La question des « prêtres mariés » n’est pas celle du « mariage des prêtres ».

 du Zenith:

2006-12-04

La question des « prêtres mariés » n’est pas celle du « mariage des prêtres ». Déclaration du card. Hummes 

ROME, Lundi 4 décembre 2006 (ZENIT.org) – Le cardinal Humes évoque la question des « prêtres mariés » dans l’Eglise catholique orientale, et n’évoque en aucun cas de « mariage des prêtres ».A propos des échos suscités par les paroles du nouveau préfet de la congrégation pour le Clergé, le cardinal Claudio Hummes, dans le journal brésilien « Estado de Sâo Paulo » le cardinal a souhaité faire une mise au point dans le Bulletin de la salle de presse du Saint-Siège.

« Il a toujours été clair dans l’Eglise, écrit le cardinal Hummes, que l’obligation du célibat pour les prêtres n’est pas un dogme mais une norme disciplinaire ».

C’est ainsi, précise le communiqué, que « celle-ci vaut pour l’Eglise latine, mais non pour les rites orientaux, où, aussi dans les communautés unies à l’Eglise catholique, il est normal qu’il y ait des prêtres mariés ».

« Cependant, il est également clair, continue le cardinal brésilien, que la norme du célibat pour les prêtres de l’Eglise latine est très antique, et s’appuie sur une tradition consolidée, et sur de fortes motivations, de caractère théologique et spirituel, pratique et pastoral, et rappelées par les papes ».

« Lors du récent synode des évêques à propos des prêtres (octobre 2005, ndlr), ajoutait le cardinal, l’opinion la plus répandue parmi les pères était qu’un élargissement de la règle du célibat n’aurait pas été une solution, même du fait du problème de la rareté des vocations, qui est plutôt à relier à d’autres causes, à commencer par la culture moderne de la sécularisation, comme le démontre aussi l’expérience des autres confessions chrétiennes qui ont des prêtres et des pasteurs mariés ».

« Une telle question n’est donc pas actuellement à l’ordre du jour des autorités ecclésiastiques, comme l’a récemment rappelé la réunion des chefs des dicastères avec le Saint-Père ».

La réunion à laquelle le cardinal Hummes fait allusion s’est tenue au Vatican, à la demande du pape, le 16 novembre dernier, pour évoquer notamment le cas de l’archevêque émérite de Lusaka, Mgr Emmanuel Milingo, qui a épousé une sud-coréenne, selon le rite du Rév. Moon, de la secte du même nom. Il s’agit du mariage d’un évêque. Or l’on sait que la tradition catholique comme orthodoxe n’admet pas de prêtres mariés à l’épiscopat.

La réunion a été l’occasion pour l’Eglise catholique de réaffirmer la « valeur » du célibat sacerdotal (cf. Entretien ci-dessous avec le P. Cochini).

A son arrivée à Rome, ce lundi, le cardinal Hummes, ancien archevêque de Sao Paulo, a confié à l’agence italienne « Ansa » : « Ce que je dis est ce que dit la doctrine de l’Eglise ». 

La question des « prêtres mariés » n’est pas celle du « mariage des prêtres ».   dans Approfondissement

Brazilian Cardinal Claudio Hummes, Archbishop of Sao Paolo, talks to a journalist during an interview in St. Peter’s Square at the Vatican, in this Oct. 16, 2003 file photo. Pope Benedict XVI on Tuesday named Cardinal Claudio Hummes, who heads Brazil’s largest Roman Catholic diocese, to head the Vatican office in charge of priests around the world. Hummes, 72, succeeds another South American, Cardinal Dario Castrillon Hoyos as prefect of the Congregation for the Clergy. The Vatican said Hoyos, a 77-year-old Colombian, was retiring. (AP Photo/Luca Bruno, File)

Laisser un commentaire