Archive pour le 4 juillet, 2007

bonne nuit

4 juillet, 2007

bonne nuit dans image bon nuit, jour, dimanche etc. orchidea

Orchidea Oprhys Insectifera

http://www.maristi.it/lavarone/sentieripace.htm

« Qui peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » (Mc 2,7)

4 juillet, 2007

Isaac de l’Étoile (?-vers 1171), moine cistercien
Homélie 11 (trad. bréviaire ; cf Orval)

« Qui peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » (Mc 2,7)

Il y a deux choses qui reviennent à Dieu seul : l’honneur de recevoir la confession et le pouvoir de pardonner. Nous devons lui faire notre confession et attendre de lui le pardon. A Dieu seul il appartient, en effet, de pardonner les péchés ; c’est donc à lui seul qu’il faut les confesser. Mais le Tout-Puissant, le Très-Haut, ayant pris une épouse faible et insignifiante, a fait de cette servante une reine. Celle qui était en retrait à ses pieds, il l’a placée à côté de lui ; car c’est de son côté qu’elle est sortie et c’est par là qu’il se l’est fiancée (Gn 2,22;Jn 19,34). Et de même que tout ce qui est au Père est au Fils et tout ce qui est au Fils est au Père de par leur unité de nature (Jn 17,10), de même l’Époux a donné tous ses biens à l’épouse et il a pris en charge tout ce qui appartient à l’épouse qu’il a unie à lui-même et aussi à son Père…

C’est pourquoi l’Époux, qui est un avec le Père et un avec l’épouse, a enlevé en celle-ci tout ce qu’il a trouvé chez elle d’étranger, le fixant à la croix où il a porté ses péchés sur le bois et les a détruits par le bois. Ce qui est naturel et propre à l’épouse, il l’a assumé et revêtu ; ce qui lui est propre et divin, il l’a donné à l’épouse… Il partage ainsi la faiblesse de l’épouse ainsi que son gémissement, et tout est commun à l’Époux et à l’épouse : l’honneur de recevoir la confession et le pouvoir de pardonner. C’est la raison de cette parole : « Va te montrer au prêtre » (Mc 1,44).

Basilique de Quatre Saints Couronnés a Rome (non loin du Saint Jean in Laterano)

4 juillet, 2007

Basilique de Quatre Saints Couronnés a Rome (non loin du Saint Jean in Laterano) dans images sacrée santissimiquattrocoronati0018c

santissimiquattrocoronati0015c dans images sacrée

http://images.google.it/imgres?imgurl=http://www.romecity.it/santissimiquattrocoronati0018c.jpg&imgrefurl=http://www.romecity.it/Santiquattrocoronati.htm&h=533&w=400&sz=76&hl=it&start=3&tbnid=nMFKhEC6vlQrqM:&tbnh=132&tbnw=99&prev=/images%3Fq%3DBasilica%2Bdei%2BSantissimi%2BQuattro%2Bcoronati%2Ba%2BRoma%26gbv%3D2%26svnum%3D10%26hl%3Dit%26sa%3DX

LES JUIFS CACHÉS DANS LES MONASTÈRES – Le Saint-Père ordonne…

4 juillet, 2007

je vais souvent dans cette Basilique pour la célébration de la messe et les prières liturgiques, on vraiment une atmosphère de simplicité divine et savoir et il se rencontre Sant’Agostino, du site:

http://www.30giorni.it/fr/articolo.asp?id=11131

LES JUIFS CACHÉS DANS LES MONASTÈRES
Le Saint-Père ordonne…

Nous publions le Mémorial inédit du monastère des Quatre Saints Couronnés qui concerne les années de l’occupation nazie à Rome: l’ordre de Pie XII d’ouvrir le monastère aux persécutés, le nom des juifs cachés, la vie du couvent pendant ces terribles annéespar Pina Baglioni

«Ce texte ne veut être qu’un humble témoignage sur le pape Pie XII, et n’a, croyez-le bien, aucune prétention. Toutefois, il est indéniable que toutes ces publications sur la soi-disant indifférence du Souverain Pontife et ses “silences” à propos des juifs pendant les années du nazifascisme nous font profondément souffrir; il nous a donc semblé utile de faire savoir ce qui s’est passé chez nous, ici, il y plus de soixante ans».
“Chez nous, ici”, c’est le monastère de clôture des religieuses augustines qui flanque la basilique millénaire des Quatre Saint Couronnés, sur les pentes de la colline du Cœlius à Rome. C’est la sœur Rita Mancini, la mère supérieure qui dirige la communauté
monastique augustinienne depuis 1977, qui prend la parole.
Sollicitées et encouragées par le colloque international “Pie XII. Témoignages, études et nouvelles acquisitions” organisé par 30Jours le 27 avril dernier à l’Université Pontificale du Latran, les religieuses cloîtrées des Quatre Saints Couronnés se sont mises en contact avec notre revue pour offrir leur contribution: de très précieuses pages du Memoriale delle religiose agostiniane del venerabile monastero dei Santi Quattro Coronati [Mémorial des religieuses augustines du vénérable monastère des Quatre Saints Couronnés ndr], à savoir une partie du journal officiel tenu dans la communauté et qui recueille, depuis 1548 – année où les Augustines se sont installées aux Quatre Saints Couronnés –
la chronique de leur vie monastique.
Grâce aux Augustines des Quatre Saints, nous avons la possibilité d’ouvrir une fenêtre sur ce microcosme séparé du monde, appelé à l’improviste par Pie XII à ouvrir ses portes, à lever ses grilles et à
se laisser prendre, en courant des risques graves, par le destin de tant de gens en danger de mort.
«Quand je suis arrivée ici, en 1977, j’ai fait la connaissance de sœur Emilia Umeblo», raconte la mère supérieure des Quatre Saints. À l’époque de l’occupation, elle était la sœur “externe”, c’est-à-dire la personne autorisée, pour des raisons pratiques, à sortir de la clôture. Elle m’a longuement parlé des ces mois sous l’occupation, des aspects logistiques et de l’organisation nécessaires pour faciliter l’hospitalité offerte aux réfugiés juifs et à de nombreux antifascistes. Sœur Emilia était constamment en contact, entre autre, avec Antonello Trombadori, dirigeant du Parti communiste et chef des Groupes armés partisans de Rome et avec beaucoup d’autres opposants au nazifascisme. Je l’ai priée plusieurs fois d’écrire tout ce qu’elle me racontait. Malheureusement, elle n’a jamais voulu le faire et maintenant qu’elle n’est plus, elle a emporté ses souvenirs avec elle»
.
Heureusement, il reste les pages que sœur Rita Mancini a mises à la disposition de 30Jours. Celles-ci concernent un laps de temps qui va de la fin de 1942 au 6 juin 1944 et qui comprend la période de l’occupation nazie à Rome, jusqu’à la libération de la ville, le 4 juin 1944.

«Arrivées à ce mois de novembre, nous devons nous tenir prêtes à exercer la charité de manière tout à fait inattendue», écrit la chroniqueuse anonyme à la fin de 1943. «Le Saint Père veut sauver ses enfants, y compris les juifs, il ordonne que l’hospitalité soit donnée à ces persécutés et les monastères de clôture doivent adhérer, eux aussi, au désir du Souverain Pontife». Suivent les noms des hôtes signalés dans la liste du Mémorial: Viterbo, Sermoneta, Ravenna, De Benedetti, Caracciolo, Talarico… «À toutes les personnes indiquées ci-dessus, on donnait non seulement le gîte, mais aussi le couvert, et c’était un miracle, vu l’époque que nous traversions»; nous lisons qu’«il fallait des cartes pour tout. La Providence est toujours intervenue… Pendant le carême, même les juifs venaient suivre les prêches, et monsieur Alberto Sermoneta aidait à l’église. La mère prieure lui faisait faire beaucoup de choses pour la préparation de l’autel du Très Saint Sacrement, le Jeudi Saint».
Au beau milieu de la tempête, tandis que le cloître du XIIIe
siècle se remplit de paille et de foin pour pouvoir faire dormir tous ces pauvres gens, rien ne s’interrompt: le travail et les célébrations liturgiques se poursuivent, sous la paternelle vigilance de monseigneur Carlo Respighi qui était alors recteur de la basilique des Quatre Saints et préfet des cérémonies apostoliques, mort en 1957. Dans un grand local qui jouxte le potager, les religieuses cachent rien moins que onze automobiles, y compris celle du maré
chal Pietro Badoglio, le chef du gouvernement militaire italien qui avait fui Rome le lendemain du 8 septembre. Et puis sept juments, quatre vaches…
Mais d’après ce que nous apprend le Mémorial, l’hospitalité des Quatre Saints s’est poursuivie même après la Libération: «La Secrétairerie d’État nous ordonne d’accueillir avec les précautions les plus scrupuleuses le général Carloni, recherché pour être condamné à mort». Il s’agissait de Mario Carloni, général des Bersaglieri, qui avait été le chef de la IVe
division alpine Monte Rosa de la République de Salò
.
On savait que le monastère romain faisait partie du dense réseau des instituts catholiques qui ont abrité des juifs et des persécutés politiques pendant l’occupation fasciste: on trouve en effet cette indication dans l’Elenco delle case religiose in Roma che ospitarono ebrei [Liste des instituts religieux de Rome qui ont abrité des juifs ndr], publié dans la section des documents de la Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo [Histoire des juifs italiens sous le fascisme ndr] de Renzo De Felice, publiée pour la première fois en 1961 (Einaudi, Turin 2-1993, pp. 628-632), où l’on peut lire que «Les sœurs augustines des Quatre Saints Couronnés» avaient accueilli 17 juifs. Cette liste, qui reprend un article de la Civiltà Cattolica de 1961 signé par le père Robert Leiber, reste encore aujourd’hui un des documents de référence pour toutes les recherches successives, y compris les plus récentes, comme celle qu’a entrepris en 2003 le Comité des historiens religieux sur les juifs accueillis dans les structures catholiques à Rome entre l’automne 1943 et le 4 juin 1944. En janvier 2005, sœur Grazia Loparco, professeur d’Histoire de l’Église à la Faculté pontificale Auxilium et membre du Comité, a fait connaître à l’agence internationale Zenit les premiers résultats de cette enquête: les juifs sauvés à Rome dans des instituts religieux ont été au moins 4300, une évaluation par défaut.

Les livres d’Antonio Gasparri, Nascosti in convento [Cachés au couvent ndr] (Ancora, Milan 1999) et d’Alessia Falifigli, Salvàti dai conventi. L’aiuto della chiesa agli ebrei di Roma durante l’occupazione nazista [Sauvés par les couvents. L’aide de l’Église aux Juifs de Rome pendant l’occupation nazie ndr] (San Paolo, Cinisello Balsamo 2005) ont fait connaître d’autres témoignages inédits fournis par des personnes sauvées grâce à l’accueil des instituts religieux. Que ce soit dans ces dernières recherches, ou dans celles qui se poursuivent depuis au moins quarante ans sur le rôle joué par les catholiques dans le sauvetage des juifs persécutés par les nazifascistes, on trouve la question de savoir si cet accueil a simplement eu un caractère spontané, ou s’il y a eu à ce sujet des ordres provenant de la hiérarchie ecclésiastique. La réponse a toujours été pratiquement la même, à savoir que l’hospitalité donnée par l’Église de Rome aux personnes persécutées – surtout des juifs – a été spontanée, qu’elle n’a pas été décidée à l’avance par la hiérarchie, mais que l’Église l’a soutenue et aidée moralement et matériellement. En outre, dans sa présentation du livre d’Alessia Falifigli, Andrea Riccardi, historien du christianisme à l’université de Roma Tre et fondateur de la communauté de Sant’Egidio, donne cette précision: «Pour enfreindre les règles de la clôture – qu’il s’agisse de celles des monastères ou de celles des couvents, moins rigide –, il fallait une directive supérieure». Et il ajoute «Ceci n’empêche que l’idée qu’il puisse y avoir eu un document quelconque du Vatican à ce propos fait sourire tout le monde. Qui aurait fabriqué une preuve contre soi-même pour une activité interdite et clandestine? Et pourtant, tous les responsables étaient convaincus qu’il s’agissait de la volonté du Pape, d’ouvrir les portes de leurs maisons aux juifs et aux persécutés». Ce même jugement avait déjà été exprimé par Enzo Forcella, écrivain et journaliste d’origine juive, dans un livre publié en 1999: «Il est clair que le ce consentement à l’accueil était uniquement verbal. Pendant toute la durée de l’occupation, les autorités religieuses s’en tiendront à leur vieille règle: il vaut toujours mieux faire comprendre que dire, si quelque chose doit être dit, il est bon de ne pas en laisser de trace écrite et, en tout cas, il faudra répondre aux éventuelles contestations qu’il s’était agi d’initiatives personnelles de certains prêtres, prises à l’insu des autorités supérieures» (La Resistenza in convento [La Résistance au couvent ndr], Einaudi, Turin, 1999, p. 61).
Qu’ajoutent alors les pages du Mémorial des Augustines publiées par 30Jours? «Il suffit de les lire, il n’y a guère autre chose à dire: nos sœurs n’ont pas reçu une vague invitation du Saint-Siège à ouvrir leur couvent à ceux qui en avaient besoin, mais un ordre», répète sœur Rita Mancini. «L’ordre péremptoire du souverain Pontife d’accueillir les juifs et quiconque risquait sa vie à cause des persécutions des nazifascistes, en partageant tout avec eux, en les faisant sentir chez eux, avec joie, en dépit du danger. Si on appelle cela de l’indifférence…».

Le Mémorial est rédigé dans un style sec, sobre, et pourtant émouvant, capable de faire revivre le climat de ces mois vécus dangereusement à l’intérieur des murs sacrés et inviolables du monastère où parvient l’écho d’une ville souffrante et terrorisée. Rome avait dû subir, en une terrible succession, le bombardement du quartier San Lorenzo, le 19 juillet 1943, avec 1400 morts, 7000 blessés et la destruction de l’antique basilique Saint-Laurent; six jours après, l’arrestation de Mussolini sur ordre de Victor Emmanuel III de Savoie et la nomination du maréchal Pietro Badoglio à la tête du gouvernement militaire; le 13 août, un second bombardement des Alliés «encore plus désastreux que le premier», ont écrit les journaux romains, qui frappa les quartiers Tiburtino, Appio et Tuscolano; l’acquisition du statut de “ville ouverte”, c’est-à-dire zone démilitarisée; l’armistice du 8 septembre entre le gouvernement italien et les Forces alliées; la fuite de Badoglio et des souverains de Savoie vers Brindisi; le désarroi des soldats italiens abandonnés à eux-mêmes; l’attente des Alliés, qui avaient déjà débarqué en Sicile le 10 juillet, alors que les chars allemands étaient arrivés et occupaient le cœur de la ville après avoir écrasé la dernière résistance de civils et de militaires qui défendaient Rome, près de la Porte Saint-Paul. Et puis il y avait eu ce samedi du 16 octobre au Ghetto, lorsqu’à cinq heures du matin, les nazis avaient arraché 1.023 Juifs de leurs maisons pour les envoyer au camp d’extermination d’Auchwitz.
Mais «même pendant la période de l’occupation allemande, l’Église resplendit sur Rome», dira aux étudiants de la Sorbonne un grand laïc, l’historien Federico Chabod. Elle resplendit, poursuit Chabod «de manière guère différente de ce qui était arrivé au Ve
siècle. D’un jour à l’autre, la ville se trouve sans gouvernement; la monarchie a fui, le gouvernement aussi, et la population tourne son regard vers Saint-Pierre. Une autorité vient à manquer mais à Rome – ville unique sous cet aspect –, il en existe une autre: et quelle autorité! Ceci signifie qu’en dépit de la présence à Rome du Comité National de Libération et de son organisation militaire, l’action de la papauté est de loin plus importante pour la population et elle acquiert tous les jours plus de poids». (Federico Chabod, L’Italia contemporanea 1918-1948 [L’
Italie contemporaine 1918-1948 ndr], Einaudi, Turin 1993, pp. 125-126).
Nous publions ici le Mémorial concernant la période de l’occupation nazifasciste à Rome, qui comprend aussi un passage d’un article de l’
Osservatore Romano.

Le cardinal Martini est venu à Paris présenter le livre de Benoît XVI

4 juillet, 2007

du site:

http://www.cardinalrating.com/cardinal_60__article_5640.htm

Le cardinal Martini est venu à Paris présenter le livre de Benoît XVI
May 24, 2007
Suite de la sortie mondiale du « Jésus de Nazareth » de Joseph Ratzinger-Benoît XVI, jeudi dans les librairies françaises, avec une présentation prestigieuse à l’Unesco.

(La Croix, 24/05/2007) Il ne manquait que le pape. Mercredi 23 mai, dans la prestigieuse enceinte de l’Unesco à Paris, le cardinal Carlo Maria Martini, archevêque émérite de Milan, et Mgr Joseph Doré, archevêque émérite de Strasbourg, présentaient l’ouvrage de Benoît XVI intitulé Jésus de Nazareth, pour la sortie française de l’ouvrage, jeudi 24 mai dans les librairies (1).

Il ne manquait en effet que le pape, ou plutôt le théologien Joseph Ratzinger, puisque les deux éminents professeurs, invités en cette enceinte par la Librairie Éditrice vaticane et la librairie parisienne La Procure, se sont livrés à une analyse théologique serrée de ce livre « privé » de Benoît XVI, sous la conduite du P. Michel Kubler, rédacteur en chef religieux de La Croix (2).

Après l’accueil par Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris, le cardinal Martini, exégète de renommée internationale, a ouvert le propos, passant en revue points forts et points faibles de l’entreprise éditoriale du théologien devenu pape. « Dans un esprit de liberté », a tenu à préciser le jésuite italien, ajoutant, non sans malice qu’« il ne sera pas facile pour un catholique de contredire ce qui est écrit dans ce livre ».

Le pape « ne discute pas la valeur des manuscrits »
Une seule critique vraiment fondamentale dans sa bouche : l’auteur de ce Jésus de Nazareth, qui « n’est pas exégète, mais théologien, bien qu’il se meuve avec aisance dans la littérature exégétique de son temps », n’a pas fait « des études de première main sur le texte critique du Nouveau Testament ».

Ainsi, le pape « ne discute pas la valeur des manuscrits » et « accepte les conclusions de ce que la plupart des exégètes retiennent comme valables », observe le cardinal. Il y a donc des « petites fautes », note le professeur Martini, mais sans gravité car « ce n’est pas un livre magistériel ».

L’exégète a plutôt apprécié trois points forts : le fait que le livre dépasse largement la période historique de Jésus, les nombreuses « allusions aux questions contemporaines » lui donnent une certaine « ampleur » par rapport à tant de livres « préoccupés par la discussion méticuleuse des seuls événements de sa vie ».

« Très soucieux d’ancrer la foi chrétienne dans ses racines juives »
Ensuite, le fait que Benoît XVI soit « très soucieux d’ancrer la foi chrétienne dans ses racines juives ». Enfin, ce qui est à ses yeux « la nouveauté de ce livre : le courage avec lequel l’auteur propose son option méthodologique contre la méthode historico-critique, refusant la contradiction entre la foi et l’histoire ».

Le jugement global du redouté intellectuel italien est donc très positif : « Le livre est très beau », « il nous fait mieux comprendre à la fois Jésus fils de Dieu et la grande foi de l’auteur ». Il ajoute : « C’est un grand et ardent témoignage sur Jésus de Nazareth et sur sa signification pour l’histoire de l’humanité et pour la perception de la vraie figure de Jésus. »

En conclusion, le cardinal, aujourd’hui retiré à Jérusalem, est allé jusqu’à la confidence : « Je pensais moi-même, vers la fin de ma vie, écrire un livre sur Jésus comme conclusion de mes travaux sur les textes du Nouveau Testament. Or, il me semble que ce livre de Joseph Ratzinger correspond à mes désirs et à mes attentes, et je suis très content qu’il ait été écrit. »

« La sensibilité d’un amoureux qui s’exprime »
Mgr Joseph Doré, pour sa part, s’est livré à une analyse plus linéaire de l’ouvrage, à partir de ce qu’il a délimité comme clé de voûte : « Jésus est le nouveau Moïse, venu révéler le vrai visage de Dieu. » « C’est le cœur du livre, insiste ce spécialiste reconnu en christologie. Si on manque cela, on passe à côté. »

S’ensuivent quatre lignes de force : « La centralité de Jésus, l’unicité de son rapport à Dieu, la radicalité demandée à ses disciples, et l’identité de Jésus fils de Dieu. » Mais l’ancien archevêque de Strasbourg s’est surtout attaché à creuser « la méthode » de ce livre, non sans surprise : « Le pape aurait eu une belle occasion de donner l’enseignement magistériel, or, il ne le fait pas, à aucun moment il ne se réfère au Magistère ! » De même, l’auteur du livre prend des distances avec la méthode historico-critique de l’exégèse : « Le dernier mot de la connaissance ne revient pas à l’histoire comme science, même si elle est indispensable. »

Même sort pour une analyse de la vie du Christ qui ne s’appuierait que sur les conditionnements sociaux et politiques : « Ce que Jésus apporte, ce n’est rien de moins que Dieu ; l’Évangile n’est pas un programme social et politique. » La méthode Ratzinger face à la Bible, en un mot, est « de faire confiance aux Évangiles ».

En conclusion, l’ancien doyen à la Catho de Paris a évoqué « l’autorité » de l’ouvrage. Si l’auteur, pape et théologien – le livre comporte la double signature –, « ne cherche pas à nous contraindre », constate Mgr Doré, sa production tient à la fois de la « méditation personnelle », de la « recherche du spécialiste », du « témoignage », mais aussi « de l’engagement polémique qui parle en termes cinglants de certaines tendances de l’exégèse ». En effet, justifie Mgr Doré, qui fut élève du professeur Ratzinger à Münster, c’est parfois « la sensibilité d’un amoureux qui s’exprime. Il aime Jésus ».

(1) Flammarion, 428 p., 22,50 €.
(2) La Croix publiera ces deux interventions dans le cahier « Forum & débat » du vendredi 1er juin.

Apostolat de la mer : un humanisme maritime vivifié par l’espérance chrétienne

4 juillet, 2007

du site: 

http://www.zenit.org/article-15772?l=french

Apostolat de la mer : un humanisme maritime vivifié par l’espérance chrétienne

Message final du XXIIème congrès de l’AM

ROME, Mardi 3 juillet 2007 (ZENIT.org) Lapostolat de la mer veut « promouvoir un humanisme maritime vivifié par l’espérance chrétienne ».

Le XXIIème congrès mondial de lapostolat de la mer sest achevé le 29 juin, à Gdynia, en Pologne, sur la Baltique, par un « Message au monde maritime » sur le thème : « Témoins d’espérance pour un humanisme maritime d’inspiration chrétienne », indique le conseil pontifical pour la Pastorale des Migrants et des personnes en déplacement, dont dépend lAM.

« Nous tenons à rester solidaires de vous en témoins d’espérance », déclare ce message qui précise : « L’Eglise a conscience d’être ce frêle bateau où s’embarque l’espérance du monde qui n’est pas seulement un mot, une idée, un rêve. Comme chrétiens nous croyons en effet qu’elle est Quelqu’un, qui porte un nom et un visage, Jésus-Sauveur, l’espérance du monde ».

Et dajouter : « Visage humain de l’amour de Dieu, Il fait de nous les messagers de son bonheur; Fils de Dieu, Il nous entraîne vers son Père qu’il nous apprend à aimer comme notre Père et à adorer comme notre seul Dieu; compatissant à nos douleurs et à nos pauvretés, il nous dépêche spécialement vers les plus déshérités, comme leurs serviteurs, témoins de son amour ».

Il sagit, continue le message, de « promouvoir un humanisme maritime vivifié par l’espérance chrétienne ; par elle, il ne s’agit pas d’abord de réussir, ni même de faire, mais d’être; de vivre une vie vraiment humaine, telle que Dieu la veut pour nous qui sommes crées à son image ».

« Doù notre joie depuis le Congrès de Rio de 2002, de la création du Comité international de la Pêche de lA.M., et de lapprobation, ce 14 juin 2007, par lOIT, de la nouvelle Convention sur la pêche, en faveur des marins pêcheurs », rappelle le message.

Il cite également deux instruments importants : le « Compendium de la doctrine sociale » de lEglise et le « Manuel de lapostolat de la mer », comme « très utiles pour la formation ».

Et de conclure : « Malgré les obstacles, les difficultés et les problèmes que nous tous expérimentons, nous restons dans laction de grâce avec Marie, Stella Maris, pour notre A.M. qui essaye contre vents et marées de promouvoir cet humanisme maritime, qui par la Parole de Dieu, la liturgie et le s,ervice spécialement des pauvres, fait de nous des témoins despérance, en solidarité avec les gens de la mer ».