Archive pour le 6 août, 2008

Marie: « Regina Pacis », Basilique de Sainte Marie la Majeur (photo 5.8.08)

6 août, 2008

Marie:

http://flickr.com

HOMÉLIE D’ANASTASE DU SINAÏ POUR LA TRANSFIGURATION

6 août, 2008

Liturgie des Heures, Office des Lecture

2me lecture: 

HOMÉLIE D’ANASTASE DU SINAÏ
POUR LA TRANSFIGURATION
«Il nous est bon d’être ici»

Jésus montra ce mystère à ses disciples sur le mont Thabor. Tandis qu’il cheminait au milieu d’eux, il les avait entretenus de son règne et de son deuxième avènement dans la gloire. Mais parce qu’ils n’étaient peut-être pas suffisamment certains de ce qu’il leur avait annoncé au sujet de son règne, il voulut qu’ils finissent par être très fermement convaincus au fond de leur coeur, et que les événements présents les aident à croire aux événements à venir. C’est pourquoi, sur le mont Thabor, il leur fit voir une merveilleuse manifestation divine, comme une image préfigurative du royaume des cieux. C’est exactement comme s’il leur disait: « Pour que le retard n’engendre pas en vous l’incrédulité, dès maintenant, immédiatement, vraiment, je vous le dis, il y en a parmi ceux, qui sont ici qui ne connaîtront pas la mort avant qu’ils voient venir le Fils de l’homme dans la gloire de son Père.

Et, voulant montrer que la puissance du Christ s’accorde avec sa propre volonté, l’évangéliste ajoute : Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean et les emmène à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux, son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements, blancs comme la neige. Et voici que leur apparurent Moïse et Elie, qui s’entretenaient avec lui.

Telles sont les merveilles divines de la présente solennité; tel est le mystère, accompli pour nous sur la montagne aujourd’hui, mystère qui est en même temps un acte sauveur. Car ce qui nous réunit est en même temps initiation au mystère du Christ et rassemblement pour sa célébration. Afin donc que nous pénétrions dans les mystères sacrés et inexprimables avec ceux qui ont été choisis parmi les disciples inspirés par Dieu, écoutons la voix divine et très sainte qui, comme d’en haut et du sommet de la montagne, nous convoque de la façon la plus persuasive. ~

C’est donc vers la montagne qu’il faut nous hâter, j’ose le dire, comme l’a fait Jésus qui, là comme dans le ciel, est notre guide et notre avant-coureur. Avec lui nous brillerons pour les regards spirituels, nous serons renouvelés et divinisés dans les structures de notre âme et, avec lui, comme lui, nous serons transfigurés, divinisés pour toujours et transférés dans les hauteurs. ~

Accourons donc, dans la confiance et l’allégresse, et pénétrons dans la nuée, ainsi que Moïse et Élie, ainsi que Jacques et Jean. Comme Pierre, sois emporté dans cette contemplation et cette manifestation divines, sois magnifiquement transformé, sois emporté hors du monde, enlevé de cette terre ; abandonne la chair, quitte la création et tourne-toi vers le Créateur à qui Pierre disait, ravi hors de lui-même: Seigneur, il nous est bon d’être ici.

Certainement, Pierre, il est vraiment bon d’être ici avec Jésus, et d’y être pour toujours. Qu’y a-t-il de plus heureux, qu’y a-t-il de plus sublime, qu’y a-t-il de plus noble que d’être avec Dieu, que d’être transfiguré en Dieu dans la lumière? Certes, chacun de nous, possédant Dieu dans son coeur, et transfiguré à l’image de Dieu doit dire avec joie: Il nous est bon d’être ici, où tout est lumineux, où il y a joie, plaisir et allégresse, où tout, dans notre coeur, est paisible, calme et imperturbable, où l’on voit Dieu : là il fait sa demeure avec le Père et il dit, en y arrivant: Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison. Là tous les trésors des biens éternels sont présents et accumulés. Là sont présentées comme dans un miroir les prémices et les images de toute l’éternité à venir.

« J’appelle » dit Dieu

6 août, 2008

du site:

http://www.bonheurpourtous.com/botext/jappelle.html

« J’appelle » dit Dieu
On me dit que mes enfants, les hommes, ont des problèmes d’emploi.
Moi, j’appelle, dit Dieu.
J’embauche tout le temps, je suis sur la place pour embaucher dès 6h00 du matin.
J’y suis à 9h00, j’y suis à 14h00.
J’y suis encore à 5h00 du soir, alors que la journée va s’achever ;
à ce moment, moi, j’embauche encore.
Et moi je paie, dit Dieu.
Je ne paie pas à l’heure, ni au mois, ni aux pièces.
Moi je paie à l’éternité…
Parfaitement : une éternité de bonheur pour celui
qui aura travaillé pour moi quelques heures,
quelques semaines, quelques mois, quelques années.

Et j’appelle tous ceux qui veulent.
Je ne demande ni BAC, ni BEPC, ni CAP, ni BTS, ni diplôme d’aucune sorte.
Je ne demande que de la bonne volonté, la volonté de travailler.

J’appelle pour tous les métiers.
J’ai besoin de cantonniers,
car il est écrit : « Préparez les routes du Seigneur,
rabotez les collines et rectifiez les virages… ».
J’ai besoin de cantonniers pour préparer la route de mon retour.
En créant un monde moins inégal et plus droit,
en luttant contre les injustices et les misères,
En rendant les routes de la vie moins dures et moins pénibles
pour les hommes, mes fils, pour les hommes, vos frères…
J’ai besoin d’infirmiers, de bons samaritains,
ceux qui soignent les maladies du corps et surtout de l’âme,
ceux qui ramassent dans les fossés les blessés de la vie, les abandonnés de la route…
J’ai besoin de vignerons et de moissonneurs,
car « la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux ».
J’appelle tous ceux qui sont prêts à récolter
la moisson des bonnes volontés qui ne savent où s’adresser,
la vendange des joies qui ne savent avec qui se partager…
Surtout, surtout, j’ai besoin de bergers,
« car j’ai pitié de ces foules, qui sont comme des troupeaux sans pasteurs ».
Ceux par les mains de qui je partagerai à tous les affamés le Pain de ma Parole,
le Pain de mon Corps et le Vin de mon Sang…

Venez tous, dit Dieu, j’appelle ; il y a du travail pour tous, j’emploie tout le monde…
Et ce soir, après la journée de travail, tous ensemble, avec Moi, vous ferez la fête !

Anonyme,
cité par la feuille paroissiale des Contamines (Haute-Savoie), le 3 août 1997