

Jesus talks to the women of Jerusalem

6 février, 2013

Jesus talks to the women of Jerusalem dans images sacrée Jesus%20talks%20to%20the%20women%20of%20Jerusalem

http://almondburywithfarnleytyasteamparish.btck.co.uk/TheWayoftheCross/JesusspeakstothewomenofJerusalem

PAPE BENOÎT XVI: LES FEMMES AU SERVICE DE L’EVANGILE (2007)

6 février, 2013

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2007/documents/hf_ben-xvi_aud_20070214_fr.html

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 14 février 2007

LES FEMMES AU SERVICE DE L’EVANGILE

Chers frères et sœurs,

Nous sommes parvenus aujourd’hui au terme de notre parcours parmi les témoins des débuts du christianisme que mentionnent les écrits néo-testamentaires. Et au cours de la dernière étape  de  ce  premier parcours, nous consacrerons notre attention aux nombreuses  figures  de  femmes  qui  ont accompli un rôle efficace et précieux dans la diffusion de l’Evangile. Leur témoignage ne peut être oublié, conformément à ce que Jésus lui-même dit de la femme qui lui versa de huile sur la tête, peu avant la Passion:  « En vérité, je vous le dis, partout où sera proclamé cet Evangile, dans le monde entier, on redira aussi, à sa mémoire, ce qu’elle vient de faire » (Mt 26, 13; Mc 14, 9). Le Seigneur veut que ces témoins de l’Evangile, ces figures qui ont apporté une contribution afin de faire croître la foi en Lui, soient connues et que leur mémoire soit vivante dans l’Eglise. Sur le plan historique, nous pouvons distinguer le rôle des femmes dans le christianisme des origines, au cours de la vie terrestre de Jésus et au cours des événements de la première génération chrétienne.
Bien sûr, comme nous le savons, Jésus choisit parmi ses disciples douze hommes comme Pères de la nouvelle Israël; il les choisit pour « être ses compagnons et pour les envoyer prêcher » (Mc 3, 14-15). Ce fait est évident mais, outre les Douze, piliers de l’Eglise, pères du nouveau Peuple de Dieu, de nombreuses femmes sont également choisies au nombre des disciples. Je n’évoquerai que très brièvement celles qui se trouvent sur le chemin de Jésus lui-même, en commençant par la prophétesse Anne (cf. Lc 2, 36-38) jusqu’à la Samaritaine (cf. Jn 4, 1-39), à la femme syrophénicienne (cf. Mc 7, 24-30), à l’hémorroïsse (cf. Mt 9, 20-22) et à la pécheresse pardonnée (cf. Lc 7, 36-50). Je ne me réfère pas non plus aux protagonistes de certaines paraboles efficaces, par exemple la femme qui fait le pain (Mt 13, 33), la femme qui perd une drachme (Lc 15, 8-10), la veuve qui importune le juge (Lc 18, 1-8). Les femmes qui ont joué un rôle actif dans le cadre de la mission de Jésus sont plus importantes pour notre réflexion. En premier lieu, ma pensée se tourne naturellement vers la Vierge Marie, qui à travers sa foi et son oeuvre maternelle, collabora de façon unique à notre Rédemption, au point qu’Elisabeth put la proclamer « bénie entre les femmes » (Lc 1, 42), en ajoutant « bienheureuse celle qui a cru » (Lc 1, 45). Devenue disciple du Fils, Marie manifesta à Cana une entière confiance en Lui (cf. Jn 2, 5) et le suivit jusque sous la Croix, où elle reçut de Lui une mission maternelle pour tous ses disciples de tout temps, représentés par Jean (cf. Jn 19, 25-27).
Viennent ensuite différentes femmes qui, à titre divers, gravitent autour de la figure de Jésus en ayant des fonctions de responsabilité. Un exemple éloquent est représenté par les femmes qui suivaient Jésus pour l’assister de leurs biens, et dont Luc nous transmet certains noms:  Marie de Magdala, Jeanne, Suzanne et « plusieurs autres » (cf. Lc 8, 2-3). Puis, les Evangiles nous informent que les femmes, à la différence des Douze, n’abandonnèrent pas Jésus à l’heure de la Passion (cf. Mt 27, 56.61; Mc 15, 40). Parmi elles ressort en particulier Marie-Madeleine, qui non seulement assista à la Passion, mais fut également la première à témoigner et à annoncer le Ressuscité (cf. 20, 1. 11-18). C’est précisément à Marie de Magdala que saint Thomas d’Aquin réserve le qualificatif particulier d’ »apôtre des apôtres »  (apostolorum apostola),  lui consacrant ce beau commentaire:  « De même qu’une femme avait annoncé au premier homme des paroles de mort, ainsi, une femme annonça en premier aux apôtres des paroles de vie » (Super Ioannem, ed. Cai, 2519).
Dans le domaine de l’Eglise des débuts également, la présence des femmes n’est absolument pas secondaire. Nous n’insistons pas sur les quatre filles non nommées du « diacre » Philippe, résidant à Cesarée Marittime, et toutes dotées, comme nous le dit saint Luc, du « don de prophétie », c’est-à-dire de la faculté d’intervenir publiquement sous l’action de l’Esprit Saint (cf. Ac 21, 9). La brièveté de l’information ne nous permet pas de déductions plus précises. Nous devons plutôt à saint Paul une plus ample documentation sur la dignité et sur le rôle ecclésial de la femme. Il part du principe fondamental selon lequel pour les baptisés, non seulement « il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni homme libre », mais également « il n’y a ni homme ni femme ». La raison est que « tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus » (Ga 3, 28), c’est-à-dire que tous sont unis par la même dignité fondamentale, bien que chacun soit doté de fonctions spécifiques (cf. 1 Co 12, 27-30). L’apôtre admet comme quelque chose de normal que dans la communauté chrétienne, la femme puisse « prophétiser » (1 Co 11, 5), c’est-à-dire se prononcer ouvertement sous l’influence de l’Esprit, du moment que cela soit pour l’édification de la communauté et fait avec dignité. C’est pourquoi la célèbre exhortation suivante, à ce que « les femmes gardent le silence dans les assemblées » (1 Co 14, 34) doit être plutôt relativisée. Nous laissons aux exégètes le problème, très débattu, qui en découle, de la relation apparemment contradictoire, entre la première affirmation – les femmes peuvent prophétiser dans l’assemblée  -  et  la seconde – les femmes ne peuvent pas parler. Ce n’est pas ici qu’il doit être débattu. Mercredi dernier nous avons déjà rencontré la figure de Prisca ou Priscille, femme d’Aquilas, qui dans deux cas, de manière surprenante, est mentionnée avant son mari (cf. Ac 18, 18; Rm 16, 3):  l’une et l’autre sont cependant explicitement qualifiés par Paul comme ses sun-ergoús « collaborateurs » (Rm 16, 3).
Certains autres faits ne peuvent pas être négligés. Il faut prendre acte, par exemple, que la brève Lettre à Philémon est en réalité également adressée par Paul à une femme appelée « Apphia » (cf. Ph 2). Des traductions latines et syriaques du texte grec ajoutent à ce nom « Apphia », l’appellation de « soror carissima » (ibid.), et l’on doit dire que dans la communauté de Colosse, celle-ci devait occuper une place importante; quoi qu’il en soit, c’est l’unique femme mentionnée par Paul parmi les destinataires d’une de ses lettres. Ailleurs, l’Apôtre mentionne une certaine « Phébée », qualifiée comme diákonos de l’Eglise de Cencrées, petite ville portuaire située à l’est de Corinthe (cf. Rm 16, 1-2). Bien que le titre, à cette époque, n’ait pas encore de valeur ministérielle spécifique de type hiérarchique, il exprime un véritable exercice de responsabilité de la part de cette femme en faveur de cette communauté chrétienne. Paul recommande de la recevoir cordialement et de l’assister « en toute affaire où elle ait besoin », puis il ajoute:  « car elle a pris soin de beaucoup de gens, et de moi aussi ». Dans le même contexte épistolaire, l’Apôtre rappelle avec des accents délicats d’autres noms de femmes:  une certaine Marie, puis Tryphène, Tryphose et la « très chère » Persis, en plus de Julie, dont il écrit ouvertement  qu’elles  se sont « donné beaucoup de peine dans le Seigneur » ou « qui se donnent de la peine dans le Seigneur » (Rm 16, 6.12a.12b.15), soulignant ainsi leur profond engagement ecclésial. Dans l’Eglise de Philippes se distinguèrent ensuite deux femmes appelées « Evodie et Syntykhé » (Ph 4, 2):  le rappel que Paul fait de leur concorde réciproque laisse entendre que les deux femmes assuraient une fonction importante au sein de cette communauté.
En somme, l’histoire du christianisme aurait eu un développement bien différent s’il n’y avait pas eu le généreux apport de nombreuses femmes. C’est pourquoi, comme l’écrivit mon cher prédécesseur Jean-Paul II dans la Lettre apostolique Mulieris dignitatem, « L’Eglise rend grâce pour toutes les femmes et pour chacune d’elles… L’Eglise rend grâce pour toutes les manifestations du « génie » féminin apparues au cours de l’histoire, dans tous les peuples et dans toutes les nations; elle rend grâce pour tous les charismes dont l’Esprit Saint a doté les femmes dans l’histoire du Peuple de Dieu, pour toutes les victoires remportées grâce à leur foi, à leur espérance et à leur amour:  elle rend grâce pour tous les fruits de la sainteté féminine » (n. 31). Comme on le voit, l’éloge concerne les femmes au cours de l’histoire de l’Eglise et il est exprimé au nom de la communauté ecclésiale tout entière. Nous nous unissons nous aussi à cette appréciation en rendant grâce au Seigneur, car Il conduit son Eglise, génération après génération, en s’appuyant indistinctement sur des hommes et des femmes, qui savent faire fructifier leur foi et leur baptême pour le bien du Corps ecclésial tout entier, pour la plus grande gloire de Dieu.

* * *

Je salue avec joie les pèlerins francophones, en particulier les séminaristes des Pays de Loire et de l’Océan indien et leurs formateurs, les jeunes du Collège Fénelon-Sainte Marie,  et tous les jeunes présents. Ayez à cœur de faire fructifier votre foi et votre baptême pour le bien de toute l’Église.

LA MÉDITATION CHRÉTIENNE – Pour méditer, il faut parvenir à l’immobilité de l’esprit et du corps…

6 février, 2013

http://meditationchretienne.org/site/pag.php?Pag=area&Area=44

LA MÉDITATION CHRÉTIENNE

POUR MÉDITER

Pour méditer, il faut parvenir à l’immobilité de l’esprit et du corps. Même si cela peut sembler extraordinaire, le silence est parfaitement accessible à chacun de nous, en dépit des distractions du monde moderne. Mais  pour atteindre le silence et l’immobilité, il faut du temps, de l’énergie et de l’amour.
La manière d’entreprendre ce pèlerinage est de réciter une courte expression, un mot communément appelé « mantra » . Ce moyen nous aide à porter notre attention au-delà de nous, nous éloigne des pensées et des préoccupations égocentriques qui nous habitent. Le vrai travail du méditant est d’atteindre l’harmonie du corps, de l’esprit et de la pensée. C’est ce à quoi nous invite le psalmiste :
« Sois silencieux et sache que je suis Dieu » (Ps. 45, v. 11)
Lorsque nous méditons, notre conscience se détourne de notre personne, tel un faisceau lumineux en quête d’un autre objet à éclairer.
Pendant la méditation, on ne pense pas à Dieu, on ne l’imagine pas. Ce que l’on essaie de faire est incommensurablement plus grand : il s’agit d’être avec Dieu, avec Jésus, avec son Esprit-Saint. Le méditant cherche à aller au-delà des pensées, fussent-elles de saintes pensées. La méditation n’est pas affaire de penser, mais d’être. Le but de la méditation chrétienne est de permettre à la présence silencieuse et mystérieuse de Dieu en nous de devenir la réalité qui donne forme, sens et direction à tout ce que nous sommes et à tout ce que nous faisons. Elle accomplit la tâche d’amener notre esprit distrait au calme, au silence et à la concentration.
Pour méditer, on s’installe dans un endroit paisible, sur un siège confortable, le dos bien droit et on ferme les yeux légèrement. Il faut avoir le corps détendu et l’esprit en éveil. Alors, silencieusement, à l’intérieur de soi, on commence à répéter un mot, le même mot tout au long de la méditation. Nous recommandons l’expression Maranatha, qui est une formule de prière. Ce n’est pas plus compliqué que ça. On prononce MA-RA-NA-THA, en appuyant également sur chacune des syllabes. Certaines personnes articulent le mantra au rythme de leur respiration, avec calme et régularité. La récitation doit se faire assez lentement et de façon assez rythmée. De tout son coeur, on concentre son attention sur le mot que l’on répète.
La méditation est un pèlerinage au centre de notre coeur. Elle exige de nous de la foi, de la simplicité et un esprit d’enfance. Cette simplicité elle-même demande de la discipline et même du courage. Si nous savons faire preuve de patience et de fidélité, la méditation nous amène de plus en plus loin dans les profondeurs du silence. C’est au coeur de ce silence que nous sommes introduits dans le mystère du silence éternel de Dieu. Ainsi la prière chrétienne nous invite-t-elle à nous perdre pour nous absorber en Dieu. Chacun de nous est appelé vers les sommets de la prière chrétienne, à la plénitude de la vie. Mais il faut voir l’humilité de parcourir le chemin avec fidélité pendant plusieurs années pour que la prière du Christ puisse véritablement être l’expérience qui fonde notre vie.
La méditation est un cadeau d’une magnificence tellement inimaginable qu’elle suppose une réponse graduelle, donnée en douceur. Au début, nous ne pouvons pas saisir l’étendue de sa pure splendeur, de sa parfaite merveille. Chaque fois que nous y revenons, nous pénétrons un peu plus profondément dans cette réalité et nous l’approchons un peu plus. Parce que la méditation nous fait faire l’expérience de l’amour au coeur de notre être, elle nous rend plus aimants dans la vie quotidienne et dans nos rapports avec autrui. Non seulement elle est indispensable à toute vie active qui se veut basée sur la contemplation, mais elle est la condition de toute réponse pleinement humaine à la vie.
La merveilleuse beauté de la prière est que l’ouverture de notre coeur est aussi naturelle que l’éclosion d’une fleur. Pour qu’une fleur s’épanouisse, il suffit qu’elle soit, sans autre intervention. Si nous nous contentons d’être, si nous devenons et demeurons immobiles et silencieux, notre coeur ne peut faire autrement que s’ouvrir, et l’Esprit ne peut faire autrement que se répandre dans tout notre être. C’est pour cela que nous avons été créés.

Extraits de John Main OSB  » Un mot dans le silence, un mot pour méditer »