LA DIVINE COMÉDIE, CHANT TRENTE-TROISIÈME (HYMNE POUR L’OFFICE DES LECTURES EN ITALIEN)

dans la liturgie de L’Officie des Lectures de la Vierge Marie, en italien nous avons – pour Hymne – ce passage da la Divine Comédie, texte du site:

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/dante/index.htm

DANTE  ALIGHIERI

LA DIVINE COMÉDIE

CHANT TRENTE-TROISIÈME
 

« Vierge Mère, fille de ton Fils, humble et élevée plus qu’aucune créature, terme fixe d’un éternel conseil (1),
tu es celle qui tant a ennobli l’humaine nature, que son auteur ne dédaigna point de s’en revêtir. En ton sein se ralluma l’amour, par la chaleur duquel dans l’éternelle paix ainsi a germé cette fleur. Ici, pour nous, tu es en son midi le flambeau de la charité, et en bas, parmi les mortels, tu es la vraie fontaine d’espérance. Dame, tu es si grande, et si grand est ton pouvoir, que celui qui désire la grâce et à toi ne recourt point, son désir veut voler sans ailes. Ta bonté non-seulement secourt qui demande, mais d’elle-même, souvent, elle prévient le demander. En toi miséricorde, en toi pitié, en toi magnificence, en toi se rassemble tout ce que dans les créatures il y a de bonté.

Laisser un commentaire