Porter de beaux fruits

du site: 

http://www.levangileauquotidien.org/www/main.php?language=FR&localTime=06/25/2008#

Jean Tauler (vers 1300-1361), dominicain à Strasbourg
Sermon 7 (trad. Cerf 1991, p. 54)

Porter de beaux fruits

Dans une vigne, on retourne la terre autour des pieds de vigne et on sarcle les mauvaises herbes. L’homme aussi doit se sarcler, profondément attentif à ce qu’il pourrait y avoir encore à arracher dans le fond de son être, pour que le Soleil divin puisse s’en approcher plus immédiatement et y briller. Si tu laisses la force d’en haut faire son oeuvre…, le soleil devient éclatant, il darde ses rayons brûlants sur les fruits et les rend de plus en plus transparents. La douceur s’y fixe toujours davantage, les peaux qui les enveloppent deviennent très minces. Ainsi en va-t-il dans le domaine spirituel. Les obstacles intermédiaires deviennent finalement si ténus qu’on reçoit sans cesse les touches divines de tout près. Aussi souvent et aussitôt qu’on se tourne vers lui, on trouve toujours à l’intérieur le divin Soleil brillant avec beaucoup plus d’éclat que tous les soleils qui ont jamais brillé au firmament. Et ainsi tout dans l’homme est déifié à tel point qu’il ne ressent, ne goûte et ne connaît rien aussi vraiment que Dieu, d’une connaissance foncière, et cette connaissance surpasse de beaucoup le mode de connaissance de notre raison.

Enfin on arrache les feuilles des sarments pour que le soleil puisse se répandre sur les fruits sans rencontrer aucun obstacle. Il en est de même chez ces hommes : tout intermédiaire tombe et ils reçoivent tout d’une façon immédiate. Voici que tombent prières, représentations des saints, pratiques de dévotion, exercices. Mais que l’homme se garde pourtant de rejeter ces pratiques avant qu’elles ne tombent d’elles-mêmes. A ce degré alors, le fruit devient si indiciblement doux qu’aucun raisonnement ne peut le comprendre… On ne fait plus qu’un avec la douceur divine, si bien que notre être est tout pénétré de l’Etre divin et qu’il s’y perd comme une goutte d’eau dans un grand fût de vin… Ici les bonnes intentions, l’humilité, ne sont plus qu’une simplicité, un mystère si essentiellement paisible qu’on en peut à peine prendre conscience.

Laisser un commentaire