Archive pour le 28 juillet, 2007

bonne nuit

28 juillet, 2007

bonne nuit dans image bon nuit, jour, dimanche etc. g-prunus-serrulata

Prunus serrulata – Japanische Blütenkirsche

http://online-media.uni-marburg.de/biologie/botex/stadtvegetation/matthias/index.html

« Demandez, vous obtiendrez »

28 juillet, 2007

Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire dominicaine, docteur de l’Église, co-patronne de l’Europe, Les Dialogues, ch. 134 (trad. Guigues, Seuil 1953 p. 455 rev.)

« Demandez, vous obtiendrez »

Ta vérité a dit que si nous appelions il nous serait répondu, que si nous frappions il nous serait ouvert, que si nous demandions il nous serait donné : ô Père éternel, vers toi tes serviteurs clament miséricorde. Réponds-leur donc. Car je sais que la miséricorde t’appartient en propre et c’est pourquoi tu ne peux pas la refuser à qui te la demande. Ils frappent à la porte de ta vérité, puisque c’est dans ta vérité, ton Fils (Jn 14,6), qu’ils connaissent l’amour ineffable que tu éprouves pour l’homme. Voilà pourquoi ils frappent à la porte. Et c’est pourquoi le feu de ta charité ne pourra pas, ne peut pas ne pas ouvrir à ceux qui frappent avec persévérance. Ouvre donc, dilate, brise les coeurs endurcis de ceux que tu as créés — sinon pour ceux qui ne frappent pas, du moins pour ton infinie bonté et pour l’amour de tes serviteurs qui frappent vers toi pour les autres. Exauce-les, Père éternel… Ouvre la porte de ta charité illimitée, venue jusqu’à nous par la porte du Verbe. Oui, je sais que tu ouvres avant que nous ne frappions car c’est avec la volonté et avec l’amour que tu leur as donnés que tes serviteurs frappent et t’appellent, pour ton honneur et le salut des âmes. Donne-leur donc le pain de vie, c’est-à-dire le fruit du sang de ton Fils unique.

une photo très particulier: un eléphant dans l’utérus

28 juillet, 2007

une photo très particulier: un eléphant dans l'utérus dans images 534357

National Geografic prepara un documental llamado « Animales en el útero » de dos horas de duración donde podremos contemplar la maravilla de la reprodución en animales como el delfín, el elefante o el perro. Técnica y ciencia nos revelarán imágenes tan impresionantes como estas.

National Geografic il(elle) prépare un documentaire dénommé « les Animaux dans l’utérus » de deux heures de durée où nous pourrons contempler la merveille du reprodución dans des animaux comme le dauphin, l’éléphant ou le chien. Une technique et une science nous révéleront des images si impressionnantes comme celles-ci. (traduction automatique)

Avis: j’ai besoin d’une pause, un jour par semaine

28 juillet, 2007

aujourd’hui je suis très fatiguée et la chaleur …elle me détruit, j’ai besoin d’une pause, aujourd’hui je me la prends; puis, parce que je travail volontiers à l’ordinateur, je prends peut-être un jour entier par semaine pour penser à moi et au Seigneu, a Marie, a mon aimé Saint Paul, Saint Augustin, Saint François et, naturellement, à le Pape Benoît, peut-être le vendredi, je vous donne en photo très particulière; ce soir (nuit) et fais le change de l’évangile du jour;

bonne nuit

28 juillet, 2007

bonne nuit dans image bon nuit, jour, dimanche etc. Prunus%20tenella%20001

Prunus tenella

http://165.234.175.12/Dendro_Images.html

« Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson »

28 juillet, 2007

Pie XII, pape de 1939 à 1958
Encyclique « Mystici corporis Christi », 1943

« Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson »

Qu’on n’imagine pas que le Corps de l’Eglise, ayant l’honneur de porter le nom du Christ, ne se compose, dès le temps de son pèlerinage terrestre, que de membres éminents en sainteté, ou ne comprend que le groupe de ceux qui sont prédestinés par Dieu au bonheur éternel. Il faut admettre, en effet, que l’infinie miséricorde de notre Sauveur ne refuse pas maintenant une place dans son Corps mystique à ceux auxquels il ne la refusa pas autrefois à son banquet (cf Mt 9,11). Car toute faute, même un péché grave, n’a pas de soi pour résultat — comme le schisme, l’hérésie ou l’apostasie — de séparer l’homme du Corps de l’Eglise. Toute vie ne disparaît pas de ceux qui, ayant perdu par le péché la charité et la grâce sanctifiante, devenus par conséquent incapables de tout mérite surnaturel, conservent pourtant la foi et l’espérance chrétienne, et à la lumière de la grâce divine, sous les inspirations intérieures et l’impulsion du Saint Esprit, sont poussés à une crainte salutaire et excités par Dieu à la prière et au repentir de leurs fautes.

Que tous aient donc en horreur le péché qui souille les membres mystiques du Rédempteur, mais que le pécheur tombé et qui ne s’est pas rendu par son obstination indigne de la communion des fidèles soit accueilli avec beaucoup d’amour, qu’on ne voie en lui avec une fervente charité qu’un membre infirme de Jésus Christ. Car il vaut mieux, selon la remarque de saint Augustin, « être guéri dans le Corps de l’Eglise qu’être retranché de ce Corps comme des membres incurables » ; « tant que le membre est encore attaché au corps, il ne faut pas désespérer de sa santé ; mais s’il en est retranché, il ne peut plus ni être soigné ni être guéri ».