Padre Pio da Pietralcina

Padre Pio da Pietralcina dans saints

http://santiebeati.it

3 Réponses à “Padre Pio da Pietralcina”

  1. Pierre dit :

    Bonjour !

    Vous êtes bien destinataires, dans le témoignage et dans la gratuité des choses.

    Nous devons être attachés à toutes nos soeurs et à tous nos frères ainsi qu’aux religieuses et religieux qui veillent sur nos parcours, comme un dernier bastion face à l’innommable, le cosaque comme le nommait notre Père Spirituel Saint Padre PIO. Il serait fastidieux de raconter ici mon histoire par le détail mais je peux cependant vous faire un résumé succinct là où la vie des autres relève plus de mon intérêt, pour aujourd’hui et pour demain.

    Nous sommes Français par notre Père (originaires de la région de Blois en France) et malgache par notre mère. Je suis né à Madagascar (à Mananara Nord, côte Est) où j’ai vécu les 10 premières années de notre existence. Je suis allé au collège de lescat (frères Canadiens du Sacré Coeur à Antananarivo chez lesquels aux dires de mes pairs les choses étaient déjà en préparation sur l’enfant que j’étais. Il aura fallu attendre l’année 2000 pour que les choses se révèlent pleinement). Nous avons grandi avec les pères missionnaires à Madagascar et avec Monseigneur Jean WOLFF (voir sa vie sur internet) Archevêque de Diego qui était un ami de notre famille et qui a bercé notre enfance jusqu’à l’âge adulte. Nous avons continué à rendre visite à Monseigneur jusqu’au Dorat où il est décédé plusieurs années après son retour définitif en France, entouré des religieuses qui s’étaient très bien occupées de lui.

    J’ai été saisi d’un  »sentiment » très fort à Notre Dame de la Trinité à Blois (année 2000) ainsi que devant la relique du Précieux Sang à Neuvy-St-Sépulcre, petit village de l’Indre situé à côté de Chateauroux. Un Père Jésuite à l’Ile de la Réunion (responsable du MEJ) a été le premier à me faire prendre conscience des choses. Il est devenu mon ami et mon accompagnateur. Le Père Jean DEROBERT (autre fils spirituel de St Padre PIO qui a vécu 7 ans avec le Grand Saint et qui vit à Marseille où il est l’aumônier de la maison des religieuses âgées. Il est connu pour tous ses ouvrages sur Saint Padre PIO) à l’occasion d’une visite à La Réunion m’a confirmé aussi ma filiation avec Francesco FORGIONE d’une manière surprenante : en me donnant un franc coup de poing à la mâchoire de la part du Padre PIO. Je l’avais rencontré à Saint Benoit (Ile de La Réunion) dans l’église où il était venu durant trois heures nous parler de la vie du Padre. Notre Padre que je nomme  » Familièrement  » et affectueusement  »Mon Petit Vieux ». Le Révérend Père Jean DEROBERT est mon référent dans tout ce que j’entreprends, notre grand frère à tous.

    Ensuite tout s’est enchaîné avec différentes communautés de religieuses, Donato CALABRESE (autre fils spirituel de Saint Padre PIO vivant en Italie. Voir ses sites sur internet), les Capucins de San Giovanni ROTONDO, différents prêtres, congrégations, laïques, les  »indéfectibles » Frères de la Basilique de Saint Antoine de Padoue (qui nous soutiennent dans toutes nos actions) etc … dans des liens fraternels sans cesse renouvelés. Ah ! la belle famille que voilà. Sans la prière communautaire il n’y aurait aucun essor.

    Depuis l’année 2000 les anecdotes n’ont jamais cessées de fleurir sur notre chemin,  » Loué ! soit notre Seigneur !  » : les petits tours fraternels à mon encontre de Sainte Thérèse de Lisieux, la bienveillance de Sainte Rita, l’accueil de la Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo (protectrice de nos missions humanitaires sur Madagascar, dont les lépreux qu’elle aimait tant), le visage sans cesse porté à même sol avec Saint Thomas d’Acquin, l’arrachage à soi-même avec Saint Augustin, le Coeur Brisé partagé avec Bernadette, à la lumière de Saint Jean-Joseph de La Croix à chacune de nos missions humanitaires, le petit frère fidèle à Lucie/Jacynthe et Francesco, le visage rayonnant de grâce de Claire d’Assise dans mes moments de solitude, la sérénité apportée par Sainte Gemma Galgani, la dévotion à la Sainte Vierge Marie et les invocations à l’Esprit Saint avec la Bienheureuse Mariam BAOUARDI, la Providence avec Sainte Maravillas de Jésus, la direction montrée par Jean-Marie Vianney, à la lumière de la Foi avec Sainte Imelda LAMBERTINI, la passion du Christ avec Sainte Véronique GIULIANI et Sainte Catherine de RICCI, la rencontre avec Saint Jean-Baptiste de la Salle, l’adoration Eucharistique avec Saint Pierre Julien EYMARD, la consolidation avec la  »Grande » Sainte Thérèse d’Avila, sur le chemin de la Providence, au service des pauvres avec Saint Luigi ORIONE (stratège de la Charité disait Jean-Paul II) et encore et encore … De la poussière d’étoiles dont je ne me suis jamais secoué.

    Il y a quelques années à l’occasion d’un déplacement en métropole avec ma famille, nous étions passés à la Basilique de Fourvières à Lyon puis au village d’Ars. Là contre toute attente j’ai reçu ma feuille de route, dans ces deux lieux.

    Nous vivons dans la Providence, essayant de demeurer au service des plus démunis. Poussé par un  »sentiment » … j’ai écrit, en qualité de responsable du pôle humanitaire, à Monseigneur LE GALL Archevêque de Toulouse pour lui demander de bien vouloir être le parrain de notre Association Humanitaire. Il a été touché semble-t-il par notre histoire et il a accepté le parrainage dans des termes qui ont été de nature à nous donner à tous les ailes de l’espoir. Un Frère aimant. Le nom de l’Association MIARA-DIA (nom malgache qui signifie marcher ensemble) a été trouvé par l’une de nos Soeurs religieuses Guadaloupaines de la salle sur la Paroisse Notre Dame de l’Assomption à l’Ile de La Réunion.

    Le site de notre Association Humanitaire pour Madagascar : http://prevact.canalblog.com/

    Je témoigne depuis sept ans à l’Ile de la Réunion outre les missions humanitaires à Madagascar. J’essaye entre autre de faire connaître la vie du Padre PIO dans la petite comme dans la grande île ainsi que certaines Saintes comme Gemma GALGANI qui est très peu connue. Montages divers en couleur, distributions gratuites là où je dis que nos nuits, même écourtées, sont aussi belles que nos jours. Nous essayons de demeurer dans la rue à l’image de Saint François d’Assise.

    Je suis très attaché à la Paroisse de Notre Dame du Mont Carmel à la Réunion où j’ai rencontré un prêtre qui chemine avec nous, au service des plus démunis. Cet ami avant tout a été touché par la compassion.

    Mes missions actuelles : témoigner dans l’apostolat, oeuvrer dans la rue, essayer de réparer voire construire ou reconstruire les chapelles en brousse à Madagascar, aider les pauvres et les lépreux, soutenir avec les petits moyens qui sont les nôtres les religieuses et les prêtres malgaches (avec la Bénédiction de Monseigneur Michel MALO, Archevêque de Diego Suarez, qui est le second parrain de notre Association Humanitaire et Caritative avec Monseigneur LE GALL), construire des maisons pour les malgaches qui n’ont plus de toit etc …

    Pour le reste et au fil du temps je laisse à vos Coeurs le soin de prendre connaissance de nos témoignages et photos tant spirituels qu’associatifs. Nous nous en remettons à vous, en union de prières, là où une religieuse  »Charismatique » Franciscaine, rencontrée dans la Providence, m’avait demandé si je voulais savoir quelle était la nature de cette amitié que je portais à tous. Dans un moment de faiblesse j’ai bien voulu l’écouter et apprendre …

    Je ne relève d’aucune académie, d’aucun parcours dit  »Officiel ». Il y a des femmes et des hommes qui ne sont ni sur une autoroute, ni sur une départementale, ni sur une communale, même par sur une vicinale, encore moins sur un chemin de terre, voire absent du sentier des muletiers. Ils sont plein champ !. Il n’y a aucune déperdition lorsque c’est notre  »Rabbinou » qui veille à tout.

    Outre le Père Jean DEROBERT je remercie la supérieure des Franciscaines à l’Ile de La Réunion (depuis elle est rentrée à l’Ile Maurice) pour m’avoir fait mettre à genoux. J’ai reçu de sa part la bénédiction de Saint François d’Assise à Frère Léon, dans un instant solennel.

    Sur le chemin de l’Apostolat je ne cesse de faire l’expérience de la phrase de Saint Paul : la connaissance gonfle d’orgueil tandis que l’Amour fait oeuvre constructive. J’aime Saint François aussi pour cela, il relevait plus de la rue que des bibliothèques.

    Chaque jour et avant tout mouvement, j’inscris dans le creux de ma main le numéro de cellule de notre Père Spirituel Saint Padre PIO, la  »Reconnaissance » rivée au Coeur.

    Il y a une citation de Saint François d’Assise qui m’anime sans cesse. Celle-ci a été prononcée par François avant qu’il ne monte vers le Père :  » Et il m’a donné des Frères !  ».

    Ah ! Ce sentiment secret éprouvé par Saint François d’Assise tandis qu’il confiait la direction de l’Ordre à Pierre de CATANE. De cet instant, mon Coeur se nourrira à  » Jamais !  ».

    C’est merveilleux, Jésus répartit ses vertus sur plusieurs. Aussi, il ne faut pas se contenter de lire l’Evangile pour apprendre le secret de la sainteté ; il faut encore savoir lire les Evangiles vivants que Dieu a placé autour de nous et que sont nos frères ! (Frère Rédemptoriste Marcel VAN)

    Chères Soeurs, Chers Frères, nous vivons tous là une belle aventure humaine avec l’Aimé, le Désiré.

    Fraternellement à vous.
    Pierre QUANTIN
    Patrizia CATTANEO a fait un lien avec notre Association Humanitaire sur son site suivant :

    http://www.patriziacattaneo.com/

    Romain GABORIEAU a fait un lien avec notre Association Humanitaire sur son site suivant :

    http://www.rosaire-de-marie.fr/

    Radio Sacré Coeur a fait un lien avec notre Association Humanitaire sur ses sites suivants :

    http://jesuschrist.e-monsite.com/rubrique,prev-act-a-besoin-de-vous,307475.html

    http://jesuschrist.e-monsite.com/rubrique,association-humanitaire-temoig,307429.html

    http://www.everyoneweb.fr/radiosacrecoeur/

    http://jesuschrist.e-monsite.com/rubrique,temoignages-de-pierre-prevact,307453.html

    http://jesuschrist.e-monsite.com/rubrique,extrait-du-livre-de,312275.html

    Soeur Denise Christiaenssens a fait un lien avec notre Association Humanitaire sur ses sites suivants :

    http://une-ermite-laique-consacre.com
    http://PretresDuMonde.com
    http://MonDieuEtMonTout.com
    http://www.ermitagenotrepere.com

    Coeur à penser a fait un lien avec notre Association Humanitaire sur son site suivant :

    http://coeurapenser.canalblog.com/archives/bienvenue/index.html

    Donato CALABRESE (autre Fils Spirituel de Saint Padre PIO) a fait un lien avec notre Association Humanitaire sur ses sites suivants :
    http://www.donatocalabrese.it/padrepio/
    http://www.donatocalabrese.it/padrepio/oggi.htm

    Maison de Marie d’Ardouane a fait un lien avec notre Association Humanitaire sur son site suivant :

    http://maisondemarie.canalblog.com/archives/2009/04/p10-0.html

  2. Pierre dit :

    Bonjour !

    Vous êtes bien destinataires, dans le témoignage et dans la gratuité des choses.

    Nous devons être attachés à toutes nos soeurs et à tous nos frères ainsi qu’aux religieuses et religieux qui veillent sur nos parcours, comme un dernier bastion face à l’innommable, le cosaque comme le nommait notre Père Spirituel Saint Padre PIO. Il serait fastidieux de raconter ici mon histoire par le détail mais je peux cependant vous faire un résumé succinct là où la vie des autres relève plus de mon intérêt, pour aujourd’hui et pour demain.

    Nous sommes Français par notre Père (originaires de la région de Blois en France) et malgache par notre mère. Je suis né à Madagascar (à Mananara Nord, côte Est) où j’ai vécu les 10 premières années de notre existence. Je suis allé au collège de lescat (frères Canadiens du Sacré Coeur à Antananarivo chez lesquels aux dires de mes pairs les choses étaient déjà en préparation sur l’enfant que j’étais. Il aura fallu attendre l’année 2000 pour que les choses se révèlent pleinement). Nous avons grandi avec les pères missionnaires à Madagascar et avec Monseigneur Jean WOLFF (voir sa vie sur internet) Archevêque de Diego qui était un ami de notre famille et qui a bercé notre enfance jusqu’à l’âge adulte. Nous avons continué à rendre visite à Monseigneur jusqu’au Dorat où il est décédé plusieurs années après son retour définitif en France, entouré des religieuses qui s’étaient très bien occupées de lui.

    J’ai été saisi d’un  »sentiment » très fort à Notre Dame de la Trinité à Blois (année 2000) ainsi que devant la relique du Précieux Sang à Neuvy-St-Sépulcre, petit village de l’Indre situé à côté de Chateauroux. Un Père Jésuite à l’Ile de la Réunion (responsable du MEJ) a été le premier à me faire prendre conscience des choses. Il est devenu mon ami et mon accompagnateur. Le Père Jean DEROBERT (autre fils spirituel de St Padre PIO qui a vécu 7 ans avec le Grand Saint et qui vit à Marseille où il est l’aumônier de la maison des religieuses âgées. Il est connu pour tous ses ouvrages sur Saint Padre PIO) à l’occasion d’une visite à La Réunion m’a confirmé aussi ma filiation avec Francesco FORGIONE d’une manière surprenante : en me donnant un franc coup de poing à la mâchoire de la part du Padre PIO. Je l’avais rencontré à Saint Benoit (Ile de La Réunion) dans l’église où il était venu durant trois heures nous parler de la vie du Padre. Notre Padre que je nomme  » Familièrement  » et affectueusement  »Mon Petit Vieux ». Le Révérend Père Jean DEROBERT est mon référent dans tout ce que j’entreprends, notre grand frère à tous.

    Ensuite tout s’est enchaîné avec différentes communautés de religieuses, Donato CALABRESE (autre fils spirituel de Saint Padre PIO vivant en Italie. Voir ses sites sur internet), les Capucins de San Giovanni ROTONDO, différents prêtres, congrégations, laïques, les  »indéfectibles » Frères de la Basilique de Saint Antoine de Padoue (qui nous soutiennent dans toutes nos actions) etc … dans des liens fraternels sans cesse renouvelés. Ah ! la belle famille que voilà. Sans la prière communautaire il n’y aurait aucun essor.

    Depuis l’année 2000 les anecdotes n’ont jamais cessées de fleurir sur notre chemin,  » Loué ! soit notre Seigneur !  » : les petits tours fraternels à mon encontre de Sainte Thérèse de Lisieux, la bienveillance de Sainte Rita, l’accueil de la Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo (protectrice de nos missions humanitaires sur Madagascar, dont les lépreux qu’elle aimait tant), le visage sans cesse porté à même sol avec Saint Thomas d’Acquin, l’arrachage à soi-même avec Saint Augustin, le Coeur Brisé partagé avec Bernadette, à la lumière de Saint Jean-Joseph de La Croix à chacune de nos missions humanitaires, le petit frère fidèle à Lucie/Jacynthe et Francesco, le visage rayonnant de grâce de Claire d’Assise dans mes moments de solitude, la sérénité apportée par Sainte Gemma Galgani, la dévotion à la Sainte Vierge Marie et les invocations à l’Esprit Saint avec la Bienheureuse Mariam BAOUARDI, la Providence avec Sainte Maravillas de Jésus, la direction montrée par Jean-Marie Vianney, à la lumière de la Foi avec Sainte Imelda LAMBERTINI, la passion du Christ avec Sainte Véronique GIULIANI et Sainte Catherine de RICCI, la rencontre avec Saint Jean-Baptiste de la Salle, l’adoration Eucharistique avec Saint Pierre Julien EYMARD, la consolidation avec la  »Grande » Sainte Thérèse d’Avila, sur le chemin de la Providence, au service des pauvres avec Saint Luigi ORIONE (stratège de la Charité disait Jean-Paul II) et encore et encore … De la poussière d’étoiles dont je ne me suis jamais secoué.

    Il y a quelques années à l’occasion d’un déplacement en métropole avec ma famille, nous étions passés à la Basilique de Fourvières à Lyon puis au village d’Ars. Là contre toute attente j’ai reçu ma feuille de route, dans ces deux lieux.

    Nous vivons dans la Providence, essayant de demeurer au service des plus démunis. Poussé par un  »sentiment » … j’ai écrit, en qualité de responsable du pôle humanitaire, à Monseigneur LE GALL Archevêque de Toulouse pour lui demander de bien vouloir être le parrain de notre Association Humanitaire. Il a été touché semble-t-il par notre histoire et il a accepté le parrainage dans des termes qui ont été de nature à nous donner à tous les ailes de l’espoir. Un Frère aimant. Le nom de l’Association MIARA-DIA (nom malgache qui signifie marcher ensemble) a été trouvé par l’une de nos Soeurs religieuses Guadaloupaines de la salle sur la Paroisse Notre Dame de l’Assomption à l’Ile de La Réunion.

    Le site de notre Association Humanitaire pour Madagascar : http://prevact.canalblog.com/

    Je témoigne depuis sept ans à l’Ile de la Réunion outre les missions humanitaires à Madagascar. J’essaye entre autre de faire connaître la vie du Padre PIO dans la petite comme dans la grande île ainsi que certaines Saintes comme Gemma GALGANI qui est très peu connue. Montages divers en couleur, distributions gratuites là où je dis que nos nuits, même écourtées, sont aussi belles que nos jours. Nous essayons de demeurer dans la rue à l’image de Saint François d’Assise.

    Je suis très attaché à la Paroisse de Notre Dame du Mont Carmel à la Réunion où j’ai rencontré un prêtre qui chemine avec nous, au service des plus démunis. Cet ami avant tout a été touché par la compassion.

    Mes missions actuelles : témoigner dans l’apostolat, oeuvrer dans la rue, essayer de réparer voire construire ou reconstruire les chapelles en brousse à Madagascar, aider les pauvres et les lépreux, soutenir avec les petits moyens qui sont les nôtres les religieuses et les prêtres malgaches (avec la Bénédiction de Monseigneur Michel MALO, Archevêque de Diego Suarez, qui est le second parrain de notre Association Humanitaire et Caritative avec Monseigneur LE GALL), construire des maisons pour les malgaches qui n’ont plus de toit etc …

    Pour le reste et au fil du temps je laisse à vos Coeurs le soin de prendre connaissance de nos témoignages et photos tant spirituels qu’associatifs. Nous nous en remettons à vous, en union de prières, là où une religieuse  »Charismatique » Franciscaine, rencontrée dans la Providence, m’avait demandé si je voulais savoir quelle était la nature de cette amitié que je portais à tous. Dans un moment de faiblesse j’ai bien voulu l’écouter et apprendre …

    Je ne relève d’aucune académie, d’aucun parcours dit  »Officiel ». Il y a des femmes et des hommes qui ne sont ni sur une autoroute, ni sur une départementale, ni sur une communale, même par sur une vicinale, encore moins sur un chemin de terre, voire absent du sentier des muletiers. Ils sont plein champ !. Il n’y a aucune déperdition lorsque c’est notre  »Rabbinou » qui veille à tout.

    Outre le Père Jean DEROBERT je remercie la supérieure des Franciscaines à l’Ile de La Réunion (depuis elle est rentrée à l’Ile Maurice) pour m’avoir fait mettre à genoux. J’ai reçu de sa part la bénédiction de Saint François d’Assise à Frère Léon, dans un instant solennel.

    Sur le chemin de l’Apostolat je ne cesse de faire l’expérience de la phrase de Saint Paul : la connaissance gonfle d’orgueil tandis que l’Amour fait oeuvre constructive. J’aime Saint François aussi pour cela, il relevait plus de la rue que des bibliothèques.

    Chaque jour et avant tout mouvement, j’inscris dans le creux de ma main le numéro de cellule de notre Père Spirituel Saint Padre PIO, la  »Reconnaissance » rivée au Coeur.

    Il y a une citation de Saint François d’Assise qui m’anime sans cesse. Celle-ci a été prononcée par François avant qu’il ne monte vers le Père :  » Et il m’a donné des Frères !  ».

    Ah ! Ce sentiment secret éprouvé par Saint François d’Assise tandis qu’il confiait la direction de l’Ordre à Pierre de CATANE. De cet instant, mon Coeur se nourrira à  » Jamais !  ».

    C’est merveilleux, Jésus répartit ses vertus sur plusieurs. Aussi, il ne faut pas se contenter de lire l’Evangile pour apprendre le secret de la sainteté ; il faut encore savoir lire les Evangiles vivants que Dieu a placé autour de nous et que sont nos frères ! (Frère Rédemptoriste Marcel VAN)

    Chères Soeurs, Chers Frères, nous vivons tous là une belle aventure humaine avec l’Aimé, le Désiré.

    Fraternellement à vous.
    Pierre QUANTIN

  3. gabriellaroma dit :

    Bonsoir Pierre,

    je te remercie pour ta témoiniage, je crois que les amies du blog, aussi, aimerons de la lire, en ebrasse,

    Gabriella

Laisser un commentaire