4 janvier – Sainte Angèle de Foligno

du site:

http://missel.free.fr/Sanctoral/01/04.php

4 janvier – Sainte Angèle de Foligno

Sommaire :

 Biographie
 De la doctrine de Ste Angèle
 Derniers enseignements
 Divers enseignements sur l’oraison
——————————————————————————–
Biographie
Angèle naquit en 1248, dans la petite ville de Foligno (Ombrie). Issue d’une famille opulente, elle mena une vie mondaine jusque vers l’âge de quarante ans. Elle se maria assez jeune et eut plusieurs enfants. Rentrée en elle-même et favorisée d’une apparition de saint François d’Assise, elle commença par se mortifier rudement. « Je commençai à faire de sérieuses considérations sur ma mauvaise conduite, et Dieu me fit la grâce de me donner une claire connaissance de mes péchés, ce qui me jeta dans une grande appréhension de la damnation éternelle. »
Sa mère, son mari, ses enfants étant morts à bref intervalle, elle vendit son château, se dépouilla de toute sa fortune et vécut en recluse avec une compagne nommée Marie. Guérie d’une maladie qui la conduisit aux portes de la mort, Angèle se fit agréger au tiers-ordre de la pénitence et fit profession de la sainte règle (vers 1290). Bientôt entourée d’un petit groupe de compagnes qui formèrent avec elle une sorte de communauté, elle vécut à l’ombre du couvent des Frères mineurs, dans la pratique des plus hautes vertus.
Un pèlerinage à Assise fut marqué par une invasion violente de Dieu et des faits étranges (souffrances, cris) qui jetèrent ses compagnons dans la stupeur. Un franciscain, le Frère Arnaud, du couvent d’Assise, venu à Foligno devint son confesseur et exigea d’elle, par des instances réitérées le récit des révélations qui se multipliaient, au milieu d’étranges maladies. Il écrivait sous sa dictée une sorte de Mémorial reproduisant jusqu’aux mots dont elle s’était servie ;  puis il relisait le chapitre afin que la sainte pût le corriger. L’ouvrage, achevé en 1297, fut approuvé par le cardinal Jacques Colonna, ami des spirituels. La caractéristique du récit de sa vie vient de ce qu’il est comme une autobiographie et donc d’une haute valeur pour l’étude de la mystique divine, nul mieux que la bienheureuse n’ayant pu exprimer les merveilles célestes dont elle fut l’objet ou l’instrument. Celui-ci écrivait sous sa dictée.
Umbertin de Casale la connut vers 1298. A l’occasion d’un entretien qu’il eut avec elle, il se convertit à la stricte observance. Il garda de la rencontre un souvenir plein d’admiration pour celle qui, lui révélant les secrets replis de son âme, y aviva aussi les flammes de son zèle ; il en consigna plus tard, vers 1305, les détails au premier prologue de l’Arbor vitæ crucifixæ Jesu, dans un éloge enthousiaste. Douée du don de pénétration des cœurs, Angèle fortifiait ainsi dans le droit chemin ceux qui la consultait et servait de guide aux âmes éprises du noble idéal de la perfection. Elle maintint ses nombreux disciples dans la ferveur sans les laisser s’égarer aux folies du « Libre Esprit ». Quelque temps avant le pontificat de saint  Célestin V, en 1294, elle subit des tourments qui durèrent plus de deux ans. Mais les visions et les autres grâces surnaturelles ne se ralentirent pas jusqu’à sa mort qui arriva le 4 janvier 1309, laissant une haute réputation  de sainteté et de doctrine. Dès sa mort, ses contemporains l’appellent Bienheureuse. En 1535, elle était l’objet d’un culte officiel à Foligno depuis longtemps. Rome en 1701 accorda un office propre. Pie X fixa sa fête au 4 janvier. Son tombeau à l’église Saint-François de Foligno a toujours été l’objet d’une vénération ardente.
——————————————————————————–

De la doctrine de Ste Angèle
La doctrine spirituelle d’Angèle de Foligno est celle d’une franciscaine stricte et orthodoxe ; sa part personnelle est l’accent d’amour passionné dont elle l’a marqué. Angèle a été plongée dès sa conversion, dans le milieu franciscain spirituel. Assise est sa patrie mystique ; saint François son maître. Mais elle a opté, à l’encontre des Relâchés, pour la pauvreté et la pénitence rigoureuse des spirituels. Malgré cela, elle a réagi fortement contre les égarements du Libre Esprit dont elle stigmatise le dévergondage (les illusions et les dangers de l’amour et de l’amitié). A ce titre, c’est la dévotion ardente à Jésus crucifié qu’elle prêcha avant toutes choses (contemplation, imitation) sous l’influence des écrits de saint Bonaventure, dont elle s’inspire fréquemment. La pénitence, la fuite du monde et des richesses, la prière sont les conditions d’un amour sincère. Tardivement une trace dionysienne se retrouve dans sa pensée  (Ténèbre divine, ineffabilité, tout de Dieu). Mais le propre de son œuvre, son incomparable prix, c’est la passion amoureuse qu’elle exprime en mots inoubliables (Amour non connu!… Ce n’est pas pour rire que je t’ai aimée). La véhémence des invasions divines répond à l’héroîsme des poursuites ou plutôt le prévient. Une rédaction balbutiante ne donne que plus de jaillissement à l’impétiosité de l’amour. Nul mystique n’a exprimé avec cette force le tragique de la destinée chrétienne, faite des folies d’un Dieu crucifié. La sagesse de ses conseils spirituels, nés de l’expérience d’une époque très troublée, assure son disciple contre toute déviation, mais ses cris d’amour réveilleront les âmes les plus endormies et toucheront les cœurs même incroyants. Angèle de Foligno est une cime spirituelle de l’Eglise catholique et du monde.
——————————————————————————–

Derniers enseignements
Mon âme reçut davantage du Seigneur Dieu quand je pleurai et souffris pour les péchés du prochain avec tout mon cœur, que quand je pleurai mes péchés. Et, en vérité, il n’est charité plus grande sur terre que de pleurer les péchés du prochain. Le monde se gausse de ce que je dis : car cela me semble être contre nature, savoir que l’homme puisse pleurer et souffrir des péchés du prochain comme des siens, plus que des siens. Mais la charité qui fait cela n’est pas de ce monde. O mes petits enfants ! efforcez-vous d’avoir cette charité.

Sainte Angèle de Foligno
——————————————————————————–

Divers enseignements de sainte Angèle de Foligno touchant l’oraison
L’oraison est là où est trouvé Dieu. Et sont trois écoles, savoir, trois parties de l’oraison, hors desquelles Dieu n’est pas trouvé. Il y a, en effet, oraison corporelle, mentale et surnaturelle.
Corporelle est celle qui se fait avec son de paroles et exercice corporel, comme génuflexions. Et celle-ci, jamais je ne l’abandonne. Pour ce qu’en effet, quelquefois, je voulais m’exercer en la mentale, et quelquefois j’étais trompée par paresse et sommeil et perdais mon temps. Aussi je m’exerce en la corporelle. Et cette corporelle mène à la mentale. Elle doit, en effet, être faite avec attention, et quand tu dis : « Notre Père », considère ce que dis. Non en courant, t’efforçant d’achever certain nombre, comme ces petites femmes qui font certains travaux aux pièces.
Elle est mentale, quand la méditation de Dieu occupe tellement l’âme qu’elle ne pense à rien d’autre qu’à Dieu. Et si quelque autre cogitation entre en l’esprit, je ne l’appelle pas mentale. Et cette oraison coupe la langue, car elle ne peut parler. L’âme, en effet, est totalement pleine de Dieu, tellement qu’elle ne peut être occupée à aucune autre chose en pensant ou en parlant, sinon de Dieu et en Dieu. Et de cette mentale on vient à la surnaturelle.
J’appelle surnaturelle, celle où l’âme est ravie par cette pitié de Dieu et méditation, tellement qu’elle est entraînée quasi au delà de sa nature ; et elle comprend de Dieu plus qu’elle ne voit que par sa nature peut être compris ; et elle connaît qu’elle ne peut comprendre. Et ce qu’elle comprend, elle ne peut l’expliquer : car tout ce qu’elle voit et sent est au-dessus de sa nature.
En ces trois écoles donc, chacun se connaît soi-même et Dieu. Et de ce qu’on connaît on aime. Et plus on aime, plus on désire avoir ce qu’on aime. Et c’est signe du vrai amour, que celui qui aime ne transforme pas une part de soi, mais tout soi en l’aimé. Mais par ce que cette transformation n’est pas continue, et ne dure pas, le désir prend l’âme de rechercher tous les modes par lesquels elle pourrait être transformée en la volonté de l’aimé, afin de revenir de nouveau en cette vision. Et elle cherche ce qu’aima celui qu’elle aime.

Sainte Angèle de Foligno
Documents.

Laisser un commentaire