Archive pour le 20 octobre, 2008

est comme un rêve, non?

20 octobre, 2008

est comme un rêve, non? dans image bon nuit, jour, dimanche etc. calved-iceberg-balog-1073931-ga

Iceberg, Jakobshavn Fjord, Greenland, 2007

Photograph by James Balog

At four miles (six kilometers) wide and several thousand feet thick Jakobshavn Isbræ disgorges icebergs like these faster than any other of Greenland’s glaciers. Its output, accelerated by global warming, totals some 11 cubic miles (45 cubic kilometers) of ice each year.

(Photo shot on assignment for, but not published in, « The Big Thaw, » June 2007, National Geographic magazine)

http://photography.nationalgeographic.com/photography/photo-of-the-day/calved-iceberg-balog.html

Saint Basile : Amasser pour soi-même ou être riche en vue de Dieu ?

20 octobre, 2008

du site:

http://www.levangileauquotidien.org/www/main.php?language=FR&localTime=10/20/2008#

Saint Basile (vers 330-379), moine et évêque de Césarée en Cappadoce, docteur de l’Église
Homélie 31 ; PG 31, 261 (trad. cf Ephata, vol. 3, Delhougne, p. 426 et Luc commenté, DDB 1987, p. 108)

Amasser pour soi-même ou être riche en vue de Dieu ?

« Que vais-je faire? Je vais agrandir mes greniers ! » Pourquoi avaient-elles tant rapporté, les terres de cet homme qui ne devait faire qu’un mauvais usage de sa richesse ? C’est pour qu’on voie se manifester avec plus d’éclat l’immense bonté d’un Dieu qui étend sa grâce sur tous, « car il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes, et lever son soleil sur les méchants comme sur les bons » (Mt 5,45)… Tels étaient les bienfaits de Dieu à l’égard de ce riche : une terre féconde, un climat tempéré, d’abondantes semences, des boeufs pour le labour, et tout ce qui assure la prospérité. Et lui, que rendait-il en retour ? Mauvaise humeur, misanthropie et égoïsme. C’est ainsi qu’il remerciait son bienfaiteur.

Il oubliait que nous appartenons tous à la même nature humaine ; il n’a pas pensé qu’il fallait distribuer son superflu aux pauvres ; il n’a tenu aucun compte de ces préceptes divins : « Ne refuse pas un bienfait à qui est dans le besoin » (Pr 3,27), « Que la bienveillance et la fidélité ne te quittent jamais » (3,3), « Partage ton pain avec celui qui a faim » (Is 58,7). Tous les prophètes, tous les sages lui criaient ces préceptes, mais il faisait la sourde oreille. Ses greniers craquaient, trop étroits pour le blé qu’on y entassait, mais son coeur n’était pas rassasié… Il ne voulait se défaire de rien, tout en n’arrivant pas à tout stocker. Ce problème le harcelait : « Que vais-je faire ? » se répétait-il. Qui ne prendrait en pitié un homme aussi obsédé ? L’abondance le rend malheureux…; il se lamente tout comme les indigents : « Que vais-je faire ? Comment me nourrir, me vêtir ? »…

Considère, homme, celui qui t’a comblé de ses dons. Réfléchis un peu sur toi-même : Qui es-tu ? Qu’est-ce qui t’a été confié ? De qui as-tu reçu cette charge ? Pourquoi as-tu été choisi ? Tu es le serviteur du Dieu bon ; tu as la charge de tes compagnons de service… « Que vais-je faire ? » La réponse était simple : « Je rassasierai les affamés, j’inviterai les pauvres… Vous tous qui manquez de pain, venez puiser les dons accordés par Dieu qui coulent comme d’une fontaine ».