« Le champ c’est le monde » (Mt 13,38)

 du site:

http://www.levangileauquotidien.org/www/main.php?language=FR&localTime=07/26/2008#

Pape Benoît XVI
Sacramentum caritatis, 79 (trad. DC 2377, p. 335 © copyright Libreria Editrice Vaticana)

« Le champ c’est le monde » (Mt 13,38)

Dans le Christ, Tête de l’Église qui est son Corps (Col 1,18), tous les chrétiens forment « la race choisie, le sacerdoce royal, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu pour annoncer ses merveilles » (1P 2,9). Comme mystère à vivre, l’eucharistie s’offre à chacun de nous dans la condition où il se trouve, faisant de sa situation existentielle le lieu où il faut vivre quotidiennement la nouveauté chrétienne. Si le sacrifice eucharistique nourrit et fait grandir en nous ce qui est déjà donné dans le baptême, par lequel nous sommes tous appelés à la sainteté, alors cela doit apparaître et se manifester précisément dans les situations ou dans les états de vie dans lesquels chaque chrétien se trouve. On devient jour après jour un culte agréable à Dieu en vivant sa vie comme une vocation. Partant de la convocation liturgique, c’est le sacrement de l’eucharistie lui-même qui nous engage dans la réalité quotidienne pour que tout soit fait à la gloire de Dieu.

Et puisque le monde est « le champ » dans lequel Dieu met ses enfants comme du bon grain, les chrétiens laïcs, en vertu de leur baptême et de leur confirmation, et fortifiés par l’eucharistie, sont appelés à vivre la nouveauté radicale apportée par le Christ précisément au coeur des conditions communes de l’existence. Ils doivent nourrir le désir que l’eucharistie marque toujours plus profondément leur vie quotidienne, les amenant à être des témoins identifiables dans leur milieu de travail et dans la société tout entière.

J’adresse un encouragement particulier aux familles, pour qu’elles puisent inspiration et force dans ce sacrement. L’amour entre l’homme et la femme, l’accueil de la vie, la tâche éducative, se révèlent être des lieux privilégiés où l’eucharistie peut manifester sa capacité de transformer et de porter l’existence à sa plénitude de sens. Les pasteurs ne manqueront jamais de soutenir, d’éduquer et d’encourager les fidèles laïcs à vivre pleinement leur vocation à la sainteté dans le monde, que Dieu a tant aimé jusqu’à donner son Fils pour qu’il en devienne le salut (Jn 3,16).

Laisser un commentaire