Archive pour le 13 avril, 2009

The Anastasis or…

13 avril, 2009

The Anastasis or... dans images sacrée 13%20THE%20HARROWING%20OF%20HELL

The Anastasis or the Harrowing of Hell. Christ triumphantly tramples the broken gates of Hell, holding the hand of Adam and raising him out of Hades

http://www.artbible.net/3JC/-Mat-27,45_Entombment,freedom_Tombeau,%20liberation/2nd-14th_siecle/index3.html

Jean Paul II, Regina Caeli, Lundi de Pâques, 21 avril 2003… est appelé « Lundi de l’Ange »

13 avril, 2009

du site:

http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/angelus/2003/documents/hf_jp-ii_reg_20030421_fr.html

JEAN-PAUL II

REGINA CAELI

  Lundi de Pâques, 21 avril 2003 

1. Le lundi de Pâques est appelé « Lundi de l’Ange » en souvenir de ce qui eut lieu à l’aube de ce premier jour après le samedi. En effet, ce fut un ange qui réconforta les femmes qui, accourues au sépulcre, étaient stupéfaites et préoccupées après avoir trouvé le tombeau vide.

« Ne vous effrayez pas! [...] il est ressuscité, il n’est pas ici » (Mc 16, 6). Et il ajouta:  « Allez annoncer cette nouvelle aux Apôtres » (cf. ibid.).

Pour nous aussi, ces paroles de l’ange, que nous réécoutons toujours avec une profonde émotion, revêtent une grande valeur. En effet, si le Christ est ressuscité, tout change et la vie et l’histoire acquièrent un sens nouveau.

2. La liturgie d’aujourd’hui propose à notre méditation la prédication de l’Apôtre Pierre à la foule de Jérusalem. Celle-ci est centrée sur cette annonce:  « Dieu l’a ressuscité ce Jéus; nous en sommes tous témoins » (Ac 2, 32).

Avec simplicité et clarté, Pierre affirme que le Christ crucifié est vivant, est ressuscité et « nous en sommes tous témoins ». Depuis lors, l’Eglise ne cesse de proclamer cette même « bonne nouvelle ». Il est urgent que tous les hommes connaissent et rencontrent Jésus, crucifié et ressuscité, et qu’ils se laissent conquérir par Lui. A tous ceux qui l’accueillent, Il ouvre le coeur à cette joie véritable qui rend nouvelle, belle et riche d’espérance l’existence humaine.

3. Regina caeli, laetare, Alleluia! Marie, la Mère du Christ, qui a partagé avec Lui la dure épreuve de la passion, se réjouit de manière particulière de la joie pascale. Que Marie rende toujours plus vivante notre foi dans la résurrection du Seigneur et nous guide dans l’engagement de témoigner du message joyeux et fondamental de Pâques aux hommes et aux femmes du troisième millénaire.  

Regina caeli…

Note : que signifie  »Il est ressuscité » ? (biblique)

13 avril, 2009

du site:

http://www.bible-service.net/site/464.html

Note : que signifie  »Il est ressuscité » ?

Il est ressuscité ? Qu’est ce à dire ? Certaines traductions disent  »il est relevé d’entre les morts » ou encore  »il est réveillé ».

Une première partie fait ici le point sur le vocabulaire élaboré par les premiers chrétiens. Une deuxième rappellera que la résurrection relève du témoignage. Enfin, une troisième présentera une sélection de pages à lire : une sorte de mini-dossier Web ! 
 
Le vocabulaire de résurrection

Pour dire l’événement radicalement nouveau qu’est la résurrection de Jésus, les évangélistes n’ont pas inventé de mots nouveaux. Ils ont repris et enrichi ce qui avait cours à leur époque. Ils ont puisé
1) dans le monde des images de la littérature dite «apocalyptique» ( = qui révèle le projet de Dieu sur l’histoire des hommes)
2) dans le vocabulaire des discours dits «eschatologiques» (= qui concerne la fin du monde). Nous pouvons regrouper ce langage naissant sous quatre verbes :

Dans ce qui suit, les références à Matthieu, Marc et Luc ont été privilégiées, mais on les trouve aussi dans les lettres de Paul ou dans l’évangile de Jean.

1 — le vocabulaire de l’éveil est le plus diffusé : «egeirein» / réveiller, relever, mettre sur pied… (36 fois en Mt ; 19 fois en Mc ; 17 fois en Lc). La forme passive «être réveillé» (avec Jésus pour sujet) est appelée «passif théologique» car l’auteur de l’action (celui qui réveille) est implicitement Dieu : cf. Mt 28,6.7 ; Mc 16,6.14 et Lc 24,6 : « il n’est pas ici, il est réveillé » . La forme active est employée en Mt 8,15 ; 9,5.6.7…; Mc 3,3 ; 5,39,41…; Lc 1,69 ; 5,23.24…

2 — vocabulaire du lever : «anistanai» / se dresser, se lever ; en grec, «résurrection» se dit «anastasis » (7 fois en Mt ; 18 fois en Mc et 29 fois en Lc). À première lecture, le verbe désigne souvent un changement d’attitude (ainsi se lever de son siège) mais le contexte peut laisser deviner une signification plus mystérieuse. Cf Mt 9,9…; Mc 1,35 ; 16,9a… ; Lc 4,16 ; 24,7 (12.33).46… : « Il faut que le Fils de l’homme soit crucifié et que le troisième jour il se lève » (Lc 24,7).

Pour ces deux verbes (réveiller, se lever) l’imaginaire fonctionne sur l’opposition entre un avant et un après : l’éveil succède au sommeil, la position debout à la position assise ou couchée. Il semblerait qu’il y ait eu un report de sens du deuxième verbe sur le premier. Le symbolisme « ténèbres / lumière » est sans doute à relier à cet ensemble. À noter que dans nos traductions françaises de la Bible les verbes «egeirein / réveiller» et «anistanai / se dresser» sont souvent rendus par le même verbe ressusciter (susciter de nouveau), verbe qui vient du latin «resuscitare, ranimer» (cf grec «egeirein») – alors que le mot résurrection vient, lui, du latin «resurgere, se relever» (cf grec «anistanai») !

3 — vocabulaire de la vie : «zèn / vivre». On le trouve surtout chez Paul et Luc (6 fois seulement chez Mt, 3 fois chez Mc, mais 10 fois chez Lc). Appliqué à Jésus Christ, il souligne l’unité du Galiléen et du Ressuscité (cf Lc 24,5.23 : « Pourquoi chercher le Vivant parmi les morts ? » ). Mais chaque fois que les évangélistes évoquent la vie, cela peut être relié à la vie donnée par Dieu, ainsi en Mt 9,18, Mc 5,23 ou Lc 10,28.

4 — vocabulaire de l’exaltation : avec des verbes comme «exalter», «glorifier», «monter au ciel». L’imaginaire de ces verbes fonctionne sur l’opposition bas/haut. Il permet de souligner la nouveauté radicale de la situation du Christ auprès de Dieu (ce n’est pas un «retour à la case départ») et, par conséquent, de la vie du disciple cf. Mt 23,12 ; Mc 16,19a ou Lc 24,51… Chez Matthieu, le symbolisme de la montagne permet d’évoquer cette dimension au cœur de la mission de Jésus : Mt 5,1 et 8,1 (prédication) ; 14,23 (prière) ; 15,29 (multiplication) ; 17,1 (transfiguration) ; 28,16 (envoi en mission)…

Avant de clore son évangile, Luc emploie le vocabulaire d’exaltation : «il fut emporté au ciel» (Lc 24,50) comme pour souligner la rupture entre le temps de Jésus et le temps de l’Église.

Tout à la fin de Marc, la deuxième finale (Mc 16,9-20) concentre tout le vocabulaire disponible : «s’étant relevé» (v.9), «il vit» (v.11), «lui ayant été réveillé» (v.14), «il fut enlevé» (v.19). Luc 24 fera de même mais dans la seule scène du tombeau vide : «le vivant» (v.5), «il est réveillé» (v.6), «le troisième jour il se lève» (v.7) !

bonne nuit

13 avril, 2009

bonne nuit dans image bon nuit, jour, dimanche etc.

fleurs de cerisier

http://raf-photos.blogspot.com/2008/04/fleurs-de-cerisier.html

Pape Benoît XVI : « Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu » (Jn 20,17)

13 avril, 2009

du site:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=commentary&localdate=20090413

Commentaire du jour
Pape Benoît XVI
Homélie

« Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu » (Jn 20,17)

      Dans l’atmosphère de la joie pascale, la liturgie nous reconduit au sépulcre où, selon le récit de saint Matthieu, Marie de Magdala et l’autre Marie, conduites par leur amour pour Jésus, étaient allées visiter sa tombe. L’évangéliste rapporte qu’il est venu à leur rencontre et a dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée ; c’est là qu’ils me verront. » Ce fut vraiment une joie indicible qu’elles ont éprouvé en revoyant leur Seigneur et, pleines d’enthousiasme, elles ont couru en faire part aux disciples.

      Le Ressuscité nous répète à nous aussi, comme à ces femmes qui sont restées aux côtés de Jésus lors de la Passion, de ne pas avoir peur en devenant les messagers de l’annonce de sa résurrection. Celui qui rencontre Jésus ressuscité et qui s’en remet à lui docilement n’a rien à craindre. Tel est le message que les chrétiens sont appelés à diffuser jusqu’aux extrémités de la terre. La foi chrétienne, comme nous le savons, naît non de l’accueil d’une doctrine, mais de la rencontre avec une personne, avec le Christ mort et ressuscité. Dans notre existence quotidienne, il existe de nombreuses occasions pour communiquer aux autres notre foi de manière simple et convaincue, si bien que leur foi peut naître de notre rencontre.