Archive pour le 8 octobre, 2011

Matteo 22, 1-14

8 octobre, 2011

Matteo 22, 1-14 dans images sacrée

http://wilhelmweber.wordpress.com/2011/06/30/dressed-in-divine-dress-sermon-on-mt-221ff/

première et deuxième lectures – 28° dimanche du Temps ordinaire (9 octobre 2011)

8 octobre, 2011

du site:

http://www.bible-service.net/site/435.html

28° dimanche du Temps ordinaire (9 octobre 2011)

première et deuxième lectures

Nous sommes tous invités à la table de fête du Seigneur. Déjà le prophète Isaïe l’évoquait, quand il décrivait un grand repas de noces pour tous les peuples (1° lecture). Que le Seigneur soit l’hôte de ce repas ne fait aucun doute pour la psalmiste : “ Tu prépares la table pour moi ”. Dans l’évangile, le Royaume de Dieu est comparé à un “ roi qui célébrait les noces de son fils… ”, et tout le monde est invité à la fête.

• Isaïe 25,6-9

“ Ce jour-là … ” C’est le Jour du Seigneur. Autrement dit, pour le prophète, le jour d’un nouveau paradis, en quelque sorte, le jour où Dieu régnera sur toutes les nations. Ce jour-là est décrit sous la forme d’un festin de viandes savoureuses et de vins capiteux… Un vrai repas de fête ! À cela, il faut ajouter la fin du deuil et de l’humiliation. Le couronnement de ce Jour, ce sera la destruction de la mort. Si ce n’était un anachronisme, on pourrait parler de résurrection du peuple, de tous les peuples.

Le lieu de ce rassemblement n’est pas neutre : sur la montagne du Seigneur. Autrement dit, Sion, le Temple de Jérusalem.

• Psaume 22

Voilà un psaume qui exprime une confiance sereine envers le Seigneur, la certitude qu’il est présent tout au long de la vie du croyant. Plusieurs images sont utilisées pour décrire cette présence. L’image du berger, tout d’abord, qui veille sur son troupeau partout, y compris dans “ les ravins de la mort ”, qui lui donne ce qu’il lui faut, qui lui procure le repos. Il y a ensuite l’image de l’hôte, qui “ prépare la table ”, qui remplit la coupe… Ici, le lieu se précise : on n’est plus dans la marche au gré des prés, des eaux tranquilles, des ravins de la mort. On est dans “ la maison du Seigneur ”, au Temple, comme chez Isaïe. On rejoint alors le festin de la fin des temps, à Sion. Isaïe et le psalmiste partagent la même foi au Dieu Sauveur.

 Philippiens 4,12-14.19-20

Après la vision apocalyptique de la première lecture, la relation du quotidien de la vie de l’apôtre offre un contraste : « Frères, je sais vivre de peu… ». Mais à travers le détachement de Paul pour les biens matériels transparaît la confiance en d’autres biens, au-delà du matériel, l’attente de la richesse de Dieu.
C’est ce détachement et cette confiance qui permettent à Paul d’accepter les aides matérielles des Philippiens. Celui qui s’est dépensé pour la communauté mérite qu’elle subvienne à ses besoins. Et cette aide matérielle, Dieu la rendra magnifiquement. On retrouve ici, au v. 13, l’un des actes de foi les plus forts de Paul : « Pour moi, le Christ est tout ; que je vive ou que je meure, c’est le Christ…Je peux tout supporter avec celui qui me donne la force. »

Une Parole pour aujourd’hui

Le « jour » eschatologique, jour de la joie du festin du Royaume, est annoncé « aujourd’hui », dans l’aujourd’hui de l’Église. Le repas eucharistique, en particulier, est l’aujourd’hui terrestre du festin du Royaume. Car déjà, le Christ Sauveur est donné en nourriture pour notre glorification. Mais la messe dit aussi le « pas encore » du Royaume éternel.

Homélie du 28e dimanche ordinaire A

8 octobre, 2011

du site:

http://parolesdudimanche.blogs.lalibre.be/

Homélie du 28e dimanche ordinaire A

Is 25, 6-9 ; Ph 4, 12-14, 19-20 ; Mt 22, 1-14

Jamais deux sans trois ! Après la parabole des deux fils, puis l’allégorie des vignerons homicides, voici un troisième récit très imagé pour nous faire comprendre à quoi ressemble le Royaume des cieux. Contrairement aux précédents, l’histoire commence ici dans la joie et les chants : caviar, homard et champagne ! Le Royaume des cieux qui nous est promis dans l’au-delà, dans la mesure où nous commençons à le bâtir dès ici-bas, est comparable à un grand banquet de noces. Des noces royales. Mais si le récit commence très bien, il se termine très mal, dans les pleurs et les grincements de dents.
Comme les deux précédentes, cette parabole est de type polémique. Elle s’adresse aux mêmes auditeurs, c’est-à-dire l’élite religieuse, les membres des familles sacerdotales, les très pieux pharisiens, et plus globalement, ceux que l’on appelle, en tous temps et dans toutes les religions, les « bien-pensants ».
Ce que Jésus leur reproche, c’est d’avoir accaparé à leur profit la Loi et le Temple, de se comporter en propriétaires de Dieu, d’avoir sacralisé la lettre et les traditions toutes humaines.
Plus largement, il est reproché au peuple saint son esprit de ghetto, de droits acquis et de privilèges, sa volonté de monopoliser le salut en refusant de le faire partager à tous les peuples de toutes races et langues.
Il lui est surtout reproché d’avoir refusé d’écouter l’enseignement, régulièrement répété par les prophètes, de revenir à l’essentiel, à l’esprit de la Loi, de s’astreindre à des examens de conscience et aux conversions qui s’imposent. Il lui est reproché non seulement d’avoir malmené les prophètes et même de s’y être opposés, mais aussi d’en avoir tué plus d’un, au nom même de la foi, de la Loi et de la fidélité à Dieu. Et Jésus fait remarquer qu’ils sont en train de le traiter exactement de la même manière.
Les paraboles tentent de leur faire comprendre aussi, non seulement que Dieu est infiniment patient, qu’ils sont certes les premiers invités, mais qu’ils ne sont pas les seuls fils et filles de Dieu, et qu’il ne suffit pas d’être circoncis selon la chair, ou d’être inscrit comme membre au club des sauvés, pour être sauvés.
S’ils s’entêtent, ils perdront tout. Et ce sont ceux et celles qu’ils considéraient comme païens, étrangers, incroyants, mal-croyants et impurs, qui prendront les premières places.
Même problème à l’époque où Matthieu s’adresse non plus à l’élite religieuse, mais aux premières communautés chrétiennes. Certains, venus du judaïsme, ont dit « oui » à la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ et se sont faits baptiser. En même temps, et en contradiction flagrante avec l’Evangile, ils contestent et refusent l’accueil fait aux païens. Ce qu’ils voudraient, c’est qu’on leur impose la circoncision, les règles et coutumes traditionnelles du peuple élu.
Jésus avait brisé le ghetto, délivré l’esprit du carcan de la lettre, ouvert portes et fenêtres, offert le salut à tous. Et voici que, quelques années après sa mort et sa résurrection, des chrétiens cette fois retombent dans l’ornière, tentent de fermer les portes et refusent d’écouter ces nouveaux prophètes que sont les apôtres.
Cette tentation et ce drame sont de toutes les époques. Aujourd’hui encore, des prophètes, qui retournent aux sources de l’Evangile et à son esprit, sont malmenés, dénoncés aux autorités religieuses et même aux autorités civiles, écartés, condamnés, parfois même emprisonnés, quelquefois assassinés…
Mais il y a aussi nos refus et nos indifférences dans la vie quotidienne, au Christ qui tant de fois nous invite à purifier nos points de vue ou nos intentions, à passer de la rancune au pardon, à répondre à des appels au secours, à éclairer et à approfondir notre foi, à lutter pour la justice et la paix. Et que d’excuses toujours valables pour nous dérober : l’impératif des affaires, la nécessité de gagner davantage, les devoirs mondains, etc. Sans parler de l’opposition au prophète qui mettrait tant soit peu en cause des privilèges et des injustices de classes, les sécurités de certaines traditions religieuses et autres immobilismes rassurants. Toute invitation à la conversion, et donc au changement, nous gêne, nous heurte, et nous rend quelquefois agressifs.
Baptisés, croyants, pratiquants, souvent même engagés, nous constituons, selon les critères habituels, l’élite religieuse, avec la tentation toute naturelle de nous croire d’office du bon côté, de faire partie du bon troupeau, de bénéficier de certains privilèges et droits acquis…
Mais ce n’est pas tout. Le « oui » à l’accueil et à l’ouverture, ce n’est pas pour autant un « oui » au laxisme.
Pour entrer au banquet du Royaume, il n’y a certes point besoin de carte d’identité, ni de recommandation, et même pas de casier judiciaire vierge ou de mains propres. Une condition cependant : porter le vêtement de noces.
Un jour, à la sortie d’un office que j’avais célébré en ville, des amis m’ont invité à déjeuner à un mess d’officiers tout proche. Une heureuse et joyeuse surprise… Hélas, l’accès de la salle à manger m’a été refusé. Je portais un col roulé et la cravate était de rigueur… Explications et protestations n’ont servi à rien. Nous avons dû nous contenter d’un petit en-cas dans la salle du bar.
Mais il n’est pas ici question de cravate ou de tenue de soirée. Il s’agit de symbolisme biblique. Dépouillez-vous du vieil homme, dit Paul, et revêtez le Seigneur Jésus-Christ, l’homme nouveau : « Revêtez donc des sentiments de compassion et de bienveillance, d’humilité, de douceur et de patience. Pardonnez-vous mutuellement et, par-dessus tout, revêtez l’amour ». Nous retrouvons l’essentiel du message évangélique. Et ce vêtement n’est le monopole de personne. Un vêtement à la portée de tous, de toutes les bourses, de toutes les classes, de toutes les races, et en toutes circonstances.
Heureux les invités au repas du Seigneur ! Mais plus exactement encore : Heureux ceux et celles qui ont revêtu le vêtement de noces. Car il ne sert à rien de vivre dans la communauté de l’Evangile ou d’être dans l’Eglise de Dieu, si on trahit son esprit, si on n’adopte pas ses mœurs.

P. Fabien Deleclos, franciscain (T) -  1925 – 2008