La mort de Jean Baptiste

Saint Jean Chrysostome (vers 345-407), évêque d’Antioche puis de Constantinople, docteur de l’Église
Homélies sur Saint Matthieu, no. 48

La mort de Jean Baptiste

«Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean Baptiste. » Et Dieu l’a permis, il n’a pas lancé sa foudre du haut des cieux pour dévorer ce visage insolent ; il n’a pas ordonné à la terre de s’entr’ouvrir et d’engloutir les convives de ce banquet hideux. Dieu donnait ainsi une plus belle couronne au juste et laissait une magnifique consolation à ceux qui, dans l’avenir, seraient victimes de pareilles injustices. Écoutons donc, nous tous qui, malgré notre vie honnête, avons à souffrir des méchants… Le plus grand des enfants nés de la femme (Lc 7,28) a été mis à mort à la demande d’une fille impudique, d’une femme perdue ; et cela pour avoir défendu les lois divines. Que ces considérations nous fassent endurer courageusement nos propres souffrances…

Mais remarque le ton modéré de l’évangéliste qui, dans la mesure du possible, cherche des circonstances atténuantes à ce crime. Au sujet d’Hérode, il note qu’il a agi « à cause de ses serments et des convives » et qu’«il fut contristé» ; au sujet de la jeune fille, il remarque qu’elle avait été « endoctrinée par sa mère »… Nous aussi, ne haïssons pas les méchants, ne critiquons pas les fautes du prochain, cachons-les aussi discrètement que possible ; accueillons la charité en notre âme. Car sur cette femme impudique et sanguinaire, l’évangéliste a parlé avec toute la modération possible… Toi, au contraire, tu n’hésites pas à traiter ton prochain avec méchanceté … Toute différente est la façon d’agir des saints : ils pleurent sur les pécheurs, au lieu de les maudire. Faisons comme eux ; pleurons sur Hérodiade et sur ceux qui l’imitent. Car on voit aujourd’hui bien des repas du genre de celui d’Hérode ; on n’y met pas à mort le Précurseur, mais on y déchire les membres du Christ

Laisser un commentaire