par Sandro Magister : Année Paulinienne: Le rêve œcuménique de Benoît XVI

du site:

http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/205564?fr=y

Année Paulinienne: Le rêve œcuménique de Benoît XVI

Avec le patriarche de Constantinople, le successeur de Pierre a lancé une année jubilaire spéciale consacrée à l’autre grand apôtre, Paul. Son objectif declaré: « créer l’unité de la ‘catholica’, l’Eglise formée de juifs et de païens, l’Eglise de tous les peuples »

par Sandro Magister

ROMA, le 2 juillet 2008 Sur la photo, Benoît XVI et Bartholomée Ier, le patriarche de Constantinople, prient devant la tombe de lapôtre Paul, sous le maître-autel de la basilique romaine de Saint-Paul-hors-les-Murs. Cest la veille de la solennité de saint Pierre et saint Paul. Benoît XVI et Bartholomée Ier ont également inauguré ensemble une année jubilaire spécialement consacrée à lapôtre Paul.

LAnnée Paulinienne a débuté le 28 juin et elle sachèvera le 29 juin 2009. Elle a lieu à loccasion du bimillénaire de la naissance de lapôtre, que les historiens situent entre 7 et 10 après J.-C.

Benoît XVI a annoncé cette année jubilaire spéciale pour la première fois il y a un an, le 28 juin 2007. Voici comment il a expliqué l’évènement aux fidèles réunis place Saint-Pierre, avant lAngélus de la fête de saint Pierre et saint Paul de cette année:

« Ce jubilé spécial aura Rome pour centre de gravité, en particulier la basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs et le quartier des Trois Fontaines, lieu du martyre. Mais il impliquera lEglise toute entière, à partir de Tarse, la ville où Paul est né, et les autres lieux pauliniens qui constituent des buts de pèlerinage, en Turquie mais aussi en Terre Sainte et à l’île de Malte où lApôtre a débarqué suite à un naufrage et où il a semé la graine féconde de lEvangile.

« En réalité, loptique de lAnnée Paulinienne ne peut être quuniverselle, car saint Paul a été par excellence lapôtre de ceux qui étaient le plus ‘éloignés par rapport aux juifs et qui grâce au sang du Christ sont devenus les proches (cf. Eph 2,13). Cest pourquoi aujourdhui encore, dans un monde devenu plus petit, mais où beaucoup de gens nont pas encore rencontré le Seigneur Jésus, le jubilé de saint Paul invite tous les chrétiens à être des missionnaires de lEvangile.

« A cette dimension missionnaire, il faut toujours associer celle de lunité, représentée par saint Pierre, le rocher sur lequel Jésus-Christ a bâti son Eglise. Comme le souligne la liturgie, les charismes des deux grands apôtres sont complémentaires pour la constitution de lunique Peuple de Dieu, et les chrétiens ne peuvent pas réellement témoigner du Christ sils ne sont pas unis ».

* * *

Universel et œcuménique. Pour une Eglise qui est « catholica » et « una ». Voilà la double optique que l’évêque de Rome et le patriarche de Constantinople ont voulu donner à lAnnée Paulinienne, lancée conjointement par lEglise de Rome et lEglise dOrient. Au cours de la messe célébrée le jour de saint Pierre et saint Paul, les deux successeurs des apôtres sont entrés ensemble dans la basilique Saint-Pierre. Ensemble, ils sont montés à lautel, précédés par un diacre latin et un diacre orthodoxe qui portaient lEvangile. Ensemble, ils ont écouté lEvangile chanté en latin et en grec. Ensemble, ils ont prononcé lhomélie – le patriarche le premier, puis le pape. Ensemble ils ont récité le Credo, le Symbole de Nicée-Constantinople dans la version dorigine en grec, comme le veut la liturgie des Eglises byzantines. Ils se sont donné le baiser de paix et à la fin ils ont béni ensemble les fidèles. Après près de mille ans de schisme entre Orient et Occident, une liturgie placée aussi visiblement sous le signe de lunité a été célébrée par l’évêque de Rome et le patriarche de Constantinople.

Pour le moment, les rapports avec les communautés protestantes restent davantage dans lombre. Mais lAnnée Paulinienne peut être aussi riche de sens dans le dialogue avec les protestants. Les grands penseurs de la Réforme de Luther et Calvin à Karl Barth, Rudolph Bultmann et Paul Tillich ont élaboré leur pensée principalement à partir de la Lettre de saint Paul aux Romains.

La contribution que lAnnée Paulinienne pourra apporter au dialogue avec les juifs nest pas moins significative. Paul était juif, c’était un rabbin de stricte observance. Puis il est tombé, ébloui par le Christ, sur la route de Damas. Pour lui, sa conversion au Ressuscité na jamais constitué une rupture avec sa foi dorigine et la promesse de Dieu à Abraham ainsi que lAlliance du Sinaï nont toujours fait quun avec lalliance « nouvelle et éternelle » scellée par le sang de Jésus. Dans son livre « Jésus de Nazareth », Joseph Ratzinger a écrit des pages remarquables sur cette unité entre lAncien et le Nouveau Testament.

On trouvera ci-dessous lhomélie prononcée par Benoît XVI le 28 juin 2008 à la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, la veille de la fête de saint Pierre et saint Paul, pendant les vêpres. Le pape y répond aux questions suivantes: qui était Paul? Que me dit-il aujourdhui?

Plus bas, on trouvera les liens vers la double homélie du pape et du patriarche de Constantinople, prononcée lors de la messe de la fête de saint Pierre et saint Paul, vers dautres textes de Benoît XVI sur lapôtre Paul et vers dautres informations relatives à lAnnée Paulinienne.

« Qui était Paul? Et que me dit-il aujourdhui? »

par Benoît XVI

Chers frères et sœurs, nous voici réunis près de la tombe de saint Paul, né il y a deux mille ans à Tarse, en Cilicie, dans ce qui est aujourdhui la Turquie.

Qui était ce Paul? Au temple de Jérusalem, face à la foule agitée qui veut le tuer, il se présente en ces mots: « Je suis Juif. Né à Tarse en Cilicie, jai cependant été élevé ici dans cette ville [de Jérusalem] » et cest aux pieds de Gamaliel que jai été formé à lexacte observance de la loi de nos pères et j’étais rempli du zèle de Dieu… » (Ac 22,3).

A la fin de son cheminement, il dira de lui-même: « Jai été établi… docteur des païens, dans la foi et la vérité » (1 Tm 2,7; cf. 2 Tm 1,11). Docteur des païens, apôtre et héraut de Jésus-Christ, cest ainsi quil se définit en revoyant le cours de sa vie passée.

Pour autant, son regard ne se tourne pas que vers le passé. Docteur des païens: cette expression souvre vers lavenir, vers tous les peuples et toutes les générations. Pour nous, Paul nest pas une figure du passé, que nous célébrons avec vénération. Cest aussi notre maître, lapôtre et le héraut de Jésus-Christ.

Nous ne sommes donc pas réunis pour méditer une histoire passée, définitivement dépassée. Cest aujourdhui que Paul veut nous parler. Voilà pourquoi jai voulu lancer cette Année Paulinienne. Pour que nous l’écoutions et quil nous enseigne, aujourdhui, en tant que maître, la « foi et la vérité« , où senracinent les raisons de lunité des disciples du Christ.

Dans cette perspective, à loccasion des deux mille ans de la naissance de lApôtre, jai voulu allumer une Flamme Paulinienne spéciale, qui restera allumée pendant une année entière dans un brasier spécial placé sous le portique à quatre arcades de la basilique [de Saint-Paul-hors-les-Murs].

Pour donner de la solennité à cet anniversaire, jai également inauguré la Porte Paulinienne par laquelle je suis entré dans la basilique, accompagné par le patriarche de Constantinople [...] et par dautres autorités religieuses. Je me réjouis profondément du caractère particulièrement œcuménique du lancement de lAnnée Paulienne, dû à la présence de nombreux délégués et représentants dautres Eglises et communautés ecclésiales, que jaccueille à cœur ouvert. [...]

* * *

Nous sommes donc réunis ici pour méditer sur le grand Apôtre des peuples. Pour savoir qui il était, mais surtout qui il est et ce quil nous dit.

Aujourdhui, alors que nous inaugurons lAnnée Paulinienne, je voudrais choisir dans le riche témoignage du Nouveau Testament trois textes, qui révèlent sa physionomie intérieure et la spécificité de son caractère.

Dans la Lettre aux Galates, il nous a livré une profession de foi très personnelle, où il ouvre son cœur aux lecteurs de tous les temps et révèle le moteur le plus intime de sa vie. « Je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui ma aimé et sest livré pour moi » (Gal 2,20).

Toute laction de Paul part de là. Sa foi est lexpérience d’être aimé de Jésus-Christ de manière tout à fait personnelle. Cest la conscience du fait que le Christ a affronté la mort non pas pour quelque chose danonyme mais par amour pour lui, Paul, et que, en tant que Ressuscité, Il laime toujours et sest donc donné pour lui. La foi de Paul, cest d’être frappé par lamour de Jésus-Christ, un amour qui le bouleverse jusquau fond de lui-même et le transforme. Sa foi nest pas une théorie, une opinion sur Dieu et sur le monde. Cest limpact de lamour de Dieu sur son cœur. Ainsi, cette même foi est lamour pour Jésus-Christ.

Paul est souvent présenté comme un homme combatif qui manie les mots comme des épées. De fait, il a bataillé ferme pendant sa vie dapôtre. Il na pas cherché une harmonie superficielle. Dans sa première lettre, adressée aux Thessaloniciens, il dit lui-même: « Nous avons prêché en toute confiance devant vous lEvangile de Dieu, au milieu dune lutte pénible… Jamais non plus, vous le savez, nous navons eu un mot de flatterie » (1 Th 2, 2.5).

Il avait une trop haute opinion de la vérité pour accepter de la sacrifier en vue dune victoire superficielle. Paul estimait que la vérité quil avait connue en rencontrant le Ressuscité valait bien le combat, la persécution et la souffrance. Ce qui le motivait le plus profondément, néanmoins, c’était lamour de Jésus-Christ et le désir de transmettre cet amour à dautres personnes. Paul a été marqué par un grand amour, qui explique à lui seul toute son action et sa souffrance. Les concepts fondateurs de son annonce ne peuvent être compris que dans cette optique.

Concentrons-nous sur un de ses mots-clés: la liberté. Ayant éprouvé que le Christ laimait totalement, il avait ouvert les yeux sur la vérité et sur le chemin de lexistence humaine; cette expérience englobait tout. Paul était libre en tant quhomme aimé de Dieu, capable, en vertu de Dieu, daimer avec Lui. Cet amour est désormais la « loi » de sa vie et, justement pour cette raison, cest la liberté de sa vie. Cest la responsabilité de lamour qui le fait parler et agir. Liberté et responsabilité sont ici indissociables. Paul est libre précisément parce quil est dans la responsabilité de lamour; il vit totalement dans la responsabilité de cet amour et ne prend pas la liberté comme prétexte à labus et à l’égoïsme précisément parce quil aime. Cest dans le même esprit quAugustin a formulé la phrase devenue célèbre par la suite: « Dilige et quod vis fac » (Tract. in 1 Jo 7 ,7-8), aime et fais ce que tu veux. Celui qui aime le Christ comme Paul la aimé peut vraiment faire ce quil veut, car son amour est uni à la volonté du Christ et donc à la volonté de Dieu; parce que sa volonté est enracinée dans la vérité et parce que sa volonté nest plus simplement sa volonté propre, arbitre du je autonome, mais quelle est intégrée à la liberté de Dieu, qui lui montre le chemin à suivre.

* * *

Dans cette recherche de la physionomie intérieure de saint Paul, je voudrais rappeler maintenant ce que le Christ ressuscité lui a dit sur la route de Damas. Le Seigneur lui demande dabord: « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? » Paul demandant: « Qui es-tu, ô Seigneur? », le Christ répond « Je suis Jésus que tu persécutes » (Ac 9, 4s). En persécutant lEglise, Paul persécute Jésus lui-même. « Tu me persécutes ». Jésus sidentifie à lEglise comme un sujet unique.

Dans cette exclamation du Ressuscité, qui a transformé la vie de Saul, se concentre finalement toute la doctrine sur lEglise comme Corps du Christ. Le Christ ne sest pas retiré dans le ciel, en laissant sur terre une foule de disciples qui font progresser « sa cause ». LEglise nest pas une association qui cherche à promouvoir une certaine cause. Ce nest pas dune cause quil sagit, mais de la personne de Jésus-Christ qui même ressuscité est resté « chair ».. Il est fait « de chair et dos » (Lc 24, 39), comme le Ressuscité laffirme aux disciples qui lavaient pris pour un fantôme. Il a un corps. Il est présent en personne dans son Eglise, « Chef et Corps » forment un unique sujet, dira Augustin. « Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ? », écrit Paul aux Corinthiens (1 Cor 6,15). Et dajouter: comme, selon le livre de la Genèse, lhomme et la femme deviennent une seule chair, de même le Christ devient un seul esprit avec les siens, cest-à-dire un unique sujet dans le monde nouveau de la résurrection (cf. 1 Cor 6,16 ss).

Dans tout cela transparaît le mystère eucharistique, où le Christ donne continuellement son Corps et fait de nous son Corps: « Le pain que nous rompons nest-il pas communion au corps du Christ? Puisquil ny a quun pain, à nous tous, nous ne formons quun corps, bien que nous soyons nombreux, car tous nous avons part à ce pain unique » (1 Cor 10,16s). Nous recevons ces mots aujourdhui, non seulement de Paul mais du Seigneur lui-même: Comment avez-vous pu lacérer mon Corps? Devant le visage du Seigneur, ces mots deviennent en même temps une demande urgente: Fais-nous sortir de toutes ces divisions. Fais quaujourdhui devienne à nouveau réalité. Il ny a quun seul pain, nous ne formons donc quun seul corps, même si nous sommes nombreux. Pour Paul, le passage sur lEglise comme Corps du Christ nest pas une comparaison quelconque. Cela va bien au-delà. « Pourquoi me persécutes-tu? » Le Christ nous attire continuellement dans son Corps, il construit son Corps à partir du centre eucharistique, qui est pour Paul le centre de lexistence chrétienne, en vertu duquel tous, comme aussi chacun de nous, peuvent lexpérimenter de manière tout à fait personnelle: Il ma aimé et il sest donné pour moi.

* * *

Je voudrais conclure par lune des dernières phrases de saint Paul. Il est en prison, il va mourir et il exhorte Timothée. « Souffre avec moi pour lEvangile », dit lapôtre à son disciple (2 Tm 1,8).

Cette phrase, qui est comme un testament à la fin du parcours de lapôtre, nous renvoie au début de sa mission. Alors que, après sa rencontre avec le Ressuscité, Paul se trouvait, aveugle, chez lui à Damas, Ananie fut chargé daller trouver le persécuteur redouté et de lui imposer les mains pour lui rendre la vue. Ayant objecté que ce Saul était un dangereux persécuteur des chrétiens, Ananie reçut cette réponse: Cet homme doit porter mon nom devant les peuples et les rois; « moi-même je lui montrerai tout ce quil lui faudra souffrir pour mon nom » (Ac 9,15 s). La charge dannoncer le Christ et lappel à souffrir pour lui sont indissociablement liés. Lappel à instruire les peuples est à la fois et intrinsèquement un appel à souffrir en communion avec le Christ qui nous a rachetés par sa Passion.

Dans un monde où le mensonge est puissant, la vérité se paie par la souffrance. Celui qui veut éviter la souffrance, l’éloigner de soi, éloigne la vie elle-même et sa grandeur; il ne peut pas être un serviteur de la vérité et donc un serviteur de la foi. Il ny a pas damour sans souffrance, sans la souffrance de renoncer à soi-même, de transformer et purifier le moi pour obtenir la vraie liberté. Là où il ny a rien qui mérite que lon souffre, la vie elle-même perd sa valeur. LEucharistie centre de notre christianisme est fondée sur le sacrifice de Jésus pour nous, elle est née de la souffrance de lamour, qui a trouvé son sommet dans la Croix. Nous vivons de cet amour qui se donne. Il nous donne le courage et la force de souffrir avec le Christ et pour Lui dans ce monde, en sachant que cest bien ainsi que notre vie devient grande, mûre et vraie.

A la lumière de toutes les lettres de saint Paul, nous voyons comment sest accomplie, au cours de son cheminement de docteur des païens, la prophétie faite à Ananie au moment de lappel: « Je lui montrerai tout ce quil lui faudra souffrir pour mon nom ». Sa souffrance le rend crédible en tant que maître de vérité, qui ne cherche pas son intérêt, sa gloire, sa satisfaction personnelle, mais sengage pour Celui qui nous a aimés et sest donné pour nous tous.

Maintenant remercions le Seigneur qui a appelé Paul et en a fait une lumière pour les païens, un maître pour nous tous, et prions-le: Aujourdhui aussi, donne-nous des témoins de ta résurrection, touchés par ton amour et capables de porter à notre temps la lumière de lEvangile. Saint Paul, priez pour nous! Amen.

Laisser un commentaire