Léon XIII, pape: « Le Père et moi, nous sommes Un »

du site:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=commentary&localdate=20090505

Le mardi de la 4e semaine de Pâques : Jn 10,22-30
Commentaire du jour
Léon XIII, pape de 1878 à 1903
Encyclique « Divinum Illud Munus » du 9 mai 1897

« Le Père et moi, nous sommes Un »

      Le mystère de la très sainte Trinité est appelé par les docteurs de l’Église la substance du Nouveau Testament, c’est-à-dire le plus grand de tous les mystères, la source et le fondement des autres. C’est pour le connaître et le contempler que les anges ont été créés dans le ciel et les hommes sur la terre… C’est pour manifester ce mystère plus clairement que Dieu lui même est descendu du séjour des anges vers les hommes…

      L’apôtre Paul annonce la Trinité des personnes et l’unité de leur nature quand il écrit : « Tout est de lui, et par lui, et en lui ; à lui la gloire pour l’éternité ! » (Rm 11,36)… Saint Augustin écrit, en commentant ce passage : « Ces paroles ne sont pas à prendre au hasard. ‘ De lui ‘ désigne le Père, ‘ par lui ‘ le Fils, ‘ en lui ‘ le Saint Esprit ». Avec justesse l’Église a l’habitude d’attribuer au Père les oeuvres de la Divinité où resplendit la puissance, au Fils celles où resplendit la sagesse, à l’Esprit Saint celles où resplendit l’amour. Non pas que toutes les perfections et les oeuvres extérieures ne sont communes aux personnes divines : « les oeuvres de la Trinité sont indivisibles, comme l’essence de la Trinité est indivisible… » (St Augustin).

      Mais, par une certaine comparaison, une certaine affinité entre ces oeuvres et les propriétés des personnes, les oeuvres sont attribuées ou « appropriées », comme l’on dit, à une des personnes plutôt qu’aux autres… De cette façon, le Père, qui est « le principe de toute la divinité » (St Augustin), est aussi la cause efficiente de toute chose, de l’incarnation du Verbe, et de la sanctification des âmes : « tout est de lui ». Mais le Fils, le Verbe, la Parole de Dieu et l’image de Dieu, est aussi la cause-modèle, l’archétype ; de lui tout ce qui a été créé reçoit sa forme et sa beauté, l’ordre et l’harmonie. Il est pour nous « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14,6), le réconciliateur de l’homme avec Dieu : « tout est par lui ». Le Saint Esprit est la cause ultime de toute chose…, la bonté divine et l’amour mutuel du Père et du Fils ; par sa force puissante mais douce, il complète l’amour mutuel du Père et du Fils ; par sa force puissante mais douce, il complète l’oeuvre cachée du salut éternel de l’homme et la mène à sa perfection : « tout est en lui ».

Laisser un commentaire