Sur le chemin de Damas Paul…

du site:

http://www.inxl6.org/article1881.php

Prière > Une vie donnée pour le Christ

Sur le chemin de Damas Paul est né à Tarse, au sud de l’Asie mineure dans une famille de pharisiens devenus citoyens romains ; d’où ses deux noms : Saül (hébreux) et Paul (romain).

Rubrique Prière inXL6
25/01/2007

Paul est né à Tarse , au sud de l’Asie mineure dans une famille de pharisiens devenus citoyens romains ; d’où ses deux noms : Saül (hébreux) et Paul (romain).
Il étudie à Jérusalem et combat tout d’abord la secte juive que forment les premiers chrétiens avec un zèle acharné. Il vote la mort du premier diacre, Etienne, et assiste à son martyr près de Damas en 34 ou 35.
Paul est réputé pour son caractère violent et intraitable mais aussi pour son énergie, son courage et son sens de l’organisation.
Sous l’impulsion de l’Esprit, Paul devient l’apôtre des païens. Il parcourt Chypre, l’Asie Mineure, la Macédoine, la Grèce et va peut-être jusqu’en Espagne et en Orient.
Arrêté, jugé et décapité à Rome en 67, il est enterré à Rome, non loin de l’Apôtre Pierre.
Sur le chemin de Damas…
Sur le chemin de Damas, Paul fait une expérience spirituelle radicale qui lui permet de repartir d’un autre pied, dans une nouvelle voie (lire les Actes des Apôtres 9,1-9).* « Soudain une lumière venue du ciel », « une voix qui lui disait »
Sa rencontre avec Jésus passe par des signes : lumière éclatante, voix… Signes de Dieu qui se révèle aux hommes. Signes que l’on les retrouve dans la Bible au moment de l’Exode, du Baptême, de la Transfiguration de Jésus, à la Pentecôte.

* « Saül, Saül »
Appelé par son nom, (comme Moïse, Jérémie, Samuel, Marie-Madeleine), identifié en tant qu’individu, il est reconnu comme une personne.

* « Pourquoi me persécutes-tu ? »
Paul est rejoint au cœur de ses actes.

* « Qui es-tu ? »
La conversion, ce n’est pas seulement une révélation assénée à Paul ; c’est une relation qui commence, et c’est dans ce dialogue que le Christ se révèle à lui.

* « Relève-toi »
Paul est invité à se redresser. Il ne reste pas à terre, écrasé par le poids de sa culpabilité face à ses erreurs passées. Il a senti quelque chose de l’ordre du pardon qui le remet debout, debout dans sa vie.

* « Va »
Jésus offre à Paul une alliance et Il fait confiance à ses talents. A Paul, il est demandé la même confiance à on te dira ce que tu dois faire.

* « Il ne voyait rien »
C’est bien en lui qu’est la réponse et non à l’extérieur. Mais il peut compter sur le soutien de son entourage qui le conduit par la main.

Le récit de la conversion de Saint-Paul conduit chacun de nous à s’interroger sur l’origine de sa relation personnelle à Dieu.

Le discernement chez Saint-Paul D’où vient donc à cet homme, presque inquiétant d’audace et de passion, une telle assurance pour annoncer le message en des régions inconnues, une telle hardiesse dans la parole, alors qu’il se sent bien souvent faible et tremblant (1 Co 2, 3) ? C’est qu’il n’agit pas de lui-même, qu’il n’a reçu mission d’aucune instance humaine. Mais c’est par la grâce qu’il a été choisi et qu’il a été mis à part pour l’évangile. Sa force est d’être apôtre de et par la volonté de Dieu (1 Co 1, 1). Son évangile ne lui a pas été transmis par un homme mais par la révélation de Jésus-Christ (1 Ga 1, 12). Ainsi, l’illumination qui l’avait foudroyé sur le chemin de Damas, la rencontre face à face : « c’est moi que tu persécutes », voilà sur quoi se fonde son inébranlable certitude ; voilà où est né et se renouvelle son amour passionné du Christ.Désormais, tout au long de son ministère, sa certitude recevra confirmation par les signes et prodiges qui accompagnent la parole, par la puissance de l’Esprit qui attire les païens à la foi et manifeste ses dons en surabondance (Rm 15, 19 ; 1 Co 12). Cette puissance de l’Esprit est la marque de l’authenticité de son action. Aussi est-il rempli d’assurance, certain que Dieu mène tout au grès de sa volonté (Ep 1, 11), qu’il produit en nous le vouloir et le faire (Ph2, 13) ; lui, le Dieu de toute consolation (2 Co 1, 3), qui peut, par sa puissance qui agit en nous, faire au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou concevoir.


Extrait de :
« Le discernement chez Saint-Paul », par Jean Gouvernaire, sj (suppl. à la revue « Vie chrétienne », n°193)

Laisser un commentaire