Le p. Mattheeuws analyse l’exhortation sur l’Eucharistie « Sacramentum Caritatis » (II)

du site Zenith: 

2007-03-19

Le p. Mattheeuws analyse l’exhortation sur l’Eucharistie « Sacramentum Caritatis » (II)

Comme témoin et acteur du synode

ROME, Lundi 19 mars 2007 (ZENIT.org) « Dans les lieux où lEglise est persécutée ou minoritaire, les évêques témoignaient de la force quest lEucharistie pour la vie personnelle et ecclésiale » : dans cet entretien, le P. Alain Mattheeuws, jésuite belge, explique ce qua signifié pour lui être « expert » au synode sur lEucharistie doctobre 2005 à Rome, et il présente quelques éléments pour une lecture de lexhortation apostolique de Benoît XVI. Un document qui prend en compte toutes les situations de lEglise, y compris celle des Eglises persécutées.

Le P. Mattheeuws, sj, expert au synode de 2005 sur lEucharistie, « source et sommet de la vie et de la mission de lEglise », est en effet co-auteur dun « guide de lecture » de lexhortation apostolique post-synodale de Benoît XVI « Sacramentum Caritatis ». Le deuxième grand document du pontificat a été présenté au Vatican mardi dernier, 13 mars (cf. Zenit des 13 et 14 mars, et Zenit du 15 mars 2007 pour la 1ère partie de cet entretien).

Q – Qu’est-ce qui vous frappe le plus dans l’exhortation « Sacramentum Caritatis »?

P. A. Mattheeuws - Tout dabord le désir du pape dunifier des « propositions » parfois fort diverses quil reprend à son compte à travers les yeux de la foi, de lespérance et de lamour : le mystère eucharistique, laction liturgique et le nouveau culte spirituel. Ce sont les trois parties de lexhortation. Il reprend ainsi la constitution conciliaire Sacrosanctum concilium n°7. De manière sobre et subtile, il montre que lEucharistie est le véritable « espace de lamour ». Cet amour trinitaire prend forme dans lhistoire de manière continue, sans ruptures, à travers des rites différents et suivant les différentes cultures.

Par ailleurs, la réforme liturgique de Vatican II est une expression voulue par le Concile de cet amour pour notre temps. Non seulement il lapprouve, mais il nous pousse à lapprofondir. Il ny a pas dhésitation sur ce point tout comme il ny en avait pas dans le discours des Pères synodaux aux chrétiens du monde entier.

Théologiquement il prend position et manifeste plus clairement combien lEucharistie fonde lEglise et pas linverse. Cest lacte de Jésus Christ sauveur qui est toujours premier. Cela donne la mesure de nos réflexions, de nos débats, de nos actions, de tous nos documents. Nos mots et nos liturgies disent en vérité le mystère de Dieu, mais ne lenferment pas. La meilleure preuve se trouve être la présence de lEsprit dans toute eucharistie : sans lui, tout ne serait que rite et souvenir du passé. Avec Lui, le Christ est rendu présent personnellement à nos yeux : son corps et son sang nous sont offerts. Lapport de lOrient et de sa pneumatologie est sensible. Le Christ fait de nous en vérité son propre corps. Cest Lui qui agit et qui construit lEglise dans la puissance de lEsprit.

Ce qui ma touché aussi, cest le lien fait par Benoît XVI entre la beauté de la liturgie et lhumilité, la simplicité des gestes et des rites : ce lien nest pas dordre formaliste mais théologique et sappuie sur la remise en valeur dune esthétique théologique.

Enfin, il ne faut pas oublier que le synode a voulu réfléchir sur la relation entre lEucharistie et la mission. Ce thème parcourt toute lexhortation, depuis la fondation de la mission dans la Trinité et lacte dAmour de Jésus dans linstitution de lEucharistie, jusqu’à la perspective eschatologique dans la relation de lEucharistie avec l’écologie, en passant par la participation des personnes handicapées à la forme eucharistie de la vie chrétienne.

Q – Comment se présentent le style et de la méthode de cette exhortation apostolique post-synodale ?

P. A. Mattheeuws - Lexhortation se présente plutôt sous la forme dune méditation. Les références scripturaires en témoignent. Elles sont surtout johanniques. Ne serons-nous pas jugés sur lamour, sur le sacrement qui nous nourrit ? Les lettres de saint Paul sont aussi régulièrement citées. Le thème central du « culte spirituel » est abondamment commenté (Rm 12, 1). Personnellement, je regrette la référence plus que modeste aux textes de lAncien Testament : l’équilibre « Ecriture et Tradition » en est fragilisé. Cette manière de faire ne facilite pas lintégration paisible de la pensée magistérielle (celle du pape et des évêques). Par ailleurs, le langage « sacramentel » est richement explicité, même sil nous est difficile daccès et de compréhension : cest une question pastorale et théologique décisive pour des sociétés post-industrielles et fortement sécularisée.

Lexhortation traite de l’économie sacramentelle et du sacrement par excellence quest lEucharistie. Le langage lui-même dépend du sujet traité. Ne nous trompons pas en interprétant trop vite certaines affirmations de lexhortation. Une affirmation simple et nette nest pas la négation stricte de son contraire, surtout dans le domaine du langage symbolique et des sacrements. Elle peut dire un souhait, une décision, une prise de position, une demande, une exhortation sur un point précis sans nier dautres points passés sous silence ou jugés inopportuns à redire ou à dire en ce moment.

Notre culture nest pratiquement plus apte à recevoir une vérité symphonique et cela se reflète souvent dans les commentaires que nous entendons à propos des documents du magistère, dans nos interprétations même ecclésiales, dans nos querelles fraternelles, pastorales et théologiques. Nous oublions également que certaines questions sont suscitées par dautres univers que le nôtre. Nous oublions aussi la nécessaire médiation des réflexions théologiques par les évêques, les conférences épiscopales et surtout le langage « pastoral » qui assume ce que dit lEsprit saint dans le cœur de la personne et de telle communauté. Cela signifie le plus souvent que deux propositions différentes ne peuvent plus être assumées par notre intelligence (et donc aussi par notre affectivité !). Notre esprit est parfois pénétré dune telle négativité quil nous est impossible de penser le « paradoxal » sans le nommer « contradictoire ». Dans lordre sacramentaire, cest très dommageable. Pensons à ce que peut être la beauté liturgique. Pensons, par exemple, à lunité entre lart de célébrer et la participation active et fructueuse des fidèles : elle concerne dabord lensemble du peuple sacerdotal et pas la distinction prêtre-laïcs. Laffirmation de lunité entre les deux Tables, celle de la Parole et celle du Pain et du vin, est un antidote contre une telle herméneutique. Dun point de vue méthodologique, Benoît XVI reprend la plupart des points qui concernent leucharistie dans un esprit unifié, désireux de manifester lunité dun seul geste liturgique : dun seul acte sauveur dont lEglise fait mémoire et qui la fonde.

Q – En quoi consiste, pour vous, la « nouveauté » de ce second grand document de Benoît XVI ?

P. A. Mattheeuws - La vraie « nouveauté » comme le disait la proposition 3 des Pères synodaux, cest le Christ. Benoît XVI le dit à de nombreuses reprises dans lexhortation (cf. par exemple les n°11-12, 22, 70-79). Si ce synode permet de mieux observer la présence du Christ dans notre histoire personnelle, dans celle de nos communautés et dans le monde : cest gagné. Mais il ne suffit pas dobserver le Christ, il faut « être nouveau » avec Lui : entrer dans son corps, être « par lui, avec lui et en lui » offert au Père. Cette considération me permet dindiquer que si la charité (lagapè) ne grandit pas, la « nouveauté » nest pas encore advenue : cest un critère de lEucharistie. Quelle soit clairement articulée à un changement de vie et que ses implications morales sociales et personnelles soient joyeusement perçues. LEglise doit servir le Christ. Elle ne peut pas faire mémoire de son acte sauveur sans être changée elle-même, sans être ré-évangélisée. La mission en est le fruit espéré.

Ajoutons le point suivant : le synode concluait lannée de lEucharistie. Il montrait à nouveau limportance de lacte du Christ : une répétition, une expérience conclusive comme une « confirmation spirituelle » que lEucharistie est bien le centre de la vie chrétienne. Qui dit centre, dit quon ne passe pas à côté de lessentiel : du don total du Christ pour chacun. LEucharistie comme thème synodal a montré les poids et les peines qui restent à résoudre. Lhumanité, les chrétiens eux-mêmes souffrent et leur vie est en hiatus avec la grâce. Il nous faut à tous un Sauveur : le synode la bien montré. Lexhortation le redit. Sans le Christ, rien de solide ne se construit. Tous les membres de lEglise peuvent vivre ensemble certaines impuissances : ne pas avoir réponse à tout, ne pas résoudre telle difficulté, attendre quune réconciliation sopère (avec les frères séparés). Déjà la décision de Benoît XVI de laisser les propositions qui lui sont faites à la disposition de tous, telles quelles sont, est un acte de courage et dhumilité. Chacun de nous pouvait voir que ce n’était pas si simple. Des questions restent encore à approfondir. Et puis la vie de lEglise est plus large quun Synode !

Q : Plusieurs thèmes restent « controversés », qu’est-ce qui vous apparaît comme décisif et original dans cette exhortation ?

Le texte de lexhortation présentée par le cardinal G. Danneels et avec un « guide de lecture » rédigé par les PP. A. Mattheeuws, expert au synode et A. Massie, théologien, sera disponible aux éditions « Fidélité » (Bruxelles, www.fidelite.be) à partir de ce lundi, 19 mars.

Laisser un commentaire