Agir comme Abraham

du site: 

http://levangileauquotidien.org/

Saint Jean Chrysostome (vers 345-407), évêque d’Antioche puis de Constantinople, docteur de l’Église
36ème Homélie sur la Genèse ; PG 53, 339 (trad. Brésard, 2000 ans A, p. 172)

Agir comme Abraham

Regardant la promesse de Dieu et laissant de côté toute vue humaine, sachant que Dieu est capable d’oeuvres dépassant la nature, Abraham a fait confiance aux paroles qui lui avaient été adressées, n’a laissé aucun doute en son esprit et n’a pas hésité sur le sens à donner aux paroles de Dieu. Car c’est le propre de la foi de faire confiance à la puissance de celui qui nous a fait une promesse… Dieu avait promis à Abraham qu’une postérité innombrable naîtrait de lui. Cette promesse dépassait les possibilités de la nature et les vues purement humaines ; c’est pour cela que la foi qu’il avait envers Dieu « lui a été comptée comme justice » (Gn 15,6;Ga 3,6).

Eh bien, si nous sommes vigilants, des promesses encore plus merveilleuses nous ont été faites et nous serons comblés beaucoup plus que ne le peut rêver une pensée humaine. Et pour cela, nous avons uniquement à faire confiance à la puissance de celui qui nous a fait ces promesses, afin de mériter la justification qui vient de la foi et d’obtenir les biens promis. Car tous ces biens que nous espérons dépassent toute conception humaine et toute pensée, tant est magnifique ce qui nous a été promis !

En effet, ces promesses ne concernent pas seulement le présent, l’épanouissement de notre vie et la jouissance des biens visibles, mais elles concernent encore le temps où nous aurons quitté cette terre, lorsque nos corps auront été sujets à la corruption, quand nos restes auront été réduits en poussière. Alors Dieu nous promet qu’il les ressuscitera et les établira dans une gloire magnifique ; « car il faut, nous assure le bienheureux Paul, que notre être corruptible revête l’incorruptibilité, que notre être mortel revête l’immortalité » (1Co 15,53). De plus, après la résurrection de nos corps, nous avons reçu la promesse de jouir du Royaume et de bénéficier durant des siècles sans fin, en compagnie des saints, de ces biens ineffables que « l’oeil de l’homme n’a pas vu, que son oreille n’a pas entendu et que son coeur est incapable de sonder » (1Co 2,9). Vois-tu la surabondance des promesses ? Vois-tu la grandeur de ces dons ?

Laisser un commentaire