« Et Dieu dit : ‘ Que la lumière soit ‘ » (Gn 1,3)

du site:

http://levangileauquotidien.org/

Saint Augustin (354-430), évêque d’Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l’Église
Sermon 258 (trad. SC 116, p. 347s)

« Et Dieu dit : ‘ Que la lumière soit ‘ » (Gn 1,3)

« Voici le jour que fit le Seigneur » (Ps 117,24). Rappelez-vous l’état du monde à l’origine : « Les ténèbres étaient sur l’abîme et l’Esprit de Dieu planait sur les eaux. Et Dieu dit : Que la lumière soit ! et la lumière fut. Et Dieu sépara la lumière des ténèbres et il appela la lumière Jour et il appela les ténèbres Nuit » (Gn 1,2s)… « Voici le Jour que fit le Seigneur ». C’est le jour dont parle l’apôtre Paul : « Autrefois vous étiez ténèbres, maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur » (Ep 5,8)…

Thomas n’était-il pas un homme, un des disciples, un homme de la foule pour ainsi dire ? Ses frères lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ». Et lui : « Si je ne touche pas, si je ne mets pas mon doigt dans son côté, je ne croirai pas ». Les évangélistes t’apportent la nouvelle, et toi tu ne crois pas ? Le monde a cru et un disciple n’a pas cru ?… Il n’était pas encore devenu ce jour qu’a fait le Seigneur ; les ténèbres étaient encore sur l’abîme, dans les profondeurs du coeur humain, qui était ténèbres. Que vienne donc celui qui est le point du jour, qu’il vienne et qu’il dise avec patience, avec douceur, sans colère, lui qui guérit : « Viens. Viens, touche ceci et crois. Tu as déclaré : ‘ Si je ne touche pas, si je ne mets pas mon doigt, je ne croirai pas ‘. Viens, touche, mets ton doigt et ne sois plus incrédule, mais fidèle. Je connaissais tes blessures, j’ai gardé pour toi ma cicatrice ».

En approchant sa main, le disciple peut pleinement compléter sa foi. Quelle est, en effet, la plénitude de la foi ? De ne pas croire que le Christ est seulement homme, de ne pas croire non plus que le Christ est seulement Dieu, mais de croire qu’il est homme et Dieu… Ainsi le disciple auquel son Sauveur donnait à toucher les membres de son corps et ses cicatrices s’écrie : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Il a touché l’homme, il a reconnu Dieu. Il a touché la chair, il s’est tourné vers la Parole, car « la Parole s’est faite chair et elle a habité parmi nous » (Jn 1,14). La Parole a souffert que sa chair soit suspendue au bois… ; la Parole a souffert que sa chair soit mise au tombeau. La Parole a ressuscité sa chair, l’a montrée aux yeux de ses disciples, s’est prêtée à être touchée de leurs mains. Ils touchent, ils crient : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Voici le Jour que fit le Seigneur.

Laisser un commentaire