Entrevue avec Paul de Tarse

du site:

http://www.interbible.org/interBible/source/lampe/2009/lampe_090612.html

Entrevue avec Paul de Tarse

Si Paul de Tarse vivait aujourdhui et nous accordait une entrevue, quoi pourrait ressembler lchange? Propos recueillis (ou imagins) par Alain Gignac, professeur la Facult de thologie et de sciences des religions de l’Universit de Montral.

Remarque : Cette activit de crativit peut tre reprise en situation catchtique : demander aux participants dimaginer, crire et mettre en scne un dialogue entre eux et un personnage biblique.

Journaliste : Paul de Tarse, merci de votre disponibilit. Vous navez pas besoin de prsentation. Je saute donc directement ma premire question. Quel effet cela vous fait-il que le pape Benot XVI ait plac la prsente anne sous votre patronage, en lhonneur du bimillnaire de votre naissance ?

Paul : Je me suis toujours considr comme un serviteur, voire un esclave de Jsus Christ, et je nai jamais cherch ma gloire, mais le succs de lvanglisation. a me fait donc un peu drle dtre clbre ce point. ma mort, je comptais peut-tre plus de querelles et dchecs mon actif que de consensus et de russites. Il faut dire que jai une personnalit passionne et un comportement combatif et militant. Jtais la marge de lglise, pour ainsi dire.

(J) Vos propos mtonnent, car on vous considre parfois comme le fondateur de lglise.

(P) Ce nest quaprs ma mort quon a pris conscience que mes positions thologiques staient avres des conditions gagnantes pour la dfinition et lexpansion de la foi chrtienne. Aprs coup, je suis donc devenu, ou plutt mes lettres sont devenues, une rfrence pour lidentit chrtienne.

(J) Mais lire les Actes des Aptres, on a limpression que, voyageur infatigable, vous avez vanglis vous seul tout lEmpire romain !

(P) Je crois quil sagit dune illusion doptique voulue par mon ancien collaborateur Luc, qui voulait, pour ainsi dire, rhabiliter ma rputation. Jy suis prsent sous un angle trs favorable. Certes, je me suis dpens sans compter pour lvangile (nacceptant presque aucune aide montaire des communauts). Toutefois, le christianisme sest rpandu de bouche oreille, par les voyageurs, en commenant par ceux qui font du commerce. Encore aujourdhui, on ne sait pas qui a apport lvangile Rome, Alexandrie et Antioche, les trois plus grosses villes de lEmpire. Lvangile na pas besoin de hros pour se propager.

(J) Les gens daujourdhui vous font plusieurs reproches

(P) Cela na pas beaucoup chang. De mon vivant, jtais plutt contest.

(J) Cest peut-tre pour cela que Benot XVI invite cette anne les catholiques vous redcouvrir avec des yeux neufs (et peut-tre, dans certains cas, vous dcouvrir, tout simplement). Mais dites-moi, comment expliquez-vous que les gens vous peroivent comme extrmement vantard, voire vaniteux ?

(P) Cela vient de mon style littraire, qui respecte les procds dcriture de mon poque, o le tlphone, internet et la tlvision nexistaient pas. Lorsquon communique distance par crit, et mme en prsence, il faut aller chercher lattention et lmotion des gens. Les intresser. Alors, on met des effets et on caricature. Et comme je lai dit auparavant, il ma fallu souvent me dfendre, car je navais pas connu Jsus de Nazareth je veux dire, de son vivant. Je nai jamais eu lautorit de mon collgue Cphas, que vous connaissez mieux sous son nom grec : Pierre, car il avait t le premier tmoin de la rsurrection. Moi, je viens aprs tous les autres

(J) On dit aussi que vous tes moralisateur

(P) Jai toujours rpt avant tout aux chrtiens quil fallait se laisser transformer, pour que Christ prenne forme en nous ; que cest le Souffle de Dieu qui nous rend libres et porte fruit en nous. Mais je me devais aussi de les exhorter persvrer et grandir dans la foi. Car la foi doit aussi agir, changer peu peu le monde, bien que tout soit grce, ultimement. Je ne suis pas pour la Loi, car Christ suffit. Jai t clair l-dessus. Donc pas de rgles, mais je suis incapable daccepter deux comportements : ce qui nuit aux personnes, ce qui nuit la communaut. Do mon principe : une bonne dcision, cest une dcision qui difie, qui construit lindividu et la communaut.

(J) On dit encore que vous tes un sexiste invtr. Des fministes iraient jusqu vous bannir du Nouveau Testament.

(P) , vous savez, ce nest pas moi qui ai plac mes lettres, des crits de circonstances, dans le Nouveau Testament ! Mes disciples ont gard mes lettres les plus significatives, parce quelles disaient certaines choses de la foi. Si jai une certaine fiert, cest davoir t un des premiers chrtiens crire : je navais que lcriture (qui deviendra aprs ma mort votre Ancien Testament) pour minspirer. Jai peut-tre parfois tourn en rond, balbuti des rponses incompltes ou imprcises. Mais il fallait faire vite. Jai toujours t aspir par lurgence pastorale

(J) Donc vous admettez que vos propos sur les femmes sont sexistes ?

(P) Oui et non. Moi-mme, avec le recul, je prends conscience de deux choses. Premirement, jappartenais un monde trs patriarcal, comme disent les fministes. Jai beau tre chrtien, je ne suis pas un extraterrestre par rapport mon poque! Ne me demandez pas dtre un homme rose. Deuximement, et on loublie souvent, jtais rvolutionnaire sur la rciprocit homme-femme, comme je lai martel aux Corinthiens. Bref, il y a certains de mes propos qui sont sexistes (bien que certains soient le fait de mes disciples), mais il y a certaines formules qui sont des graines de fminisme! Limportant, aujourdhui, cest de ne pas lire mes lettres avec des yeux sexistes pour sappuyer sur lun ou lautre de mes versets afin de justifier lingalit. Je lai bien dit : Il ny a ni Juif ni Grec, il ny a ni esclave ni homme libre, il ny a ni mle ni femelle, car tous vous ne faites quun dans le Christ Jsus (Ga 3,28, Bible Nouvelle Traduction). Lglise a-t-elle compris cela? La socit, qui peine encore lquit salariale, a-t-elle compris cela? Le Royaume de Dieu nest pas encore arriv!

(J) On vous reproche dtre trs complexe, difficile comprendre. Srieusement, croyez-vous quon puisse se servir de vos lettres en catchse ?

(P) Mes lettres sont essentiellement des catchses! Non pas des rcits, mais des mots que jai cherch mettre sur mon exprience spirituelle et sur celle des communauts que javais fondes. Mes destinataires ne savaient pas lire, pour la plupart. Alors ils se runissaient et demandaient un des leurs qui le pouvait, de lire ma lettre. Ils en discutaient. Ils faisaient rpter le lecteur. Ils saidaient mutuellement comprendre. Pourquoi ne pas faire de mme aujourdhui? Lire par petits morceaux, en discuter, voir comment cela rsonne dans nos vies. Catchiser, cest faire cho. Mes images, mes phrases chocs, mes interpellations : tout cela cherche transmettre ma foi.

(J) En terminant, lequel de vos textes nous recommanderiez-vous pour rflchir sur la catchse ?

(P) Dans ma plus longue lettre, adresse aux chrtiens de Rome, et quon peut considrer juste titre comme un bilan de vingt ans de prdications et de mission, jai cit une hymne que javais moi-mme reue (un procd que jai utilis souvent). Lhymne dit, en gros, quil faut intrioriser la foi quon nous propose, et que cest en disant sa foi quon la rend effective et agissante : Si tu te sers de ta bouche pour confesser que Jsus est le Seigneur, et de ton cur pour croire que Dieu la rveill dentre les morts, tu seras sauv. Dans ton cur la foi devient justice, sur tes lvres la confession mne au salut (Rm 10,9-10, BNT) Il faut intrioriser le rcit de la fidlit du Christ, au point de sen sentir partie prenante et dtre capable de raconter, notre tour, cette merveilleuse histoire de salut.

Laisser un commentaire