Archive pour juillet, 2007

bonne nuit

25 juillet, 2007

bonne nuit dans image bon nuit, jour, dimanche etc. myrrhis-odorata-1

cette plante est la biblique myrra

http://www.plant-identification.co.uk/skye/umbelliferae/myrrhis-odorata.htm

« Ma coupe, vous y boirez »

25 juillet, 2007

Pape Benoît XVI
Audience générale du 21/6/06 (trad. DC n° 2362 © copyright Libreria Editrice Vaticana)

« Ma coupe, vous y boirez »

Jacques, fils de Zébédée, appelé aussi Jacques le Majeur, appartient, avec Pierre et Jean, au groupe des trois disciples privilégiés qui sont admis par Jésus à assister à des moments importants de sa vie. Il a pu participer, avec Pierre et Jean, au moment de l’agonie de Jésus au jardin de Gethsémani et à l’événement de la Transfiguration de Jésus. Il s’agit donc de situations très différentes l’une de l’autre. En un cas, Jacques fait l’expérience avec les deux autres apôtres de la gloire du Seigneur, il le voit en conversation avec Moïse et Élie, il voit transparaître la splendeur divine en Jésus. Dans l’autre, il se trouve devant la souffrance et l’humiliation, il voit de ses propres yeux combien le Fils de Dieu s’humilie en se faisant obéissant jusqu’à la mort. Certainement, cette seconde expérience a été pour lui une occasion de mûrir dans la foi, pour corriger l’interprétation unilatérale, triomphaliste, de la première : il a dû entrevoir que le Messie attendu par le peuple juif comme un triomphateur, en réalité n’était pas auréolé seulement d’honneur et de gloire, mais aussi de souffrances et de faiblesse. La gloire du Christ se réalise précisément dans la croix, dans la participation à nos souffrances.

Cette maturation dans la foi a été menée à son achèvement par l’Esprit Saint à la Pentecôte, de sorte que lorsque vint le moment du suprême témoignage, Jacques ne fuit pas. Au début des années 40 du premier siècle, le roi Hérode Agrippa, neveu d’Hérode le Grand, comme nous en informe Luc, « se mit à maltraiter certains membres de l’Église. Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter » (Ac 12,1-2)… De saint Jacques, donc, nous pouvons apprendre bien des choses : la promptitude à accueillir l’appel du Seigneur même quand il nous demande de quitter la « barque » de nos sécurités humaines (Mt 4,21), l’enthousiasme à le suivre sur les routes qu’il nous indique au delà de toutes nos présomptions illusoires, la disponibilité à témoigner de lui avec courage, si c’est nécessaire jusqu’au sacrifice suprême de la vie. Ainsi Jacques le Majeur se présente à nous comme un exemple éloquent de généreuse adhésion au Christ. Lui qui, initialement, avait demandé par l’intermédiaire de sa mère à siéger aux côtés du Maître dans son Royaume, a été précisément le premier à boire le calice de la Passion, à partager avec les apôtres le martyre.

Le Pape a Lorenzago di Cadore

24 juillet, 2007

Le Pape a Lorenzago di Cadore dans Pape Benoit

Pope Benedict XVI looks at the ‘Centro Cadore’ lake in Domegge, Lorenzago di Cadore, near Belluno, Italy, Monday, July 23, 2007. Benedict arrived from his monastic-like vacation to bless the faithful at his secluded mountain retreat in Italy’s Dolomite mountains. Benedict plans to stay in Lorenzago, near Italy’s border with Austria, until July 27, when he moves to the papal summer retreat at Castel Gandolfo, in the hills south Rome. (AP Photo/Alessia Giuliani/Pool)

San Charbel

24 juillet, 2007

San Charbel dans images sacrée

http://santiebeati.it/immagini/?mode=album&album=35850&dispsize=Original

aujourd’hui Saint Charbel Makhlouf

24 juillet, 2007

le site libanese donne la fete de Saint Charbel la 3e Dimanche de Juillet, en France et en Italie aujourdui,  lien sous « Famille Saint Charbel »:

Saint Charbel Makhlouf

Moine Libanais Maronite

1828-1898

Youssef Antoun Makhlouf est né à beqaakafra (Liban Nord) en 1828. Sa formation chrétienne et l’exemple de ses deux oncles maternels, ermites au monastère de Saint Antoine Kozhaya, le vouèrent dès son jeune âge à la prière et à la vie monastique.

En 1851, il quitta ses parents et son village pour se diriger vers le monatère Notre Dame de Mayfouq pour sa première année de noviciat.

Dirigé ensuite vers le monastère Saint Maroun d’Annaya, il s’engagea dans l’Ordre Libanais Maronite, choisissant le nom de Charbel, martyr antiochien du IIe siècle. Il y prononça ses voeux solennels le 1er Novembre 1853 puis poursuit ses etudes théologiques au monatère Saint Cyprien de Kfifane, Batroun.

If fut ordonné prêtre à Bkérké, siège patriarchal maronite, le 23 Juillet 1859.

Il vécut au monastère Saint Maroun d’Annaya Durant seize ans après lesquels il se retire définitivement dans l’ermitage SS Pierre et Paul du dit monastère. Il en sortait rarement, continuellement en prière, modèle exemplaire d’ascèse et de sainteté. Il vécut 23 ans à l’ermitage et y mourut le 24 Décembre 1898 la veillée de Noêl. Il fut enterré au cimetière d’Annaya.

Quelques mois après la mort de Père Charbel, des lumières éblouissantes apparaissaient autour de son tombeau. Son corps, qui continuait à suer de la sueur et du sang, fut déposé dans un nouveau cercueil. Beaucoup de pélerins venaient implorer sa protection. On dénombre alors bien des guérisons physiques et des grâces spirituelles.

En 1925, s’ouvrit le procès de sa canonisation. En 1950, le tombeau du Père Charbel fut ouvert en présence d’un comité officiel et de médecins qui ont procédé à la verification de l’intégrité du corps.

Dès l’ouverture du tombeau, les guérisons de toutes sortes se vent multipliées d’une manière subite et inaccoutumée. De toutes les régions du Liban les pélerins de toutes confessions venaient implorer le “Saint” Charbel.

Bientôt, les miracles dépassaient les frontières. Des milliers de correspondances et de témoignages conservés dans les archives d’Annaya restent les meilleurs témoins de la propagation de sa sainteté. Ce phénomène exceptionnel a été la cause immédiate de plusieurs conversions et d’une grande revification des vertus dans les coeurs des fidèles. Le si pauvre tombeau est devenu le pôle d’attraction qui attirait vers lui les gens de tout âge et de toute classe, rassemblés devant le “Saint” sans distinction de religion ni de condition. Ils sont tous là, fils de Dieu.

Charbel, Bienheureux et Saint.

En 1954, le Pape Pie XII signa la décision du procés de la Béatification de l’ermite Charbel Makhlouf.

Le 5 Décembre 1965, le Pape Paul VI présidait la cérémonie de la Béatification, durant la clôture du Concile Oecuménique Vatican II.

En 1976, le Pape Paul VI signa la décision du Bienheureux Charbel, proclamée dans une cérémonie mondiale le 9 Octobre 1977.

Parmi les nombreux miracles attribués à l’intercession de l’homme de Dieu, l’Eglise en retint deux pour la Béatification et un troisième pour la Canonisation.

Soeur Marie Abel Qamari, de la Congrégation des Saints Coeurs, opérée à deux reprises d’un ulcère très grave, supporta durant 14 ans des douleurs indescriptibles. Elle guérit à Annaya le 12 Juillet 1950.

Iskandar Naïm Obeid, de Baabdate, avait perdu en 1937 l’usage d’un oeil. Conseillé de l’enlever pour sauver le second, il pria le Père Charbel pour son intercession et redécouvrit la vue, après sa visite à Annaya en 1950.

Miriam Aouad, de Hammana, avait le cancer de la gorge. Les médecins déclaraient leur incapacité de la soigner. Elle pria Saint Charbel et en 1967, guérit par son intercession.Prière pour obtenir des Graces

Dieu, infiniment Saint et glorifié dans Vos saints, qui avez inspiré au Saint moine et ermite Charbel de vivre et de mourir dans une parfaite ressemblance avec Jesus, lui accordant la force de se détacher du monde afin de faire triompher, dans son ermitage, l’héroїsme de vertus monastiques: la Pauvreté, l’Obéissance et la Chasteté, nous Vous supplions de nous accorder la grace de Vous aimer et de Vous servir à son exemple. Seigneur Tout-Puissant, qui avez manifesté le pouvoir de l’intercession de Saint Charbel par de nombreux miracles de faveurs, accordez-nous la grâce que nous implorons par son intercession. Ainsi soit-il.

Avis: j’ai mets un nouveau « Pages » sur la: Traduction française du « Motu proprio » de Benoît XVI (publié le 7 juillet)

24 juillet, 2007

j’ai mets un nouveau « Pages »  sur la:

Traduction française du « Motu proprio » de Benoît XVI (publié le 7 juillet):

http://gabriellaroma.unblog.fr/traduction-francaise-du-motu-proprio-de-benoit-xvi-publie-le-7-juillet/

Cardinal Poupard : « Benoît XVI cherche à panser une douloureuse blessure »

24 juillet, 2007

du site: 

http://www.chretiente.info/eglise_catholique.php?breve1583

Cardinal Poupard : « Benoît XVI cherche à panser une douloureuse blessure »

« Essayer de panser une douloureuse blessure au sein de l’Eglise », telle est, selon le cardinal français Paul Poupard, président du conseil pontifical de la culture, « l’intention principale du pape au cœur du motu proprio « Summorum pontificum ».

Pour le cardinal Poupard, il s’agit d’un « pas important pour ceux qui ont vraiment à cœur l’unité de l’Eglise, mais qui n’écarte pas tous les dangers ».

Le cardinal Paul Poupard a en effet confié son analyse au quotidien italien « La Repubblica », dimanche 8 juillet, au lendemain de la publication du motu proprio et de la lettre de Benoît XVI qui explique la portée du document.

« Le motu proprio et la lettre du pape sont deux documents importants qui doivent être lus avec beaucoup d’attention. On y perçoit très clairement le projet du Saint-Père qui veut panser une blessure au sein de l’Eglise, autrement dit l’excommunication des lefébvristes (en 1988, ndlr). Nous espérons que cette fracture, après ce grand pas, sera resoudée. Nous espérons que ce geste du pape sera accepté par les lefébvristes, et que le corps de l’Eglise retrouvera ainsi son unité ».

A propos du concile, le cardinal Poupard tient à souligner : « Le pape l’a dit clairement : on ne touche pas au Concile Vatican II. Bien qu’il y ait la possibilité de pouvoir choisir spontanément entre deux liturgies, il n’y a toujours qu’un seul et unique rite eucharistique. Mais l´art de gouverner exige que l’on cherche avant tout à éviter les dangers majeurs. Dans notre cas, les blessures d’un passé récent qui n’ont jamais cicatrisé. Et sur ce point, Benoît XVI a été précis. Nous n’avons plus qu’à attendre les fruits espérés. Le problème des lefébvristes est peut-être moins ressenti en Italie qu’en France, en Suisse, en Allemagne ou sur le continent américain. Et le pape a bien fait de tout mettre en œuvre pour assainir la situation. C’est pourquoi nous espérons et nous prions ».

bonne nuit

24 juillet, 2007

bonne nuit dans image bon nuit, jour, dimanche etc. 661087

Madagascar, 2000

Photograph by Lynn Johnson

Light permeates the sheer petals of a Madagascar periwinkle.

Catharanthus roseus’s delicate appearance belies its powerful pharmaceutical prowess. The flower yields a compound that has been used effectively to treat leukemia. Scientists are racing to study the thousands of potentially beneficial plant species found in the world’s tropical forests before they are destroyed by deforestation. (Photo shot on assignment for, but not published in, « Nature’s RX, » April 2000, National Geographic magazine)

http://lava.nationalgeographic.com/pod/

« Celui qui fait la volonté de mon Père…, celui-la est pour moi un frère, une soeur et une mère »

23 juillet, 2007

Jean-Jacques Olier (1608-1657), fondateur des Sulpiciens
Lettre n° 30 (rev. Tournay)

« Celui qui fait la volonté de mon Père…, celui-la est pour moi un frère, une soeur et une mère »

Je voyais ce chef d’oeuvre admirable des mains de Dieu, la Sainte Vierge, toute remplie du Saint Esprit dès sa naissance…, et les opérations de l’Esprit Saint agissant en elle, se communiquant à elle en plénitude. Et je considérais cette sainte âme de Marie rendant à Dieu le Père dès sa naissance tous ses devoirs. Elle me paraissait s’offrant à Dieu et offrant avec elle toute l’Eglise, comme ayant un jour à en être la Mère ; en sorte que dans cette volonté nous étions compris, sanctifiés et consacrés à Dieu par l’offrande que Marie avait faite d’elle-même, se consacrant à Dieu en tout ce qu’elle était et ce qu’elle serait jamais. Il me semblait, suivant cette vue, que nous devions ratifier cette offrande, nous vouer à Dieu comme elle s’y était vouée, et nous consacrer à lui aussi fidèlement qu’elle l’avait fait, et pour elle et pour nous. Quelle joie dans le coeur de Dieu, disais-je en moi-même, pour une si sainte offrande que la Vierge Marie ! Quel doux présent que celui d’un coeur si amoureux et si vaste, qui, lui seul, contient plus d’amour et présente plus de devoirs que ne le font tous les anges ensemble. Car Marie présente à Dieu son âme qui contient Jésus et toute son Eglise…

O Sainte Vierge, vraie demeure de Dieu, qui comprenez en vous toute l’Eglise, on ne peut exprimer la gloire et la grandeur de votre âme. Elle est devant les yeux de Dieu si aimable, que quiconque vous connaîtra…doit attendre miséricorde

Sainte Brigitte de Suède

23 juillet, 2007

Sainte Brigitte de Suède dans images sacrée

http://santiebeati.it/immagini/?mode=album&album=28400&dispsize=Original

1...34567...19