Archive pour le 30 avril, 2009

autre très belles photo de la Basilique de Santa Maria sopra Minerva…

30 avril, 2009

ici (e la maps Google):

http://www.sacred-destinations.com/italy/rome-santa-maria-sopra-minerva.htm

hier je n’ai mis rien sur Saint Catherine de Sienne parce que…

30 avril, 2009

je suis allée à la Basilique de Saint Maria sur Minerva, où il repose le corps, pour la fête, a été une célébration très belle, il était un représentant du maire de Rome, représentants du corps des agents urbain, représentants des infirmières de la Croix-Rouge, et beaucoup de fidèles ; la Basilique, pour qui il n’est pas de Rome, est voisine au Panthéon

sur ce site en image de la Basilique, voir, : Entra nella Chiesa, clikker sur l’image:  

http://www.romaspqr.it/ROMA/Chiese_Medievali/S-Maria-sopra-minerva.htm

visite virtual de la Basilique, ici:

http://www.basilicaminerva.it/visita/visita.htm

Santa Caterina da Siena

30 avril, 2009

Santa Caterina da Siena dans images sacrée

http://santiebeati.it/

CATHERINE DE SIENNE. (1347-1380)

30 avril, 2009

du site:

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/catherine/index.html#c

CATHERINE DE SIENNE. (1347-1380)

patrone d’Italie et co-patrone d’Europe

Biographie sommaire:
Vierge et docteur de l’Eglise. Cal. romain: 29 avril.

Catherine Benincasa est née à Sienne (Italie) le 25 mars 1347, dimanche des rameaux et Annonciation. En 1352, elle a une vision du Christ-Pontife et fait vœu de virginité. A l’âge de quinze ans, Sainte Catherine revêt l’habit des sœurs de la Pénitence de Saint Dominique (les Mantellate). L’origine de ce groupement remonte à saint Dominique qui avait réuni et organisé des laïcs en une milice chargée de récupérer et de défendre les biens de l’Eglise usurpé par des laïcs et de résister aux hérétiques. Les Soeurs de la pénitence de saint Dominique à l’époque de Ste Catherine ne réunissait normalement que des veuves, mais avait la permission d’entendre les Offices dans les églises des Frères Prêcheurs. Elles suivaient une règle qui n’était pas vraiment religieuse puisque ces soeurs ne prononçaient pas de voeux. 

Après la mort de sa soeur Bonaventura, va commencer la vie d’ascèse de Catherine. En 1368, après le retour à Dieu de son père et son mariage mystique avec le Christ, Catherine sauve ses frères pendant un coup d’état à Sienne. Deux ans après, elle donne son coeur à Jésus pour l’Eglise. De la même année datent ses premières lettres et les premières conversions. La jeune mystique provoque quelques émotions dans sa cité et dans l’Ordre des dominicains. Elle doit comparaître devant le Chapitre général des dominicains à Florence en 1374. Elle rencontre alors le Bienheureux Raymond de Capoue qui deviendra son directeur spirituel.

http://www.art-sacre.net/rome/f_184_1.html

Sainte Catherine de Sienne
La sainte Patronne de l’Italie et de l’Europe repose dans la seule église gothique de Rome, l’édifice appartint toujours aux Dominicains qui y ont accumulé les glorieux souvenirs de leur ordre. 

Avignon
 
A partir de 1375 commence une période de sa vie durant laquelle elle prend de manière plus publique, la défense des intérêts du Pape et manifeste son souci de l’unité et de l’indépendance de l’Eglise, ainsi que du retour du Pape d’Avignon à Rome. Elle rencontre le pape Grégoire XI à Avignon. En septembre 1376, elle retourne à Sienne et Grégoire XI prend le chemin de Rome. Catherine continue son service d’ambassadrice du pape auprès des villes italiennes toujours en pleine ébullition. En 1378, après le décès de Grégoire XI, Urbain VI est élu pape. 5 mois après cette élection tumultueuse et les maladresses de l’élu, malgré les appels à la patience et les mises en garde de Catherine de Sienne, survient le Grand Schisme d’Occident et l’élection de l’antipape Clément VII (Robert de Genève). Catherine se bat pour que soit reconnu Urbain VI. La même année 1378, elle commence la rédaction de ses Dialogues, qui, rapporte une tradition, auraient été composés en cinq jours d’extase, du 9 au 14 octobre. Catherine vient s’établir définitivement à Rome. Deux ans après, après avoir reçu dans une vision, la nef de l’Eglise sur ses épaules, dans l’église du Vatican, Catherine meurt à Rome à l’âge de 33 ans. Bien que ne sachant pas écrire et ne connaissant pas le latin, elle laisse derrière elle une œuvre considérable. L’importance de son œuvre pour la langue italienne moderne est reconnue.

Appartenant au tiers-ordre dominicain, cette fille de Saint Dominique canonisé en 1461 par le pape Pie II est patronne de l’Italie et a été déclarée docteur de l’Eglise par le pape Paul VI, le 4 octobre 1970 en même temps que Sainte Thérèse d’Avila. 

Pape Benoît: Audience générale du mercredi 29 avril

30 avril, 2009

du site:

http://www.zenit.org/article-20824?l=french

Audience générale du mercredi 29 avril

Texte intégral

ROME, Mercredi 29 avril 2009 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous le texte intégral de la catéchèse prononcée ce mercredi par le pape Benoît XVI au cours de l’audience générale, place Saint-Pierre.

* * *

Chers frères et sœurs,

Le patriarche Germain de Constantinople, dont je voudrais parler aujourd’hui, n’appartient pas aux figures les plus représentatives du monde chrétien oriental de langue grecque et toutefois son nom apparaît avec une certaine solennité dans la liste des grands défenseurs des images sacrées, dressée lors du Deuxième Concile de Nicée, septième concile œcuménique (787). L’Eglise grecque célèbre sa fête dans la liturgie du 12 mai. Il eut un rôle significatif dans l’histoire complexe de la lutte pour les images, au cours de ce qu’on a appelé la crise iconoclaste : il sut vaillamment résister aux pressions d’un empereur iconoclaste, c’est-à-dire adversaire des icônes, comme le fut Léon III.
Au cours du patriarcat de Germain (715-730) la capitale de l’empire byzantin, Constantinople, subit un siège très dangereux de la part des Sarrasins. En cette occasion (717-718), une procession solennelle fut organisée en ville, avec l’ostension de l’image de la Mère de Dieu, la Theotokos, et de la relique de la Sainte Croix, pour invoquer d’En haut la défense de la ville. De fait, Constantinople fut libérée du siège. Les adversaires décidèrent d’abandonner pour toujours l’idée d’établir leur capitale dans la ville symbole de l’empire chrétien et la reconnaissance de l’aide divine fut extrêmement grande dans le peuple.

Après cet événement, le patriarche Germain fut convaincu que l’intervention de Dieu devait être considérée comme une approbation évidente de la piété montrée par la population envers les saintes icônes. Léon III, qui précisément à partir de cette année (717) s’installa comme empereur indiscuté dans la capitale, sur laquelle il régna jusqu’en 741, fut en revanche d’un avis entièrement différent. Après la libération de Constantinople et après une série d’autres victoires, l’empereur chrétien commença à manifester toujours plus ouvertement la conviction que la consolidation de l’empire devait précisément commencer par une réorganisation des manifestations de la foi, avec une référence particulière au risque d’idolâtrie auquel, à son avis, le peuple était exposé en raison du culte excessif des icônes.

Les appels du patriarche Germain à la tradition de l’Eglise et à l’efficacité réelle de certaines images, qui étaient unanimement reconnues comme « miraculeuses » ne servirent à rien. L’empereur devint toujours plus inébranlable dans l’application de son projet restaurateur, qui prévoyait l’élimination des icônes. Et lorsque, le 7 janvier 730, il prit ouvertement position lors d’une réunion publique contre le culte des images, Germain ne voulut en aucune façon se plier au désir de l’empereur sur des questions qu’il considérait déterminantes pour la foi orthodoxe, à laquelle selon lui appartenait précisément le culte, l’amour pour les images. Il se vit donc contraint de donner sa démission de patriarche, en s’auto-condamnant à l’exil dans un monastère où il mourut oublié de presque tout le monde. Son nom réapparut précisément à l’occasion du Deuxième Concile de Nicée (787), lorsque les pères orthodoxes se proclamèrent en faveur des icônes, reconnaissant les mérites de Germain.

Le patriarche Germain soignait beaucoup les célébrations liturgiques et, pendant un certain temps, il fut considéré également comme l’instaurateur de la fête de l’Akatistos. Comme on le sait, l’Akatistos est un hymne ancien et célèbre né dans le milieu byzantin et consacré à la Theotokos, la Mère de Dieu. Bien que du point de vue théologique on ne puisse pas qualifier Germain de grand penseur, plusieurs de ses œuvres eurent un certain retentissement en particulier en raison de certaines intuitions sur la mariologie. En effet, de lui ont été conservées plusieurs homélies de thème marial et certaines d’entre elles ont profondément marqué la piété de générations entières de fidèles, aussi bien en Orient qu’en Occident. Ses splendides Homélies sur la Présentation de Marie au Temple sont des témoignages encore vivants des traditions non écrites des Eglises chrétiennes. Des générations de moines, de moniales et de membres de très nombreux Instituts de vie consacrée, continuent encore aujourd’hui à retrouver dans ces textes des trésors très précieux de spiritualité.

Certains textes mariologiques de Germain, qui font partie des homélies prononcées In SS. Deiparae dormitionem, une festivité correspondant à notre fête de l’Assomption, suscitent encore l’émerveillement. Parmi ceux-ci, le pape Pie XII en préleva un, qu’il enchâssa comme une perle dans la Constitution apostolique Munificentissimus Deus (1950), avec laquelle il déclara le dogme de foi de l’Assomption de Marie. Pie XII cita ce texte dans la Constitution susmentionnée, en le présentant comme l’un des arguments en faveur de la foi permanente de l’Eglise à propos de l’Assomption corporelle de Marie au ciel. Germain écrit : « Cela pouvait-il jamais arriver, Très Sainte Mère de Dieu, que le ciel et la terre se sentent honorés de ta présence, et que toi, avec ton départ, tu laisses les hommes privés de ta protection ? Non. Il est impossible de penser ces choses. En effet, de même que lorsque tu étais dans le monde tu ne te sentais pas étrangère aux réalités du ciel, ainsi, après que tu sois partie de ce monde, tu n’es pas du tout devenue étrangère à la possibilité de communiquer en esprit avec les hommes… Tu n’as pas du tout abandonné ceux auxquels tu as garanti le salut… en effet, ton esprit vit pour l’éternité et ta chair ne subit pas la corruption du sépulcre. Toi, ô Mère, tu es proche de tous et tu protèges chacun et, bien que nos yeux ne puissent pas te voir, nous savons toutefois, ô Très Sainte Mère, que tu habites parmi nous et que tu es présente selon les manières les plus diverses… Toi (Marie) tu te révèles entièrement, comme il est écrit, dans ta beauté. Ton corps virginal est totalement saint, tout chaste, entièrement une maison de Dieu si bien que, également pour cette raison, il est absolument réfractaire à toute réduction en poussière. Celui-ci est immuable, du moment que ce qui était humain en lui a été assumé dans l’incorruptibilité, restant vivant et absolument glorieux, intact et participant à la vie parfaite. En effet, il était impossible que soit gardée dans le sépulcre des morts celle qui était devenue vase de Dieu et temple vivant de la très sainte divinité du Fils unique. D’autre part, nous croyons de manière certaine que tu continues à marcher avec nous » (PG 98, coll. 344B-346B, passim).

Il a été dit que pour les Byzantins, la dignité de la forme rhétorique dans la prédication, et encore davantage dans les hymnes ou compositions poétiques qu’ils appellent tropaires, est tout aussi importante pour la célébration liturgique que la beauté de l’édifice sacré dans laquelle celle-ci se déroule. Le patriarche Germain a été reconnu, dans cette tradition, comme l’un de ceux qui ont particulièrement contribué à garder cette conviction vivante, c’est-à-dire que beauté de la parole, du langage et beauté de l’édifice et de la musique doivent coïncider.

Je cite pour conclure, les paroles inspirées avec lesquelles Germain qualifie l’Eglise au début de son petit chef-d’œuvre : « L’Eglise est temple de Dieu, espace sacré, maison de prière, convocation du peuple, corps du Christ… Elle est le ciel sur la terre, où Dieu transcendant habite comme chez lui et s’y promène, mais elle est également une empreinte (antitypos) de la crucifixion, de la tombe et de la résurrection… L’Eglise est la maison de Dieu dans laquelle on célèbre le sacrifice mystique vivifiant, à la fois la partie la plus intime du sanctuaire et la grotte sainte. Dans celle-ci, en effet, se trouve le sépulcre et la table, nourritures pour l’âme et garantie de vie. Dans celle-ci, enfin, se trouvent les véritables perles précieuses que sont les dogmes divins de l’enseignement offert directement par le Seigneur à ses disciples » (PG 98, coll. 384B-385A).

A la fin demeure la question : aujourd’hui, qu’est-ce que ce saint peut nous dire, alors qu’il est chronologiquement et également culturellement assez éloigné de nous. Je pense en substance trois choses. La première : il y a une certaine visibilité de Dieu dans le monde, dans l’Eglise, que nous devons apprendre à percevoir. Dieu a créé l’homme à son image, mais cette image a été couverte par les nombreuses saletés du péché, en conséquence desquelles Dieu ne transparaissait presque plus. Ainsi, le Fils de Dieu s’est fait vrai homme, image parfaite de Dieu : dans le Christ nous pouvons ainsi contempler également le visage de Dieu et apprendre à être nous-mêmes de vrais hommes, de vraies images de Dieu. Le Christ nous invite à l’imiter, à devenir semblables à Lui, afin qu’en chaque homme transparaisse le nouveau visage de Dieu, l’image de Dieu. En vérité, Dieu avait interdit dans le Décalogue de faire des images de Dieu, mais cela en raison de la tentation d’idolâtrie à laquelle le croyant pouvait être exposé dans un contexte païen. Mais quand Dieu s’est rendu visible en Christ à travers l’incarnation, il est devenu légitime de reproduire le visage du Christ. Les images saintes nous enseignent à voir Dieu dans la représentation du visage du Christ. Après l’incarnation du Fils de Dieu, il est donc devenu possible de voir Dieu dans les images du Christ et également dans le visage des saints, dans le visage de tous les hommes en qui resplendit la sainteté de Dieu.

La deuxième chose est la beauté et la dignité de la liturgie. Célébrer la liturgie avec la conscience de la présence de Dieu, avec cette dignité et cette beauté qui en fasse voir un peu la splendeur, c’est l’engagement de chaque chrétien formé dans sa foi. La troisième chose est aimer l’Eglise. Précisément à propos de l’Eglise, nous les hommes sommes enclins à voir surtout les péchés, ce qui est négatif ; mais avec l’aide de la foi, qui nous rend capables de voir de manière authentique, nous pouvons également, aujourd’hui et toujours, redécouvrir dans celle-ci la beauté divine. C’est dans l’Eglise que Dieu est présent, s’offre à nous dans la Sainte Eucharistie et reste présent pour l’adoration. Dans l’Eglise, Dieu parle avec nous, dans l’Eglise « Dieu se promène avec nous », comme le dit saint Germain. Dans l’Eglise nous recevons le pardon de Dieu et nous apprenons à pardonner.

Prions Dieu afin qu’il nous enseigne à voir dans l’Eglise sa présence, sa beauté, à voir sa présence dans le monde, et qu’il nous aide à être nous aussi transparents sous sa lumière.

Le pape a ensuite résumé sa catéchèse en plusieurs langues. Voici ce qu’il a dit en français » :

Chers Frères et Sœurs,

Le Patriarche Germain de Constantinople eut un rôle significatif, au huitième siècle, durant la crise iconoclaste. Il sut résister aux pressions de l’empereur Léon III qui était convaincu que le redressement de l’Empire devait commencer par une réorganisation des manifestations de la foi, face au risque d’idolâtrie auquel, selon lui, le peuple était exposé en raison d’un culte excessif des icônes. Les rappels du Patriarche Germain à la tradition de l’Eglise et à l’efficacité d’images reconnues comme « miraculeuses », ne servirent à rien. L’Empereur demeura inébranlable. Et quand le 7 janvier 730 celui-ci prit position contre le culte des images, Germain ne voulut pas se plier à sa volonté sur des questions qu’il considérait déterminantes pour l’orthodoxie de la foi. En conséquence il dut démissionner et s’exiler dans un monastère où il mourut oublié de presque tous. Son nom réapparut à l’occasion du second Concile de Nicée en 787, lorsque les Pères orthodoxes en reconnurent les mérites.

Le Patriarche Germain a porté un grand soin aux célébrations liturgiques. Certaines de ses œuvres sont connues surtout en raison de ses intuitions sur la mariologie. Plusieurs de ses splendides homélies mariales ont profondément marqué la piété de générations de fidèles en Orient et en Occident et elles ont encore beaucoup à nous dire aujourd’hui.

Je suis heureux d’accueillir les pèlerins francophones. Je salue particulièrement les jeunes lycéens du diocèse d’Ajaccio, avec leur Évêque Mgr Jean-Luc Brunin. Que votre pèlerinage aux tombeaux des Apôtres Pierre et Paul soit pour vous tous l’occasion de faire grandir votre foi dans le Christ ressuscité  ! Avec ma Bénédiction apostolique  !

bonne nuit

30 avril, 2009

bonne nuit dans image bon nuit, jour, dimanche etc. fish-harvest--vylov-rybnika

Fish harvest (Vylov) Czech Republic

http://www.naturephoto-cz.com/various-subjects.html

Saint François de Sales : « Vos pères ont mangé la manne et il sont morts ; mais le pain du ciel, celui qui en mange ne mourra pas »

30 avril, 2009

du site:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=readings&localdate=20090430

Le jeudi de la 3e semaine de Pâques : Jn 6,44-51
Commentaire du jour
Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève et docteur de l’Église
Traité de l’amour de Dieu, 3, 15

« Vos pères ont mangé la manne et il sont morts ; mais le pain du ciel, celui qui en mange ne mourra pas »

      La manne était savourée de quiconque la mangeait, mais différemment néanmoins, selon la diversité des appétits de ceux qui la prenaient, et ne fut jamais savourée totalement, car elle avait plus de différentes saveurs qu’il n’y avait de variété de goûts chez les Israélites (Sg 16,20-21). Nous verrons et savourerons là-haut au ciel toute la Divinité, mais jamais nul des bienheureux ni tous ensemble ne la verront ou savoureront totalement…

      Ainsi les poissons jouissent de la grandeur incroyable de l’océan, et jamais pourtant aucun poisson, ni même toute la multitude des poissons, n’a vu toutes les plages ni n’a trempé ses écailles en toutes les eaux de la mer ; et les oiseaux s’égayent à leur gré dans la vasteté de l’air, mais jamais aucun oiseau, ni même toute la race des oiseaux ensemble, n’a battu des ailes toutes les contrées de l’air et n’est jamais parvenu à la suprême région de celui-ci. Nos esprits, à leur gré et selon toute l’étendue de leurs souhaits, nageront en l’océan et voleront en l’air de la Divinité, et se réjouiront éternellement de voir que cet air est tant infini, cet océan si vaste, qu’il ne peut être mesuré par leurs ailes, et que jouissant sans réserve ni exception quelconque de tout cet abîme infini de la Divinité, ils ne peuvent néanmoins jamais égaler leur jouissance à cette infinité, laquelle demeure toujours infiniment infinie au-dessus de leur capacité.