Le Pape : « La dimanche tours jour du Seigneur »

Du journal italien : « Avvenire » (traduction) 

http://www.avvenire.it/  

Le Pape : « La dimanche tours jour du Seigneur » Sur l’importance de
la Messe fériée le message envoyé de Benoît XVI à la rencontre de j’étudie organisé hier à Rome de
la Congrégation pour le culte divin. 

Arinze : « La religion n’est pas un optionnel mais un devoir vers Dieu » de Rome Fabrizio Mastrofini la dimanche est « fondation » de l’an liturgique, son « noyau primordiale » et en puisant ses origine des Résurrection  il devient « un fragment de temps pénétré d’éternité, parce que son aube a vu le crucifix ressuscité  entrer victorieux dans la vie éternelle ». Il le réaffirme Bénit XVI, en se refaisant à Concilie Vatican II, dans le message envoyé hier au cardinal Francis Arinze, préfet de
la Congrégation pour le Culte Divin, en occasion de la journée de étudie du Ministère, significativement dédiée à craint « 
la Messe du dimanche pour les sanctification de peuple chrétien ». Pour les premiers chrétiens – il
souligne le Pape -, la participation al le célébrations du dimanche « constituait la naturelle expression de la ils appartenance à Christ, de la communion al son Corps mystique, dans joyeuse attendue de son reviens glorieux. Telle appartenance se manifeste en manière héroïque dans l’événement des martyres d’Abitene, qui affrontèrent les mortes en exclamant : « , sans nous réunir ensemble la dimanche pour y célébrer l’Eucharistie nous ne pouvons pas vivre « . Et aujourd’hui il doit être réaffirmée la « sacralité » du jour du Seigneur, parce que « le conteste culturel dans lequel nous vivons, marqué souvent de l’indifférence religieuse et du sécularisme qui offusque l’horizon du transcendant, il ne doit pas faire oublier que peuple de Dieu, né de l’Évènement pascal, à lui doit revenir comme à inépuisable source, pour comprendre toujours mieux les traits de son identité et les raisons de son existence ». Dans la seconde partie du message, Bénit XVI s’arrête sur la « centralité de l’Eucharistie » qui s’accompagne à l’importance dont il faut tenir compte de la dimanche. « En effet dans chaque célébration eucharistique du dimanche se réalise les sanctification de peuple chrétien, jusqu’à la dimanche sans coucher de soleil, jour de la définitive rencontre de Dieu avec ses créatures ». Par conséquent – il conclut Bénoît XVI – « il puisse le Jour du Seigneur, qui bien peut être dicton même » Seigneur des jours « , acquérir nouvellement tout son relief et être perçu et vécu pleinement dans la célébration de l’Eucharistie, de la racine et du pivot d’une authentique croissance de la communauté chrétienne ». Dans l’intervention introductive, le cardinal Arinze a analysé quelques « défis » culturels à affronter pour rendre centralité à la dimanche. Avant tout il a évoqué l’idée négative de la « fine semaine » comme temps libre du travail qui relègue la fête à un giorno entre les autres avec « l’erreur » de ne pas la considérer « comme un giorno à une partie pour Dieu ». Le « virus du sécularisme » qui ici on montre ne peut pas être accepté parce que « la religion n’est pas un fait facultatif, un accessoire superflu » mais un « devoir » vers Dieu. La pénurie de prêtres ne peut pas venir évoquée à excuse mais au contraire il faut auto convaincre les fidèles à s’apporter dans les paroisses voisines si dans sa il n’y a pas un prêtre. « Si les gens peuvent guider pour 20 kilomètres pour rejoindre un supermarché – il a remarqué les préfet – parce qu’il ne peut pas faire aussi pour
la Messe? ». En remarquant que dans beaucoup de lieux du monde la participation est en croissance – en Amérique Latine comme en Afrique, par exemple – le cardinal Arinze il a finalement énuméré quelques initiatives « possibles » pour promouvoir les sanctification du jour du Seigneur : formation du clergé, plus soin dans l’homélie, soignée préparation des chants, valorisation des prêtres en retraite et des séminariste, pour réduire les liturgies du Mot substitutives de
la Messe là où il y a pénurie de prêtres résidents. Le secrétaire de
la Congrégation, monsignor Malcolm Ranjith, dans les conclusions, a réaffirmé que « il faut fuir » des « célébrations improvisées » et entamer une « efficace stratégie pastorale » pour redonner centralité à la liturgie du dimanche. 

Le Pape :

 

3 Réponses à “Le Pape : « La dimanche tours jour du Seigneur »”

  1. libera dit :

    Luogo molto buon:) Buona fortuna!

  2. totti dit :

    Dein Aufstellungsort verdient nur gute Woerter. Danke.

  3. gabriellaroma dit :

    ciao totti,
    Ich begreife nicht, was du sagen willst, schreiben Sie in französisch bitte,

    Gabriella

Laisser un commentaire