14 octobre -Saint Callixte 1er, pape et martyr

du site:

http://missel.free.fr/Sanctoral/10/14.php

14 octobre -Saint Callixte 1er, pape et martyr

Biographie

La principale source biographique de saint Callixte, le livre IX des Philosophoumena, attribuées à saint Hippolyte, est un pamphlet, une caricature qui le présente comme homme industrieux pour le mal et plein de ressources pour l’erreur, qui guettait le trône épiscopal.
D’abord esclave de Carpophore, chrétien de la maison de César, qui lui confia des fonds importants pour ouvrir une banque dans le quartier de la piscine publique (les futurs thermes de Caracalla). Des chrétiens lui remirent leur économies qu’il dilapida avant de fuir pour s’embarquer à Porto. Rejoint par Carpophore, Callixte se jeta à l’eau, mais repêché, il fut condamné à tourner la meule. Carpophore, poursuivi par les créanciers de Callixte, l’envoya récupérer de l’argent déposé chez des Juifs. Les Juifs traînèrent Callixte comme chrétien et perturbateur de l’ordre public devant le préet Fuscien (185-189) ; Carpophore protesta que Calliste n’était pas chrétien, mais seulement banqueroutier. Callixte fut flagellé et envoyé comme forçat aux mines de Sardaigne.
Marcia, maîtresse de l’empereur Commode et chrétienne de cœur, demanda au pape Victor la liste des déportés en Sardaigne. Un eunuque, le prêtre Hyacinthe, se rendit dans l’île et fit libérer tous les détenus mais Callixte qui était absent de la liste n’obtint que plus tard son élargissement. Le pape Victor lui donna une pension mensuelle et l’envoya à Antium où, pendant une dizaine d’années, Calliste se cultiva. Le successeur de Victor, Zéphyrin, fit rentrer Calliste à Rome, l’inscrivit dans son clergé et le nomma diacre, chargé de gérer le cimetière. Callixte organisa un nouveau cimetière via Appia, sans pour autant fermer les catacombes de Priscille sur la via Salaria. Calliste lui a laissé son nom.
Financier, un homme d’action, d’administration et de gouvernement, plutôt que théologien, Callixte était l’opposé d’Hippolyte, prêtre de brillante doctrine. Lorsque Callixte fut élu à la succession de Zéphyrin, Hippolyte rallia une partie du clergé romain et fit opposition jusqu’en 235.
Pour parer les accusations d’Hippolyte qui l’accusait de montrer le Père comme souffrant avec le Fils, Callixte condamna Sabellius, père du monarchianisme où l’on distinguait mal les personnes de la Trinité. Sans condamner Hippolyte à proprement parler, Callixte s’éleva contre ses théories qui semblaient subordonner le Logos, le Christ, à Dieu : elles lui paraissaient suspectes de dithéisme, c’est-à-dire d’introduire une dualité entre la nature divine du Père et celle du Fils. De son mieux, avec une terminologie encore incertaine, Callixte proclamait la foi traditionnelle.
Selon Hippolyte, Callixte était d’un laxisme écœurant, pardonnant sur tout pour grossir son parti ; il accueillait les transfuges des sectes, admettait dans son clergé les bigames (les remariés), laissait des clercs prendre femme, reconnaissait (contre la loi civile) les mariages entre hommes de vile condition et femmes nobles. Autant d’accusations dont nous n’avons pas de preuves.
Callixte mourut très probablement le 14 octobre 222, si l’on en croit la table philocalienne des Depositiones martyrum (336) où il est mentionné avec les papes Pontien, Fabien, Corneille, et Xyste II. Callixte mourut sous l’empereur Alexandre Sévère, qui ne persécuta point les chrétiens, mais sa Passio le fait jeter dans un puits, au Transtévère, par des furieux.
Il se pourrait donc que saint Callixte ait péri lynché dans une bagarre : cela expliquerait son absence, vraiment surprenante, du cimetière qui était sa chose, son entreprise de prédilection, de la catacombe où reposent les papes du troisième siècle.
Les chrétiens le portèrent au plus près, via Aurelia, au cimetière de Calépode, le iuxta Callistum où le pape Jules I° (337-352) éleva la basilique Sainte-Marie au Transtévère. Son corps aurait été porté en France à Cysoing (Nord) au IXe siècle. Avant 900, un abbé de Cysoing le donna à Notre-Dame de Reims.

5 Réponses à “14 octobre -Saint Callixte 1er, pape et martyr”

  1. christine dit :

    Savez – vous , Gabriella , selon une étude de nos scientifiques qui étudient le comportement des humains que LE CHAT EST LE SYMBOLE DE LA FOURBERIE , LE SERPENT CELUI DU MAL , LE RAT DE LA MALADIE… etc etc !
    Vous avez bien choisi votre animal de compagnie sans vouloir vous offenser !
    Moi , j’avais choisi LE LAPIN mais je sais pourquoi , ils ne restent pas chez moi !

  2. gabriellaroma dit :

    Bonsoir Chistine,

    http://www.chats.free.fr/poemes.html

    LE CHAT

    Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux;
    Retiens les griffes de ta patte,
    Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
    Mêlés de métal et d’agate.

    Lorsque mes doigts caressent à loisir
    Ta tête et ton dos élastique,
    Et que ma main s’enivre du plaisir
    De palper ton corps électrique,

    Je vois ma femme en esprit. Son regard,
    Comme le tien, aimable bête,
    Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

    Et, des pieds jusques à la tête,
    Un air subtil, un dangereux parfum,
    Nagent autour de son corps brun.

    C.Baudelaire – Les Fleurs du Mal

  3. christine dit :

    Savez vous Gabriella , comment m’appelait un ami , il y a très longtemps ?
    … CHAT_CHAT !

    Aussi je vous adresse cette prière ( que j’ai trouvé sur votre site) :
    LA PRIÈRE DU CHAT

    A MON MAÎTRE…
    Ne me prends pas pour esclave,
    Car j’ai en moi le goût de la liberté.
    Ne cherche pas à deviner mes secrets,
    Car j’ai en moi le goût du mystère.
    Ne me contrains pas aux caresses,
    Car j’ai en moi le goût de la pudeur.
    Ne m’humilie pas
    Car j’ai en moi le goût de la fierté.
    Ne m’abandonne pas,
    Car j’ai en moi le goût de la fidélité.
    Sache m’aimer et je saurai t’aimer
    Car j’ai en moi le goût de l’amitié…

  4. christine dit :

    suite … du jour !

    Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 6,12-18.

    Frères, il ne faut pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs.
    Ne mettez pas les membres de votre corps au service du péché pour mener le combat du mal : mettez-vous au contraire au service de Dieu comme des vivants revenus de la mort, et offrez à Dieu vos membres pour le combat de sa justice.
    Car le péché n’aura plus sur vous aucun pouvoir : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.
    Alors ? Puisque nous ne sommes pas sujets de la Loi, mais de la grâce, allons-nous recommencer à pécher ? Absolument pas.
    Vous le savez bien : en vous mettant au service de quelqu’un pour lui obéir comme esclaves, vous voilà esclaves de celui à qui vous obéissez : soit du péché, qui est un chemin de mort ; soit de l’obéissance à Dieu, qui est un chemin de justice.
    Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur à l’enseignement de base auquel Dieu vous a soumis.
    Vous avez été libérés du péché, vous êtes devenus les esclaves de la justice.

  5. gabriellaroma dit :

    Bonsoir Christine,

    merci pour la Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 6,12-18.

    et…:

    http://www.youtube.com/watch?v=ZQiamfi9cpM

Laisser un commentaire